Archives pour la catégorie Retour vers le Futur

RETOUR VERS LE FUTUR 2 : C’EST LE JOUR J !

Et nous y voilà enfin ! Nous sommes le 21 octobre 2015 et… et je vois la DeLorean arriver ! Pas vous ? Mais si, mais si, regardez bien ici !

Image de prévisualisation YouTube

(CosmoFiction)

RETOUR VERS LE FUTUR 2 : VIDÉOS

Aujourd’hui CosmoFiction vous propose deux petites vidéos (en V.O.) sur RETOUR VERS LE FUTUR 2. D’abord le making de la séquence des hoverboards (le mythe est brisé !) puis quelques bloopers (scènes ratées) du film. Et c’est demain le 21 octobre 2015 ! Vous savez très bien ce que ça veut dire, nom de Zeus !

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

(CosmoFiction)

L’AFFICHE : RETOUR VERS LE FUTUR (1985)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : RETOUR VERS LE FUTUR (1985) dans CINÉMA 15101908355115263613673539

J’aurais voulu vous proposer différentes affiches internationales des RETOUR VERS LE FUTUR, mais il semble à l’évidence que les versions de Drew Struzan soient les préférées, tous pays confondus ! Et forcément, quand on voit la beauté de ses œuvres (voir l’affiche définitive de STAR WARS VII ici) on peut comprendre pourquoi nul artiste n’ose remplacer ses affiches par d’autres. Cependant, j’ai fini par dénicher sur le web cette version (suédoise ?) assez originale et plutôt bien conçue, où la rencontre de Marty et de ses parents, chaque modèle de voiture indiquant l’époque en question. Même si cette affiche de RETOUR VERS LE FUTUR s’inspire quelque peu de celle de Drew Struzan (notamment au niveau des effets de lumière émanant de la DeLorean), ce n’est assurément pas du Struzan. Joli tout de même.

- Morbius – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie L’Affiche :

Galaxina / La Galaxie de la Terreur / Star Crystal / Crime Zone / Forbidden World / Nightflyers / Space Raiders / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / L’Humanoïde / Deathstalker / Les Aventures de Jack Burton / Le Retour de Godzilla / New York 1997 / Le Bateau de la Mort / L’Épée Sauvage / The Deadly Spawn / Future-Kill / Terreur Extra-terrestre / The Terror Within / Time Walker / Le Démon dans l’Île / Frayeurs /Mind Warp, an Infinity of Terror / Onde de Choc / Robot Killer / Yor, le Chasseur du Futur / La Septième Dimension / The Brain / Les Captives de l’Espace / La Quatrième Dimension / Toxic Zombies /La Tour de l’Angoisse / Mad Max : des affiches / Slugs / Des Goonies et des affiches / Dune / Le Trou Noir / Street Trash / Dreamscape / Le Choc des Titans

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

RETOUR VERS LE FUTUR : L’AVIS DES CRITIQUES

On reprend d’aplomb notre petit mois RETOUR VERS LE FUTUR à l’occasion de l’arrivée de notre DeLorean favorite le 21 octobre 2015 ! Voici pour aujourd’hui quelques critiques et avis divers publiés dans divers ouvrages.

RETOUR VERS LE FUTUR : L'AVIS DES CRITIQUES dans CINÉMA 15101809224215263613670699L’Année du Film Fantastique 85/86 (éd. Bédérama, 1985), critique de Dominique Monrocq :

« Thème primordial de la littérature de science-fiction, le voyage dans le temps fascine les imaginations depuis toujours. Les films sur le sujet ayant beau faire preuve de diversité (de JUST IMAGINE  à C’ETAIT DEMAIN, sans oublier le sublime LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS), Robert Zemeckis déclare ne trouver aucune satisfaction lorsqu’un personnage atterrit dans un avenir qui nous est radicalement étranger, parce qu’il est impossible de se rattacher à quoi que ce soit. Qu’à cela ne tienne ! Dès les premières secondes de RETOUR VERS LE FUTUR, on inculque au spectateur tout ce qu’il doit connaître sur les années 50. Puis, à l’aide d’un petit tour de passe-passe agrémenté d’un savant fou et de terrorristes libyens, le héros Marty est propulsé dans le passé… et va jeter le trouble sur les circonstances de sa naissance.

15101809240515263613670700 dans Retour vers le FuturRefusant de s’embarrasser des dilemnes du paradoxe temporel, Zemeckis mène son action à tambour battant, la parsemant de questions à suspense (Marty va-t-il résister aux avances de sa future mère, réussira-t-il à regagner son époque ?). Il conjugue l’humour à tous les temps (les automatismes hors de contrôle de Doc, la poursuite en skateboard, Marvin Berry et son cousin Chuck), passant de futur antérieur au passé simple avec aisance. Quoi que puisse faire ce voyageur impatient, le futur (enfin le présent de Marty…) ne subira aucune modification dramatique. Les changements se limitent à l’anodin (le centre commercial des deux pins n’est plus caractérisé que par un arbre solitaire) ou au bénéfique (le nouvel environnement familial). Comme tant d’autres œuvres où Spielberg agit de près ou de loin, RETOUR VERS LE FUTUR est un conte de fées moderne irrémédiablement typé par sa géographie à défaut d’être prisonnier du temps. Où, ailleurs qu’en Californie, peut-on envisager un véhicule temporel camouflé dans une voiture DeLorean, un teenager rêvant devant un 4 x 4 flambant neuf ? Sans oublier la concrétisation du fantasme le plus cher de chaque automobiliste, quant à la fin… Mais chut ! c’est une surprise ! »

15101809252215263613670701 dans SCIENCE-FICTIONL’Encyclopédie de la Science-Fiction (éd. Jacques Grancher, 1996), de Jean-Pierre Piton et Alain Schlockoff :

« Le charme du film repose essentiellement sur des personnages bien typés, interprétés par les mêmes acteurs, qu’ils aient l’âge de l’adolescence ou qu’ils approchent de la cinquantaine. [...] Un autre élément de sa réussite tient au choix des années 50 reconstituées avec précision et qui, au cours de la décennie 1980-1990, apparaissent comme une époque de rêve. [...] Ce dosage réussi d’humour et de nostalgie a beaucoup fait pour le succès du film qui a totalisé une recette mondiale de 350 millions de dollars. »

Guide Totem : La Science-Fiction (éd. Larousse, 1999), de Lorris Murail :

« Légère, amusante et sympathique, la comédie de Zemeckis (produite par Spielberg) a rencontré un immense succès. Le charme de ses acteurs, le soin apporté à la reconstitution des scènes situées dans les années 50 y sont sans doute pour beaucoup. Un succès que ne rencontrèrent pas les deux suites tournées consécutivement en 1989 et 1990 (RETOUR VERS LE FUTUR 2 et 3), pourtant plus ambitieuses. Le deuxième film, sombre, au scénario élaboré, envisage un univers alternatif engendré par les manipulations temporelles des protagonistes. Dans le troisième, les héros voyagent vers le passé, et se retrouvent en 1885, dans un contexte western. »

Les Films de Science-Fiction (éd. Cahiers du Cinéma, 2009), de Michel Chion :

« Ce qui devient exaspérant dans la trilogie et commence à l’être déjà dès le premier épisode, est l’insensibilité totale du personnage de cet éternel jeune homme à la dimension extraordinaire, poétique, fascinante bien sûr, de ce qu’il est en train de vivre, même lorsqu’il a compris qu’il a rencontré sa mère. Le talent de Michael J. Fox n’est pas en cause, et on comprend que cette insensibilité est nécessaire au film pour lui éviter de tomber dans le scabreux. [...]

15101809293615263613670709Le deuxième épisode, simplement titré RETOUR VERS LE FUTUR II, est, nous l’avons dit, à la fois plombé et dopé par l’absence au générique de Crispin Glover. Du coup, privé de ce personnage crucial, le film doit en rajouter dans les situations loufoques. Les paradoxes temporels, les aller-et-retours du « passé » au « futur » pour remodeler un « présent » sans cesse changeant sont multipliés  de manière frénétique, à en donner le mal au cœur, d’autant que Marty et Doc ne cessent de répéter le duo de l’Auguste et du clown blanc. [...]

Tourné dans la foulée du deuxième épisode, RETOUR VERS LE FUTUR III envoie Doc et Marty dans le passé, en 1885, dans une ville de western où ils s’établissent. Le film se décentre alors, et le véritable héros devient Doc, à qui le scénario offre une fiancée en la personne de Mary Steenburgen, qui fut la partenaire d’H. G. Wells dans C’ÉTAIT DEMAIN, 1979. Leur couple et quelques gags heureux à la Lucky Luke permettent de supporter l’insignifiance grandissante du rôle de Marty, qui devient dans l’histoire le rabat-joie. C’est la revanche du savant fou, un savant dont les inventions ici ne provoquent aucune catastrophe, mais un vrai savant, vibrant, et non un jeune crétin. »

100 Ans et Plus de Cinéma Fantastique et de Science-Fiction (éd. Rouge Profond, 2013), de Jean-Pierre Andrevon :

« Au prix de ce qui reste au premier degré une teenage comedy bondissante, drôle, intelligente, le film fonctionne à vitesse grand V, merveilleusement interprété par le juvénile Michael J. Fox et Christopher Lloyd en caricature de savant fou, mais dont les (discrets) ingrédients SF tournant autour des différents paradoxes sont toujours joliment amenés. »

(CosmoFiction)

DELOREAN FOREVER !

DELOREAN FOREVER ! dans CINÉMA 15101001202815263613648012

(CosmoFiction)

LA DELOREAN CHEZ VOUS !

LA DELOREAN CHEZ VOUS ! dans CINÉMA 15100910135415263613645635Oui, mais en papercraft, bien sûr ! D’abord ça coûte bien moins cher, hein, et ensuite ça prend beaucoup moins de place. Bon, d’accord, c’est pas pratique si on veut voyager dans le temps car ce n’est pas franchement évident d’entrer à l’intérieur, je vous l’accorde. Voilà cependant un joli papercraft qui vous occupera ce week-end. Et n’oubliez pas d’écouter, pendant que vous le réaliserez, la B.O. du film signée Alan Silvestri !

Vous trouverez votre DeLorean sur ce site.

- Morbius – (CosmoFiction)

RETOUR VERS LES PHOTOS DU FUTUR

Ah, le futur ! 2015… On se l’imaginait forcément, comment dire… très futuriste en 1989, mais aussi très coloré, à l’image des vêtements des années 80. On y voyait même de jolies voiturettes de police conduites par de non moins jolies petites policières, des skateboards volants, des voitures volantes, des JAWS à n’en plus finir ! Mais nan… 2015 c’est pas ça… La réalité est bien plus cruelle… 2015 ? C’est des zombies téléguidés au Smartphone, des selfies jusque dans les chiotes, des réseaux sociaux à la philosophie de comptoir, des voitures qui ne volent toujours pas mais qui polluent toujours autant, pas de JAWS à n’en plus finir mais des super héros à en vomir, et puis surtout des terroristes qui font la pluie et le beau temps sur la planète bleue devenue rouge sang… Bref, le futur quoi… le vrai…

Petite sélection de photos (allemandes) de ce qu’aurait dû être le futur en 2015 si Marty n’avait pas déréglé la ligne du temps. Sacré Marty.

- Morbius – (CosmoFiction)

RETOUR VERS LES PHOTOS DU FUTUR dans ALBUM PHOTO 15100612561215263613638182

15100612562115263613638183 dans CINÉMA

15100612565015263613638191 dans Retour vers le Futur

15100612555315263613638181 dans SCIENCE-FICTION

15100612570715263613638192

15100612563515263613638184

RETOUR VERS LE FUTUR 2 : PUB PEPSI PERFECT ET JAWS 19 !

On en parlait hier : Pepsi Perfect devient une réalité dans quelques jours pour une poignée de chanceux (6500) et de geeks prêts à débourser la somme qui convient pour l’acheter ! Voyez plutôt cette pub sympa réalisée à l’occasion par Pepsi. Et puis on en profite aussi pour y glisser la (fausse) bande-annonce du fameux JAWS 19 que RETOUR VERS LE FUTUR 2 annonçait pour 2015 sous la forme d’un hologramme (cliquez ici pour la voir). Universal est de la partie et s’amuse visiblement beaucoup. Tant mieux pour nous, on apprécie !

- Morbius – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

LE MOIS RETOUR VERS LE FUTUR !

Nom de Zeus, il serait temps que CosmoFiction se tire de sa torpeur ! Tout le monde en parle déjà sauf nous ! De quoi ? Mais de l’arrivée de Marty McFly en 2015, voyons !

Oui, vous vous rappelez, l’arrivée de Marty, Doc et Jennifer très précisément le 21 octobre 2015, eh bien c’est pour bientôt, très bientôt même, et des événements vont avoir lieu un peu partout sur la planète pour célébrer cette date si particulière, y compris en Nouvelle-Calédonie, au Rex, regardez plutôt ici :

LE MOIS RETOUR VERS LE FUTUR ! dans CINÉMA 15100609184615263613637790

C’est-y pas beau tout ça ? Une chance qu’on nous l’a signalé dans le groupe Facebook des Échos d’Altaïr – CosmoFiction sinon je ne serai même pas au courant !

Alors, un mois RETOUR VERS LE FUTUR sur CosmoFiction pour fêter dignement cette période riche en événement avant la date du 21 octobre ? J’aurais bien aimé mais sachez que je serai absent du 12 au 17 octobre (perdu quelque part dans le temps…) et que ma vie professionnelle (qui ne vous regarde pas, non mais !) m’empêche actuellement de m’occuper avec sérieux de mes deux blogs que sont Les Échos d’Altaïr et CosmoFiction, quelque chose de totalement indépendant de ma volonté et qui me parasite mes journées depuis plusieurs semaines, à tel point que, catastrophe, je ne pourrai même pas être présent au Week-End Geek du 31 octobre… Aaaarrrghh !…

15100609492815263613637805 dans Retour vers le Futur

Cela dit, on ne va quand même pas contourner l’événement. Si on a déjà fait des mois MAD MAX ou GOONIES, on peut bien en faire un, même réduit, pour RETOUR VERS LE FUTUR 2, bon sang ! Alors c’est parti, dès aujourd’hui on y va, on fonce et on fera ce qu’on pourra sur CosmoFiction afin d’être dans l’ambiance : photos, extraits d’articles de journaux, reportages vidéo et tant d’autres bricoles viendront se poser ici-même !

En attendant, sachez que l’hoverboard sera bientôt (presque…) une réalité, que Nike va nous sortir ses chaussures à fermeture automatique et que Pepsi Cola va nous offrir son Pepsi Perfect vu dans le film (tirage limité à 6 500 exemplaires) : autrement dit la fiction devient (presque…) réalité !

Manque plus qu’une DeLorean pour voyager dans le temps et je retourne rapidos dans les 80′s, heureux de quitter cette époque 100% pourrie !

Allez, suite au prochain épisode ! Quand ? Mais demain bien sûr, ici-même !

- Morbius – (CosmoFiction)

COSMOCRITIQUE : RETOUR VERS LE FUTUR 2 (1989) et RETOUR VERS LE FUTUR 3 (1990)

COSMOCRITIQUE : RETOUR VERS LE FUTUR 2 (1989) et RETOUR VERS LE FUTUR 3 (1990) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

retour3Après le succès phénoménal de RETOUR VERS LE FUTUR, il fallait s’attendre à une suite. Mais c’est finalement à deux suites auxquelles nous avons eu droit ! Voici la critique des deux films parue dans CosmoFiction Fanzine numéro 6 d’avril 1991 et signée Alain.

retour5L’histoire : RETOUR VERS LE FUTUR 2 (1989) : « Lors de son premier voyage en 1985, Marty a commis quelques erreurs. L’avenir qu’il s’était tracé n’est pas si rose, et son rejeton est tombé sous la coupe du voyou Griff Tannen, qui veut régner sur la ville. En compagnie de son ami Emmett « Doc » Brown et de sa fiancée Jennifer, Marty va devoir entreprendre un voyage vers le futur, pour tenter de donner un peu plus de moralité à son héritier. Un voyage aux conséquences dramatiques… » RETOUR VERS LE FUTUR 3 (1990) : « Après son voyage mouvementé entre passé, présent et futur, Marty McFly apprend par une lettre vieille de cent ans que son vieil ami Emmett « Doc » Brown se serait crashé en 1880 au volant de sa DeLorean, restant ainsi prisonnier du far-west, sous la menace de Buford « Molosse » Tannen qui s’est juré de le tuer. Il n’a que cinq jours pour retrouver Doc et le ramener vivant vers le présent… » (AlloCiné)

Robert Zemeckis n’a pas fait les choses à moitié. N’allait-il pas toutefois sacrifier la qualité à la quantité en réalisant une suite et une autre dans la foulée ?

retour6Tout d’abord, il s’agit bien de suites, tout est lié entre les trois épisodes, aussi mieux vaut-il les voir dans l’ordre. Il est vrai qu’en s’adressant au public de RETOUR VERS LE FUTUR, Zemeckis vise suffisamment large, vu le succès international de son premier morceau. Les mêmes ingrédients sont là : quiproquos, course contre la montre, etc.

retour4Mais, comme pour un bon plat, le contexte modifie la saveur et, ici, peu importe d’avoir vu RETOUR VERS LE FUTUR sous les palmiers et les deux autres en prison, le problème est d’avoir vu le PREMIER, car ses suivants ont beau tenir leurs promesses, l’originalité et l’effet de surprise sont forcément atténués par le souvenir de leur prédécesseur dont les quelques scènes présentes risquent de rendre plus d’un spectateur nostalgique.

Les situations impossibles et les trouvailles sont toujours à la hauteur, davantage dans le II, plus farfelu et sans doute préféré par les amateurs de SF plus sensibles au voyage en 2015 qu’en 1895 : l’Overboard, la pizza déshydratée et bien d’autres surprises les attendent.

Pour le reste, les chassés croisés entre le passé, le présent et le futur sont d’une efficacité remarquable. Et même si une impression de « déjà vu » flotte malheureusement sur l’ensemble (en raison du souvenir du premier épisode dont les deux suites reprennent forcément la même trame), le rythme à cent à l’heure et l’humour omniprésent font passer un bon moment, presque aussi bon que celui vécu lors du premier, aux grands enfants que nous sommes… Hélas plus grands qu’en 1985 !

- Alain – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

12

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY