Archives pour la catégorie LA BANDE-ANNONCE

LA BANDE-ANNONCE : FLESH EATER (1988)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

flesheater1988Voici une bande-annonce qui augure un film de zombies sans gros moyens. Mais regardez la bien : n’y-a-t-il pas un visage qui vous rappelle quelqu’un parmi les comédiens du film ? Même pas le zombie grisonnant au visage déformé ? Il s’agit de Bill Hinzman. Si vous connaissez par cœur l’intro de LA NUIT DES MORTS VIVANTS (1968) de George A. Romero, et que vous repensez à Johnny et Barbara, un frère et une sœur se recueillant sur la tombe de leur mère dans un petit cimetière de Pennsylvanie, vous vous souvenez évidemment de la réplique de Johnny pour effrayer sa sœur cadette à l’approche du gardien du cimetière : « Ils viennent pour te chercher Barbara ! ». Le gardien s’avère alors être un zombie et s’en prend à Johnny et… il s’agit de Bill Hinzman qui reprend plus ou moins son maquillage pour jouer dans ce FLESH EATER, REVENGE OF THE LIVING-DEAD, petit clin d’œil à l’un des titres originaux de LA NUIT DES MORTS VIVANTS : NIGHT OF THE FLESH EATERS (FLESH EATERS 2 et 3 étant aussi les titres commerciaux des fausses suites par Lucio Fulci de ZOMBIE de Romero). C’est d’ailleurs aussi Bill Hinzman qui a réalisé cette série B fauchée sans grande prétention et reprenant certains éléments qui ont fait le succès du film de George A. Romero : l’assaut d’une villa par des zombies, des milices de chasseurs se réunissant par exterminer l’envahisseur, etc… Bill Hinzman en profitant par cette occasion à redorer le blason de son personnage tenu dans LA NUIT DES MORTS VIVANTS.

L’intrigue : « Une soirée d’Halloween organisée dans une forêt lugubre par un groupe d’étudiants va devenir le théâtre d’une série de meurtres particulièrement brutaux. Ignorant la légende sanglante qui plane sur ces lieux, les fêtards vont devenir les infortunées victimes d’une horde de morts-vivants bien décidés à profiter de cette livraison inopinée de chair humaine. Un petit groupe de survivants parvient à se barricader dans une vieille maison espérant ainsi échapper aux mâchoires acérées de leurs assaillants qui les traquent sans relâche. Lorsque la bâtisse est assiégée par les zombies, le petit groupe n’a plus d’autre choix que d’affronter les monstres sanguinaires… » (Le Zomblard from Outer Space)

Bill Hinzman a aussi réalisé le Slasher poisseux THE MAJORETTES (1987), une série B de « tueur des gymnases » dans la lignée de MURDER ROCK (1984) ou d’AEROBIC KILLER (1986). Le scénariste de THE MAJORETTES n’étant d’ailleurs personne d’autre que John Russo, aussi scénariste-culte de LA NUIT DES MORTS-VIVANTS et dont les lecteurs des romans de la collection « Gore » ont pu redécouvrir certaines de ses adaptations romancées en bouquin dans les années 80.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants / The Kindred / The Slayer / The Video Dead

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : THE VIDEO DEAD (1987)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

TheVideoDeadUne bande-annonce qui n’annonce pas grand chose, si ce n’est les quelques zombies du film et son manque évident de moyens. Pour le reste, THE VIDEO DEAD s’inscrit dans son époque, celle où le cinéma fantastique et d’horreur posait la question, chaque film à sa manière et bien avant la récente vague des « found-footage », de l’interactivité presque physique (et à la limite du charnel) entre le spectateur et le sujet tv ou ciné qu’il regardait. Ainsi de CANNIBAL HOLOCAUST (1980), à VIDEODROME (1983) à DÉMONS 1 (1985) et DÉMONS 2 (1986), à KAMIKAZE (1986) dans lequel Michel Galabru tuait en direct des téléspeakrines à distance, à TERRORVISION (1986), aux DOCUMENTS INTERDITS (1986-1988) ou encore à THE BRAIN (1988), en passant par des zèderies comme TERROR ON TAPE (1983, largement inspiré du premier CREEPSHOW) et ce VIDEO DEAD (1987) qui semble surtout être une autre manière de raconter une histoire de zombies sans trop de budget et de manière totalement farfelue, surréaliste et bien décomplexée.

« Jeff et Zoé, deux adolescents seuls dans leur nouvelle maison, découvrent un vieux poste de télévision. Mais ils ne savent pas encore que quelque chose d’horrible se cache à l’intérieur… Les zombies s’échappent de l’écran et massacre la famille de Jeff avant de semer la terreur dans toute la ville. Jeff et Zoé vont devoir mettre fin au carnage par tous les moyens possibles… »

Un teen-movie pour les fans des maquillages et des accoutrements des zombies des 80′s, la seconde moitié du film étant un comme un sympathique Survival en milieu infecté.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants / The Kindred / The Slayer

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : THE SLAYER (1982)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

slayerVoici une bande-annonce en version originale qui n’annonce pas une idylle amoureuse au bord d’un lac une nuit où le ciel est tout étoilé.

Il s’agit de celle de THE SLAYER, un slasher surnaturel aux faux airs de VENDREDI 13 (1979) ou de THE BURNING (1981).

L’intrigue : « Deux couples se retrouvent en vacances sur une île. Kay, souffre depuis quelque temps d’horribles cauchemars dans lesquels elle voit des meurtres atroces. Évidemment, l’endroit qu’elle voit dans ses rêves n’est autre que cette habitation où elle est censée passer de belles vacances. Les cauchemars ne tardent pas à devenir réels et le petit groupe se voit décimé un par un, victime d’une immonde créature griffue surnommée The Slayer… » (Oh My Gore!)

THE SLAYER est un film assez rare à trouver en VF. Il est signé du scénariste, producteur et réalisateur J. S. Cardone, véritable tâcheron du cinéma bis : cinéaste rarement original mais jamais ennuyeux. C’est aussi lui qui a tourné ZOMBIES (2006, Wicked Little Things) qui n’est d’ailleurs pas un film de zombies, mais une de ces histoires de malédiction dont des enfants sont le nerf central. Donc rien de très original encore une fois, mais comme pour THE SLAYER, Cardone brode une histoire captivante avec peu de protagonistes mais avec son style de réalisation très maîtrisée qui l’emporte sur n’importe quel autre nanar du genre.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants / The Kindred

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : THE KINDRED (1987)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

thekindredUne bande-annonce de série B plutôt sombre qui vous rappellera évidemment un croisement entre EMBRYO (1976) et quelques post-ALIEN et autres films de mutations de séries B des années 80. Mais la vérité est ailleurs :

« Alors qu’il se trouve sur le lit de mort de sa mère, une généticienne de grand renom, John Hollins apprend l’existence d’une maison dans laquelle se trouvent cachés les résultats d’expériences génétiques. Parmi eux, la présence d’un frère mutant nommé Anthony, résultat du croisement entre son ADN et celui de créatures marines. » (SciFi Universe)

THE KINDRED présente une belle brochette de monstres dont cet Anthony hybride mi-humain mi-créature amphibie et qui est moins mignon que son prénom. Sa présence engendre les quelques effets gores du film qui se conclut d’une manière légèrement lovecraftienne.

À noter aussi la présence de Rod Steiger déjà âgé et légèrement bedonnant et Kim Hunter qui, plus jeune, incarnait à merveille la Zira de la saga de LA PLANÈTE DES SINGES.

- Trapard-  (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : LA NUIT DES MUTANTS (1984)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

mutant84LA NUIT DES MUTANTS ou NIGHT SHADOWS ou MUTANT ou PESTILENCE ou encore TOXIC WASTE est une petite production indépendante de la Film Ventures International et réalisée par l’acteur et cascadeur John ‘Bud’ Cardos. Cardos a tourné quelques B Movies cultes dans les années 70 et 80 comme L’HORRIBLE INVASION (1977, Kingdom of the Spiders), THE DARK (1979) ou LE JOUR DE LA FIN DES TEMPS (1979, The Day the Time Ended). LA NUIT DES MUTANTS est sûrement l’un de ses films les plus captivants.

L’intrigue : « Deux frères en ballade champêtre se frottent à une bande de bouseux qui les envoient promptement dans le décor. Pas de chance, les mêmes péquenots les attendent au bar du coin. Il faudra l’arrivée du shérif pour calmer les choses. Mais nos deux citadins en goguette ne sont pas encore au bout de leurs surprises… » (Psychovision.net)

LA NUIT DES MUTANTS est un de ces films de zombies toxiques old-scool du début des 80′s, le tout mâtiné dans une ambiance à la DÉLIVRANCE. Si la bande-annonce vous plait, le film est aussi en entier et en version française sur YouTube.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : STRANGE INVADERS (1983)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

envahisseursSTRANGE INVADERS ou, en français, LES ENVAHISSEURS SONT PARMI NOUS, fait partie de ces films-hommages des années 80 au cinéma de SF des Fifties dont BLOOD SUCKERS FROM OUTER-SPACE (1984), LA NUIT DES SANGSUES (1986), L’INVASION VIENT DE MARS (1986), KILLER KLOWNS FROM OUTER-SPACE (1988) ou encore L’HOMME HOMARD VENU DE MARS (1989) en sont quelques dignes représentants.

Peu productif, le scénariste, réalisateur et producteur américain Michael Laughlin a néanmoins réalisé ce film étrange et peu connu sorti aux USA en 1983, et en France seulement en 1985. Le film nous plonge en pleine fin des années 50 où régnait encore une certaine paranoïa américaine autour de la Guerre Froide, bien que STRANGE INVADERS démarre de manière légère en annonçant : « À cette époque, à part le communisme et le rock and roll, il n’y avait pas grand chose à craindre. Pas grand chose, jusqu’à cette nuit-là… »

L’intrigue : « En 1958, à Centerville dans l’Illinois, des soucoupes volantes survolent la bourgade et les habitants disparaissent mystérieusement petit à petit. En 1983, le professeur Charles Bigelow, entomologiste à l’Université de Columbia de New-York, reçoit la visite de son ex-femme Margaret originaire de Centerville. Elle lui laisse la garde de sa fille pour assister à l’enterrement de sa mère dans sa ville natale. Après plusieurs jours, n’ayant aucune nouvelle de Margaret, Charles se rend à Centerville où il découvre une population étrange qui détruit sa voiture. Il réalise rapidement que la ville est devenue le lieu de villégiature de créatures extraterrestres… »

Voir STRANGE INVADERS est une bonne occasion de retrouver, dans une ambiance new-yorkaise de SF très 50′s, la jeune Nancy Allen à peine sortie de ses rôles cultes dans les deux films de Brian De Palma, PULSIONS (1980, Dressed to Kill) et BLOW OUT (1981). Mais aussi l’excellente Louise Fletcher (VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COUCOU, BRAINSTORM et L’INVASION VIENT DE MARS).

310x229_strangeinvadersLes maquillages des créatures sont particulièrement saisissants et sont signés de Bill Sturgeon. C’est aussi à l’équipe de Bill Sturgeon que l’on doit une grosse partie des maquillages mécaniques et autres transformations de HURLEMENTS (1981), LE LOUP-GAROU DE LONDRES (1981), THE THING (1982), VIDEODROME (1983), VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? (1984), COCOON (1985), ALIENS (1986), HOUSE (1986), L’INVASION VIENT DE MARS (1986), LE BLOB (1988) et tant d’autres classiques…

L’ensemble du film alterne entre des jeux de comédiens sobres et une excellente atmosphère paranoïaque. Vous pouvez vous en faire une idée en regardant le film restauré en entier et en V.O. sur YouTube, ou avec cette bande-annonce d’époque.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : MUTANT WAR (1988)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

MUTANT-WARAttention : nanar ! Mais le navet c’est moins mauvais avec de la vinaigrette surtout lorsqu’on l’a fait soit-même. Et c’est le cas de Brett Piper, sorte de Norbert Moutier américain qui écrivait, réalisait et produisait ses propres films avec très peu de moyens. MUTANT WAR a d’ailleurs coûté 60,000 $ et il est sorti directement en vidéo. Mais uniquement aux USA, en Pologne, et aussi au Japon. Allez savoir pourquoi le pays du kaijù-eiga a acheté un film américain de monstres géants pour son exploitation en VHS.

Pour couronner le tout, Brett Piper est un spécialiste de la stop-motion vaguement inspirée de celle de feu-Ray Harryhausen. L’ensemble donne au film un ton complètement décalé dans un univers post-apocalyptique et une ambiance de zèderie pleinement assumée si l’on en juge l’humour du film. D’ailleurs Brett Piper est aussi l’auteur d’un autre nanar beaucoup mieux connu chez nous puisqu’il a été racheté par la firme Troma Entertainment : A NYMPHOÏD BARBARIAN IN DINOSAUR HELL (1991) dans lequel des femmes préhistoriques côtoient des dinosaures s’animant en stop-motion. Voici un lien permettant d’accéder à des make-up réalisés par Brett Piper pour ses différents films.

MUTANT WAR ayant surtout été distribué au Japon, voici un lien YouTube proposant le film en VO sous-titrée en japonais.

Et le film étant sorti aux USA sous le titre MUTANT MEN WANT PRETTY WOMEN, voici un synopsis traduit d’un site américain qui nous donne le ton pour les USA : « La Terre…un endroit agréable pour se reproduire mais impossible d’y vivre ! ».

Et voici la bande-annonce japonaise qui annonce plutôt la couleur rouge de l’action avec un montage rapide et saccadé qui rappellerait presque celui des films trashs japonais des Eighties. Une bande-annonce qui cible aussi particulièrement bien son public.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari

INDEX DE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : PULGASARI (1985)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

pulgasariBien que fondamentalement japonais, le kaijù-eiga existe aussi dans la production cinématographique coréenne. Outre les populaires D-WAR : LA GUERRE DES DRAGONS (2007) de Hyung-rae Shim et l’excellent THE HOST (2006) de Joon-ho Bong, la Corée du Sud n’a rien a envier à son homologue nippon en matière de kaiju ancestraux. Elle en produisait d’ailleurs déjà dans les années 60 comme c’est le cas avec le mythique YONGARY : MONSTER FROM THE DEEP (1967) de Kim Ki-Duk, qui aura d’ailleurs les bénéfices d’un remake en 1999 avec le YONGGARY de Hyung-rae Shim (D-WAR).

La Thaïlande n’est pas en retard non plus puisqu’on lui doit le superbe GARUDA de 2004, la Thaïlande s’étant aussi associée au Japon dans les années 70, pour tourner des dérivés de kaijù-eiga comme HANUMAN ET LES SEPT ULTRABROTHERS, HANUMAN VS 7 ULTRAMAN ou LES HOMMES D’UNE AUTRE PLANÈTE.

Beaucoup moins « populaire » (si j’ose dire…), la petite production de Corée du Nord a produit ce PULGASARI (1985) réalisé par Sang-ok Shin. PULGASARI est un gentil kaijù coréen mais très glouton. Avec son allure de Minotaure reptilien, il protège le peuple opprimé se nourrissant du métal des armes de l’oppresseur et en grandissant constamment.

L’intrigue : « À l’époque féodale, dans une contrée remplie de paysans pacifistes, régnait un seigneur vil et cruel qui ne vivait que pour la guerre. Manquant de fer pour subvenir aux besoins en armes pour ses soldats, ses sbires obligèrent un vieux forgeron à fondre tous les outils de la région pour en faire des épées, des boucliers ou autres instruments de mort. Mais le valeureux s’opposa à la demande seigneuriale car accepter ce travail revenait à ôter des mains des paysans leurs outils de travail. Les soldats frappèrent le forgeron sans défense, ce qui provoqua la colère des paysans qui se soulevèrent contre les soldats, mais l’homme fut jeté en prison et, mourant de faim, on lui accorda juste une portion de riz. Mais au lieu de se nourrir, le vieillard modèla avec la pâte de riz une petite figurine qui grandit alors que le prisonnier mourut dans sa geôle. Ainsi naquit Pulgasari, une créature géante et cornue protégeant les paysans contre l’oppression des seigneurs… »

Le sujet est évidemment une métaphore socialiste mais ce film au budget sûrement microscopique n’en reste pas moins une curiosité divertissante pour petits et grands.

Aux dires de Wikipédia, PULGASARI apparaîtrait pour la première fois dans un autre film coréen : « BULGASARI en 1962 de Kim Myeong-Jae. Des copies de ce film restent aujourd’hui introuvables et seule son affiche nous est connue. » Le PULGASARI de 1985 en serait un remake et son réalisateur, Sang-ok Shin, en aurait aussi réécrit une autre version « tout public » aux États-Unis pour le film GALGAMETH : L’APPRENTI DRAGON (1996).

Mais je vous laisse découvrir la fameuse créature Pulgasari dans la bande-annonce en V.O. du film de 1985 avec son ambiance très médiévale. Et si vous ne tenez déjà plus en place et que vous désirez découvrir le film complet tout de suite et maintenant, en voici une version sous-titrée en anglais sur YouTube.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare

INDEX DE COSMOFICTION

30 ans plus tard CosmoFiction est de retour !

LA BANDE-ANNONCE : VOLTAN LE BARBARE (1980)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

hawkVoici VOLTAN LE BARBARE, un petit film de Sword And Sorcery anglais ! Alors déjà, je vous vois arriver de loin bande de mauvaises langues, telle une meute d’éléphants en bermudas déboulant dans une boutique de verreries ! Et vous allez me dire que ce film n’est qu’un des nombreux ersatz de CONAN LE BARBARE. Eh non ! Et même un éléphant en bermudas ça se trompe !

VOLTAN LE BARBARE est sorti en salles en 1980, donc deux ans avant le film culte de John Milius, mais en Angleterre, dans son pays d’origine et sous le titre HAWK THE SLAYER.

Mais de là à ce que le film soit sorti tardivement en France ou ressorti sous un autre titre comme celui de VOLTAN LE BARBARE, il n’y a qu’un pas, je vous l’accorde. C’est aussi le cas du téléfilm américain L’ARCHER ET LA SORCIÈRE (1981, The Archer: Fugitive from the Empire), de Nicholas Corea, qui ne fut d’abord qu’un pilote d’une série télé avortée en 1981 et que les producteurs ressortirent au cinéma en Europe dans une pseudo-version longue au moment-même du succès de CONAN LE BARBARE, en 1982. La filouterie faisant donc légion dans les rangs des concurrents de Conan, vous n’êtes donc que des moitiés de mauvaises langues et pas de vrais éléphants en bermudas.

L’intrigue : Hawk et Voltan sont deux frères aux aspirations antagoniques. Alors que le premier ne souhaite que rouler sur l’herbe dans les bras de sa dulcinée, le second ne rêve que de pouvoir et de conquêtes. C’est dans cet état d’esprit que l’odieux Voltan élimine la fiancée de son frère et commet sans sourciller un effroyable parricide. Hawk est bien entendu outré et se roule maintenant seul dans l’herbe… Jusqu’à ce que son frère ne commette un nouveau délit : l’enlèvement d’une nonne pour laquelle il demande une rançon de deux mille pièces d’or. Hawk est alors contacté pour intervenir. Ne pouvant agir seul face à l’impressionnante armée de son frère, notre héros mécontent décide de s’adjoindre les services d’un géant goulu, d’un nain rigolard, d’un elfe ronchon et d’une magicienne pudique. Ensemble, ils se dressent contre l’ombre maléfique de Voltan et partent libérer la nonne retenue dans une cage en bambous…

VOLTAN LE BARBARE a été réalisé par le cinéaste anglais Terry Marcel dont le nom n’inspirera pas vraiment les plus vifs cinéphiles, mais c’est à lui que l’on doit le nanardesque PRISONERS OF THE LOST UNIVERSE qui fut présenté le jour-même du lancement de CosmoFiction. Et alors que John Saxon se noyait dans la bêtise des PRISONERS OF THE LOST UNIVERSE, c’est Jack Palance qui s’y colle pour interpréter l’affreux et barbare Voltan dans ce film à tout petit budget.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn

INDEX DE COSMOFICTION

30 ans plus tard CosmoFiction est de retour !

LA BANDE-ANNONCE : POPCORN (1991)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

popcornLe TV Trailer de POPCORN (1991), autrement dit, sa bande-annonce américaine destinée à des passages publicitaires à la télévision américaine, présente le film de Mark Herrier comme un dérivé des FREDDY et autres MASSACRES À LA TRONÇONNEUSE. Mais bien qu’étant un teen-movie passé plutôt inaperçu, POPCORN vaut bien mieux que son spot publicitaire légèrement minimaliste, bien que ce soit évidemment un film à références.

« Un tueur masqué, découpant le visage de ses victimes, fait un véritable massacre durant un festival de films d’horreur. Maggie est persuadée qu’il s’agit du même assassin que celui qui a massacré sa famille il y a 15 ans. »

Sans être vraiment parodique, POPCORN est une série B d’horreur rendant hommage aux films du même genre et qui l’ont précédé. Et c’est dans ce sens que le film est agréable car bourré de références à un cinéma à petits budgets, à sensations fortes, avec ses passionnés et ses idoles, tout en narrant une histoire d’assassin psychédélique mis en abîme, un peu à la manière de « Scarman », le tueur virtuel de l’excellente série B australienne, CUT (2000) de Kimble Rendall.

En plus de Mark Herrier, le scénariste, maquilleur et cinéaste Alan Ormsby a participé à l’écriture et à la réalisation de POPCORN que vous trouverez en entier et en version originale ici. Ormsby étant le réalisateur de l’excellente première version des aventures du tueur psychopathe et nécrophile Ed Gein, en 1974 avec DERANGED (ou seconde version, si l’on considère que MASSACRES À LA TRONÇONNEUSE est directement inspiré des meurtres d’Ed Gein).

Alan Ormsby a aussi participé aux effets spéciaux des deux films cultes de Bob Clark, DEAD OF NIGHT (1972) et CHILDREN SHOULDN’T PLAY WITH DEAD THINGS (1973), et à la création des maquillages des zombies-nazis du COMMANDO DES MORTS-VIVANTS (1977, Shock Waves), ainsi qu’au scénario du remake de LA FÉLINE de 1982 et à celui de POPCORN derrière le pseudonyme de Tod Hackett. Une jolie carrière dans le bis que celle d’Ormsby expliquant sûrement la qualité de POPCORN et cette bande-annonce un peu stéréotypée sur le sujet.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur

INDEX DE COSMOFICTION

30 ans plus tard CosmoFiction est de retour !

12345

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY