Archives pour la catégorie SCIENCE-FICTION

COSMOCRITIQUE : RUNNING MAN (1987)

COSMOCRITIQUE : RUNNING MAN (1987) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

running1RUNNING MAN (THE RUNNING MAN) représente sans doute l’un des films les plus moyens de la grande carrière d’Arnold Schwarzenegger. Honnête, sans coup d’éclat, version américaine du PRIX DU DANGER d’Yves Boisset (1982), il fut réalisé par un certain Paul Michael Glaser, le célèbre Starsky de STARSKY ET HUTCH. Voici la critique de P.E.C. parue dans CosmoFiction Fanzine numéro 2 de juin 1988.

L’histoire : « Los Angeles, 2019. Des candidats, sélectionnés parmi la population carcérale, s’affrontent à mort dans le cadre d’une émission de télévision à succès. » (AlloCiné)

Il court, il court le Schwarzy ! Oui, il court, et il va finir par s’épuiser à force d’enchaîner superproductions après superproductions. Bon, on ne peut tout de même pas lui reprocher de s’adonner à fond dans la SF, mais il faudrait peut-être qu’il songe à se sortir de ces personnages incorruptibles, inflexibles, toujours prêts à lutter pour le bon droit et qui finissent à chaque fois par gagner… On pouvait tout de même attendre quelque chose d’autre après TERMINATOR, non ? D’accord : je ne vais pas critiquer Schwarzy car RUNNING MAN est un très bon film qui se veut inspiré de BLADE RUNNER et du PRIX DU DANGER. Cependant, si RUNNING MAN est un spectacle efficace, il n’arrive pas à la hauteur de BLADE RUNNER, et si l’action se déroule à deux cents à l’heure, si la mise en scène est très stylisée et l’histoire originale, tout n’est que prétexte pour nous montrer l’inébranlable running2Arnold, seul, prêt à combattre pour la bonne cause et pour essayer de sauver ce monde de la pénurie ; car à cette époque, la pauvreté règne presque partout, et tout l’argent est misé dans des jeux télévisés, ou est concentré chez des riches. Enfin, tout cela a peu d’importance puisqu’en fait, durant tout le film, Arnold se dépatouille avec des traqueurs qui veulent le réduire à l’état de Monsieur Muscle Usagé. Cela pour le bonheur des télespectateurs de l’émission « Running Man ».

À noter que RUNNING MAN nous permet de retrouver Yaphet-ALIEN-Kotto en très grande forme, et nous fait quand même passer un excellent moment…

Pour vous, la grande question est encore : « Schwarzy va-t-il s’en sortir ? »… Ah, ah ! Je le sais, moi !

- Paul-Étienne - (CosmoFiction)

(Le film est disponible en entier, et en version française, ici.)

LUIGI COZZI ET « CONTAMINATION »

LUIGI COZZI ET Luigi Cozzi raconte ici la genèse de son film CONTAMINATION (1980) : « Comme pour STAR CRASH avec STAR WARS, c’est le succès d’ALIEN de Ridley Scott qui a donné naissance à CONTAMINATION. À cette époque encore faste de l’industrie cinématographique italienne, il n’y avait pas d’histoire de procès pour plagiat, n’importe qui pouvait copier n’importe qui et les producteurs italiens adoraient copier les succès américains. Je suis donc allé voir un producteur en lui disant : Il y aura encore plus d’œufs que dans ALIEN, encore plus de cages thoraciques qui explosent et l’action se déroulera entièrement sur Terre, ce qui coûtera moins cher. Le producteur m’a répondu : Ok, je prends ! Le souci à l’époque, c’est que si vous vouliez que votre scénario intéresse, il ne fallait surtout pas qu’il soit original. Il fallait qu’il rappelle quelque chose qui avait eu du succès auparavant. » (extrait du dossier de L’Écran Fantastique n°348 : Le cinéma fantastique et d’horreur made in Italy) (CosmoFiction)

INSTANTANÉ : BRAINSTORM (1983)

brainstorm

(CosmoFiction)

L’AFFICHE : CONTAMINATION (1980)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : CONTAMINATION (1980) dans CINÉMA 14040706245215263612129316

Et c’est parti pour la semaine CONTAMINATION sur CosmoFiction, après celle des MERCENAIRES DE L’ESPACE, avec cette affiche qui nous a posée bien des soucis à Trapard et moi-même ! En effet,  non contents de déformer le titre (ALIEN CONTAMINATION est le second titre souvent employé pour ce film de Luigi Cozzi, alias Lewis Coates), de nous y placer la Cannon en distributeur et de déformer le nom de l’actrice principale en Louise Monroe au lieu de Louise Marleau (!), les Américains brouillent toutes les pistes et perturbent ainsi les pauvres fantasticophiles que nous sommes !

Mais finalement, après enquête, il s’agit bien de l’une des nombreuses versions de l’affiche de ce film de SF horrifique italo-allemand (vous en verrez d’autres sur le site de Trapard Un Blog Sans Titre & Avec Plein de Trucs en Vrac Dedans), réalisé par le papa de STAR CRASH, et qui tient une place privilégiée chez nombre de fantasticophiles qui l’ont découvert à l’époque. Personnellement, c’est l’une des premières VHS que j’ai vues, et je me souviens encore des scènes d’explosions des œufs !

L’histoire est la suivante : « Un cargo accoste le port de New York. Phénomène étrange : il semble ne pas y avoir d’équipage. Quatre policiers montent à bord et font une macabre découverte. Les hommes sont entièrement déchiquetés et d’étranges œufs visqueux jonchent le sol. Voulant examiner ces objets maléfiques de plus près, trois des policiers vont exploser en effleurant leur surface. Le survivant, aidé par des agents fédéraux, décide de trouver l’origine de cette menace. Il y a urgence, la contamination est déjà mondiale… » (Wikipédia)

ALIEN est passé par là, assurément, et Luigi Cozzi ne le cache pas dans ses interviews. Mais notre Italien, passionné de SF, est loin de nous offrir un simple plagiat du film de Ridley Scott. Vous voulez découvrir CONTAMINATION et juger par vous-même ? Il est entièrement disponible ici (en version anglaise).

- Morbius – (CosmoFiction)

INSTANTANÉS : LES MERCENAIRES DE L’ESPACE (1980)

INSTANTANÉS : LES MERCENAIRES DE L'ESPACE (1980) dans CINÉMA 14040301060015263612119489

14040301065915263612119490 dans INSTANTANÉ

14040301080015263612119495 dans Les Mercenaires de l'Espace

14040301085115263612119496 dans SCIENCE-FICTION

(CosmoFiction)

L’AFFICHE : LES MERCENAIRES DE L’ESPACE (1980)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : LES MERCENAIRES DE L'ESPACE (1980) dans CINÉMA 14040210205115263612116862

« Space opera ! », a-t-on envie de crier en voyant cette superbe affiche de ce film produit par Roger Corman (oui, je sais, je fais une fixation) et intitulé en français : LES MERCENAIRES DE L’ESPACE (BATTLE BEYOND THE STARS). Des moyens considérables avaient été mis en œuvre pour ce film de Jimmy T. Murakami datant de 1980. Attention, quand je dis « moyens considérables », il faut relativiser tout en ramenant ça à une série B de Corman. Mais l’œuvre se payait tout de même le luxe d’un joli casting avec Robert Vaughn, John Saxon et George Peppard. Sans oublier Sybil Danning qui venait y apporter sa touche particulière !

L’histoire tient sur un mouchoir de poche. C’est l’éternelle lutte du Bien et du Mal, avec, dans le rôle principal, un héros courageux, bien déterminé à mettre fin aux cruels agissements du grand méchant. Pour cela, il parvient à convaincre tout une bande de mercenaires issus de divers horizons. Ces derniers vont se joindre à sa croisade contre le Mal. Parviendra-t-il à ses fins ? Bien sûr que oui. Mais il y aura des morts, beaucoup de morts parmi les héros.

À signaler tout de même que l’insectoïde présent au fond n’apparaît pas dans le film (menteurs !), et qu’il existe une autre affiche, également très belle (utilisée en France), de ce film de Murakami.

- Morbius – (CosmoFiction)

COSMOLECTURES : BD « IL ÉTAIT UNE FOIS… L’ESPACE »

COSMOLECTURES : BD

Déniché aujourd’hui même au vide-grenier de Nouméa et daté de 1982 : un album BD de IL ÉTAIT UNE FOIS… L’ESPACE, avec la reprise de plusieurs épisodes de la série ! Comme quoi, parfois…

14032908410415263612106356 dans COSMOLECTURES

14032908421615263612106357 dans Il était une fois... l'Espace

- Morbius – (CosmoFiction)

L’AFFICHE : SPACE RAIDERS (1983)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : SPACE RAIDERS (1983) dans CINÉMA 14032108065815263612083700

SPACE RAIDERS est un space opera estampillé Roger Corman et réalisé par Howard R. Cohen. Visiblement destiné aux gamins, le héros est un enfant de 10 ans embarqué dans une aventure à travers la galaxie, le film n’hésite pas à pomper allègrement la B.O. d’une autre production Roger Corman, LES MERCENAIRES DE L’ESPACE, une musique signée James Horner à ses débuts. Chez Corman, c’est bien connu, on recycle jusqu’à la moelle.

L’affiche, plutôt sympathique, annonce un spectacle prometteur avec des aliens que l’on croirait tout droit sortis de STAR TREK, de même que le vaisseau n’est pas sans rappeler, vaguement, l’Enterprise. « Vaguement », j’ai dit, ne me montrez pas du doigt moi qui suis trekker. Mais le résultat est-il à la hauteur ? Vous le saurez en regardant le film disponible en entier (en V.O.) sur YouTube, ici

- Morbius – (CosmoFiction)

INSTANTANÉ : EXPLORERS (1985)

INSTANTANÉ : EXPLORERS (1985) dans CINÉMA 14031709513315263612072240

(CosmoFiction)

INSTANTANÉ : LES VISITEURS SONT NOS AMIS…

La série V aura assurément marqué les petits écrans des années 80. On reparlera forcément de l’invasion reptilienne dans CosmoFiction !

INSTANTANÉ : LES VISITEURS SONT NOS AMIS... dans INSTANTANÉ 14031109034515263612055254

(CosmoFiction)

1...232425262728

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY