Archives pour la catégorie PORTRAIT

PORTRAIT : LA BALLADE DE MELODY ANDERSON

melody3La pétillante et ravissante Dale Arden de FLASH GORDON (1980), c’était elle : Melody Anderson. Trapard nous permet de la retrouver, le temps d’un article.

melodyUne courte ballade sur nos écrans que celle de Melody Anderson, mais plutôt intense et concentrée entre la fin des année 70 et le début des années 90. Cette actrice canadienne a promené sa petite frimousse blonde et son regard très clair dans un bon nombre de petits rôles dans des séries TV (L’ÂGE DE CRISTAL, GALACTICA, DALLAS, HOOKER, L’HOMME QUI TOMBE À PIC, CHIPS, AGENCE TOUS RISQUES), mais elle est surtout la jolie détective Brooke McKenzie dans MANIMAL où elle encadre Jessy Chase qui est capable de se transformer en n’importe quel animal et avec lequel elle combat le crime dans 7 épisodes désormais cultes.

À l’écran, dans les années 80, Melody Anderson représentait la jeune femme dynamique, un peu fofolle et survoltée mais toujours adorable et ce, dès FLASH GORDON (1980) où elle endossait le rôle de Dale Arden aux côtés Sam Jones/Flash Gordon, affrontant l’Empereur Ming.

Le succès des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE (1981) et d’INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT (1984) de Lucas et Spielberg engendrera une petite mode avec À LA POURSUITE DU DIAMANT VERT (1984) et LE DIAMANT DU NIL (1985), mais aussi avec de plus petites productions. C’est dans cette logique qu’on retrouve Melody Anderson au milieu du tandem Chuck Norris-Louis Gossett Jr partant à la conquête d’un trésor aztèque dans LE TEMPLE D’OR (1986, Firewalker) de Jack Lee Thomson.

melody2

Pour ma part, son meilleur rôle, même s’il ne l’avantage pas forcément physiquement, reste celui qu’elle tient dans RÉINCARNATIONS (1981, Dead & Buried) un des plus sinistres films d’horreur à base de magie noire du début des années 80.

Après quelques films et séries TV passés plus ou moins inaperçus, Melody a terminé sa ballade cinématographique en 1993 pour consacrer son temps à sa famille.

- Trapard – (CosmoFiction)

Autres articles de la catégorie Portrait :

Jonathan Ke Quan / Linnea Quigley, la Scream Queen des années 80 / Rick Moranis

INDEX DE COSMOFICTION

30 ans plus tard CosmoFiction est de retour !

PORTRAIT : RICK MORANIS

Rick Moranis et sa bouille pas possible est certainement à l’origine des plus grandes crises de fou rire des années 80 avec S.O.S FANTÔMES ou LA FOLLE HISTOIRE DE L’ESPACE ! Incarnant régulièrement des personnages disjonctés et gauches dans des comédies fantastiques ou de science-fiction, il compte parmi les vedettes plus marquantes des Eighties avec son parler inimitable.

PORTRAIT : RICK MORANIS dans CINÉMA 14041006120415263612137001Même si vous n’avez pas vécu les années 80, vous avez peut-être déjà rencontré l’individu dans un film. Et si vous l’avez rencontré une fois, il vous a marqué pour la vie !

Rick Moranis, de son vrai nom Frederick Allan Moranis, est Canadien. Il est né à Toronto, en 1953 (je vous laisse calculer son âge…). D’abord D-J à la radio dans les années 70 (!), il se fera connaître dans un show comique télévisé canadien intitulé BOB & DOUG McKENZIE. Puis notre homme débute sa carrière au cinéma avec le film TRON de Steven Lisberger, en 1982, où il ne fait qu’une petite apparition (si petite, que je cherche encore…). En 1984, il joue dans LES RUES DE FEU (de Walter Hill).

Mais c’est bien évidemment avec S.O.S FANTÔMES (d’Ivan Reitman), toujours en 1984, que le public du monde entier découvre enfin ce formidable interprète de personnages comiques ! Il y joue Louis Tully, vieux garçon binoclard et amoureux fou de Dana Barrett (la superbe Sigourney Weaver). Sa prestation nous vaudra des séquences plus folles les unes que les autres, notamment celle de sa métamorphose !

14041006145515263612137002 dans PORTRAIT

Il joue ensuite dans d’autres comédies qui ne nous intéressent pas le moins du monde (ATTENTION DÉLIRES !, COMMENT CLAQUER UN MILLION DE DOLLARS PAR JOUR, HEAD OFFICE, CLUB PARADISE) avant de revenir, en 1986, dans un film fantastique, véritable comédie musicale : le remake revu et corrigé de LA PETITE BOUTIQUE DES HORREURS de Roger Corman. Cette version, signée Frank Oz (la voix américaine de Yoda dans STAR WARS), nous montre un Rick Moranis incarnant Seymour Krelborn, vendeur chez un petit fleuriste de quartier, et qui doit nourrir chaque jour de son sang (du moins à ses débuts) une plante étrange et inconnue. Rick pousse la chansonnette à plusieurs reprises dans le film (attention : bouchez-vous les oreilles !).

14041006170815263612137003À son tour, le grand Mel Brooks a tôt fait de repérer l’acteur pour l’employer dans son space opera parodique de STAR WARS : LA FOLLE HISTOIRE DE L’ESPACE (SPACEBALLS). Nous sommes en 1987, et Rick Moranis y joue le rôle mémorable de Lord Casque Noir (version comique d’un Dark Vador incapable, décérébré, maladroit et minus !). Là encore, notre talentueux acteur nous offre de succulentes scènes où on le voit s’amuser avec les figurines des propres personnages du film, suffoquer sous son casque, être propulsé sur les écrans de contrôle au moment de l’arrêt brutal de l’hyperpropulsion ou encore se payer le luxe d’un délirant duel au sabre laser !

En 1989, Rick Moranis revient dans S.O.S FANTÔMES 2 (d’Ivan Reitman) où il reprend son rôle de Louis Tully, toujours aux côtés de Sigourney Weaver. Puis il enchaîne en 1989 avec CHÉRIE, J’AI RÉTRÉCI LES GOSSES (de Joe Johnston) où il incarne Wayne Szalinski, un papa inventeur d’une machine capable de réduire l’être humain à la taille d’insecte. Il reviendra dans les diverses suites de ce film avec CHÉRIE, J’AI AGRANDI LE BÉBÉ (de Randal Kleiser, 1992) et CHÉRIE, NOUS AVONS ÉTÉ RÉTRÉCIS (de Dean Cundey), en 1997, qui sera également sa dernière apparition au cinéma. La raison ? Rick Moranis a perdu sa femme en 1991. Il a préféré laisser de côté sa carrière d’acteur afin de se consacrer pleinement à ses deux enfants.

1404100621201526361213700414041006233915263612137011Depuis 1997, Rick Moranis a prêté sa voix à de nombreux personnages de dessins animés.

Pour finir, il faut savoir que Rick Moranis a également participé à quelques séries télévisées et téléfilms inédits en France, et que notre homme est aussi le réalisateur et le scénariste de THE ADVENTURES OF BOB & DOUG McKENZIE : STRANGE BREW (1983), l’adaptation cinématographique du show TV qui l’a fait connaître à ses débuts.

Reverrons-nous un jour le grand Moranis ? Reviendra-t-il au moins pour une courte apparition dans S.O.S FANTÔMES 3 ?… On peut l’espérer, mais mon p’tit doigt me dit que… Cela n’empêche : il restera longtemps dans nos mémoires et compte indéniablement parmi les meilleurs souvenirs de ces fameuses années 80 !

- Morbius - (CosmoFiction)

PORTRAIT : LINNEA QUIGLEY, LA SCREAM QUEEN DES ANNÉES 80 !

C’est un portrait chaud que nous dresse aujourd’hui Dave Altou avec la splendide Linnea Quigley, Scream Queen des 80′s ! Accrochez vos ceintures (non, je n’ai pas dit décrochez vos ceintures !).

Linnea Quigley est sans nul doute LA Scream Queen des années 80 avec à son palmarès des cults movies comme CREEPOZOID, LE RETOUR DES MORTS VIVANTS et SORORITY BABES IN THE SLIMEBALL BOWL-O-RAMA (the titre !).

PORTRAIT : LINNEA QUIGLEY, LA SCREAM QUEEN DES ANNÉES 80 ! dans CINÉMA 14010707430915263611877107Née en 1958, dans l’Iowa, elle passe par la case Playboy et Penthouse dans les années 70. Après une petite figuration dans LES RUES DE L’ENFER (84) au côté de Linda Blair (L’EXORCISTE), elle se fait remarquer avec son rôle de Trash, une punkette sexy, dans LE RETOUR DES MORTS VIVANTS (85). C’est ce rôle qui lancera sa carrière qui se compose à ce jour de pas moins d’une centaine de films. C’est ainsi qu’elle tournera pour les plus grands du bis américain des années 80 comme Fred Olen Ray et David De Coteau.

Dans les années 90, Linnea devient une des actrices favorites du célèbre Charles Band (CREEPOZOID) et tourne même quelques films avec Jess Franco (DEVIANT LUST).

Dans son sillage, d’autres Scream Queen font leur apparition, dont les célèbres Brinke Stevens et Michelle Bauer. Elles tourneront ensemble dans le cultissime SORORITY BABES IN THE SLIMEBALL BOWL-O-RAMA (88).

14010707474915263611877108 dans DAVE ALTOUMême si Linnea n’a jamais vraiment arrêté de tourner, sa notoriété décroit dans les années 90 et 2000. Elle fait un retour remarqué en 2012 avec ses copines Brinke Stevens et Michelle Bauer dans 1313:COUGAR CULT de David DeCoteau.

Parallèlement à sa carrière d’actrice, Linnea est également guitariste dans un groupe rock : The Skirts. Elle a été marié de 90 à 92 au créateur d’effet spéciaux Steve Jonhson (LES GRIFFES DE LA NUIT 4, FOG, NIGHT OF THE DEMON,…).

Linnea détient également le record du plus long cri enregistré au cinéma (90 secondes). Son titre de reine des Scream Queens n’est donc pas volé.

Aujourd’hui agée de 55 ans, Linnea reste toujours très “scream queen” et participe à de nombreux festivals à traver les États-Unis.

Son compte Twitter
Sa chaîne YouTube
Video tribute

- Dave Altou - (CosmoFiction)

PORTRAIT : JONATHAN KE QUAN

Et c’est par un gamin que nous ouvrons cette catégorie dédiée aux vedettes des 80′s, un gamin qui ne l’est plus du tout aujourd’hui car âgé de 42 ans : Jonathan Ke Quan. Rappelez-vous, Demi-Lune dans INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT, Data dans LES GOONIES : c’était lui !

PORTRAIT : JONATHAN KE QUAN dans CINÉMA 13122912241115263611852607Jonathan Ke Quan (Quan Kế Huy) est né le 20 août 1971 à Saigon, au Viêt Nam. Lors de la chute de Saigon, Jonathan est contraint de quitter son pays avec sa famille qui demande l’asile politique aux États-Unis.

13122912260515263611852608 dans Indiana Jones et le Temple MauditTrès rapidement, à l’âge de 12 ans, Jonathan Ke Quan se lance dans le cinéma. Il débute sa carrière en 1984, jugez du peu, avec le film de Steven Spielberg : INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT ! C’est ainsi qu’il joue le rôle mémorable de Demi-Lune aux côtés du grand Harrison Ford-Solo. Il y incarne alors ce petit Asiatique survolté et criard, mais ô combien attachant et débrouillard, qui saura aider Indy plus d’une fois. Il remportera le Young Artist Award pour son rôle en tant que Meilleur jeune acteur de soutien dans un film. Voilà un beau démarrage !

En 1985, notre jeune acteur enchaîne avec le film de Richard Donner LES GOONIES, et c’est un vrai plaisir de le retrouver dans le rôle de Data (rien à voir avec le Data de STAR TREK, THE NEXT GENERATION !), sorte de petit inventeur en herbe qui ne cesse de créer des  gadgets plus délirants les uns que les autres. On se dit alors que ce gamin est bien parti pour faire une longue carrière au cinéma. Eh bien non ! Tout s’arrête là, ou presque…

13122912274115263611852613 dans Les Goonies

En effet, en 1986, Jonathan fait ses débuts à la télévision dans la série TOGETHER WE STAND où il jouera jusqu’en 1987. Cette même année, il enchaîne avec PASSENGER : SUGISARISHI HIBI de Seiji Izumi, puis il revient en 1990 dans une nouvelle série télévisée intitulée SOIS PROF ET TAIS-TOI où il reste un an. Toujours en 1991, il participe à un épisode de LES CONTES DE LA CRYPTE, puis incarne Charlie Moore dans le film BREATHING FIRE. En 1992, il joue dans ENCINO MAN de Les Mayfield et finit sa carrière en tant qu’acteur, en 2002, avec MOU HAN FOU WUT de Jeffrey Lau.

13122912291215263611852615 dans PORTRAITMais il faut savoir que depuis l’année 2000, Jonathan Ke Quan est devenu chorégraphe de cascades ! C’est ainsi qu’il a participé au film de Bryan Singer X-MEN en tant que cascadeur, superviseur des cascades et chorégraphe des combats ! En 2001, dans THE ONE de James Wong, il a joué les rôles de chorégraphe des combats et d’assistant-réalisateur de Corey Yuen pour les scènes d’action. Durant la même année, Jonathan a été bruiteur et monteur additionnel dans le film THE OTHER SIDE de Gregg Bishop, et de 1999 à 2003 il s’est chargé de la chorégraphie des combats dans tous les films MATRIX…

Cependant Jonathan Ke Quan demeurera à jamais, pour beaucoup, Demi-Lune ou Data, un gamin vedette dans ces films des 80′s où les gosses étaient souvent les héros.

- Morbius – (CosmoFiction)

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY