Archives pour la catégorie HORREUR

INSTANTANÉ : LA NUIT DES SANGSUES (1986)

INSTANTANÉ : LA NUIT DES SANGSUES (1986) dans CINÉMA 18101509562915263615943488

(CosmoFiction – morbius@gmail.com)

LE MONSTRE DE LA SEMAINE : LES CRITTERS

Un monstre des Eighties, invité vedette de la semaine sur CosmoFiction ! Un monstre parmi le florilège infernal des créatures issues des films ou des séries télévisées fantastiques et de science-fiction des années 80 ! 

LE MONSTRE DE LA SEMAINE : LES CRITTERS dans CINÉMA 18092906430715263615916005

Cousins éloignés des Gremlins, les Critters trouvent leur origine from outer space. Ils se sont échappés de leur prison et sont parvenus jusqu’à nous grâce à un vaisseau spatial. Inutile de les mouiller après minuit pour obtenir d’horribles petits monstres, ils le sont dès la naissance et ne désirent en tout et pour tout qu’une seule et unique chose : vous bouffer tout entier, mais aussi bouffer votre famille, votre ami(e), votre chien, votre chat, votre poisson rouge, bref, tout ce qui est vivant…

18092906443915263615916006 dans CrittersDe petite taille, poilu, plutôt rond et moche, le Critter possède des yeux rouges, une gueule immense aux dents innombrables (c’est pour mieux te croquer mon enfant) et peut lancer des épines sur ses victimes afin de les paralyser. Il se déplace en roulant au sol et toujours accompagné de ses p’tits copains de la même espèce. Une chance, des chasseurs de primes intersidéraux les pourchassent, mais parviendront-ils à retrouver ces horribles Critters et les tuer ? Car nos petits monstres se plaisent plutôt bien en Amérique et foutent un bazar pas possible dans la cambrousse yankee. Dommage qu’ils ne se soient pas retrouvés à la Maison Blanche pour bouffer l’autre bouffon et ainsi nous en débarrasser définitivement.

Mais laissons à présent la parole à Stephen Herek, réalisateur du premier CRITTERS (1986), qui nous parle de la conception de ses mignonnes petites créatures : « Nous avons contacté les Frères Chiodo, et deux semaines après notre rencontre, ils sont revenus avec plusieurs propositions que nous avons peu à peu modifiées. Nous avions très peur de la façon dont les Critters passeraient à l’écran. Je dois admettre que nous sommes très fiers du résultat. Certains sont des marionnettes, et d’autres sont commandés par radio. Dans plusieurs scènes, il a fallu entre six et dix personnes pour les faire fonctionner. La magie du montage, elle aussi, a permis de leur donner vie. »

Les Critters reviendront ensuite dans trois autres films, et vous pourrez même bientôt les découvrir dans une série TV qui nous les mettra en vedette ! Tant mieux car c’est toujours un plaisir de les retrouver. Bon, apparemment nos chasseurs de primes ont encore du pain sur la planche.

- Morbius – (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

Résultat de recherche d'images pour "critters gif"

Autres Monstres de la Semaine :

Beholder chinois / Créature de Fyrine IV / Sinok / Asticot-géant-violeur de Morganthus / Martien glouton / Ver des sables d’Arrakis / Vermithrax Pejorative / Gremlins / Molasar / Darkness / La Chose / La Mouche / Audrey II / Pinhead / Visiteurs / Cœlacanthe mutant / Dévoreur de Pluton / Yautja galactique  / Hobgoblin ratatiné / Katahdin, le grizzli mutant / Extraterrestre incubateur cannibale / Guzoo, le parasite sanglant de la nuit des temps / L’alien envahisseur aux mille cocons / La nouvelle femme guêpe / L’homme-homard venu de Mars / Rawhead Rex ou le monstre à la gueule figée / Mangeur de pierre d’une histoire sans fin / La créature qui voulait se faire aussi belle que l’Alien

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

INSTANTANÉ : LEGEND OF THE OVERFIEND (1989)

INSTANTANÉ : LEGEND OF THE OVERFIEND (1989) dans DESSIN ANIMÉ 18091912572915263615900990

(CosmoFiction – morbius@gmail.com)

ANTHROPOPHAGOUS (1980)

Il faut tout de même avoir des tripes et avaler un bon tord-boyau pour regarder ANTHROPOPHAGOUS. Ah ben, ça tombe bien, Tom se fait une joie de vous en parler, la bave aux lèvres…

ANTHROPOPHAGOUS (1980) dans CINÉMA 18090806324715263615882750ANTHROPOPHAGOUS

Italie – 1980 – de Joe D’Amato

Avec Tisa Farrow, Saverio Vallone, Serena Grandi, Margaret Mazzantini, Mark Bodin, Bob Larsen, George Eastman, Zora Kerova…

Dans cet univers merveilleux qu’est le cinéma horrifique, il existe certains films qui, même avant visionnage, bénéficie d’une aura si particulière qu’elle laisse place à tous les fantasmes pour le néophyte en herbe rêvant de découvrir l’objet d’une telle convoitise. En 1980, le grand Joe D’Amato va mettre en scène une œuvre qui, de par le biais d’un bouche-à-oreille contagieux et de visuels méchamment accrocheurs, va faire partie de ces petites poignées de métrages qu’il faut absolument avoir vues si l’on souhaite découvrir ce qui se fait de mieux dans le gore à l’italienne : le bien nommé, ANTHROPOPHAGOUS…

Artisan polyvalent et technicien talentueux, Aristide Massaccesi va, un an après nous avoir offert une ode à la poésie macabre et nécrophile dans son inclassable BLUE HOLOCAUST, remettre le couvert pour cette fois, nous offrir une péloche d’épouvante particulièrement gratinée. Opportuniste en diable, le natif de la ville éternelle va désormais s’intéresser à un genre alors très en vogue en ce début de décennie, le slasher movie. Prenant tout de même ses distances avec ce courant cinématographique populaire, Joe D’Amato va se rappeler à bon escient qu’après avoir assassiné sa sœur parce qu’il voulait mater ses nichons, le jeune Michael d’Haddonfield fut une affaire plutôt banquable au box-office américain. De plus, en cette belle et douce année 80, on ne fume pas que du tabac et on fornique pas mal du côté de Crystal Lake… pendant que le gosse Voorhees est en train d’apprendre la brasse sans surveillance…

18090806364515263615882752 dans HORREURC’est donc sur un scénario de l’immense George Eastman – Luigi Montefiori pour l’état civil – que D’Amato va donc nous présenter sa version des faits. Parti en croisière faire du tourisme sur quelques îles paradisiaques au large de la Grèce, un groupe de jeunes gens va faire la connaissance de Julie, elle-même désireuse de rejoindre l’une d’entre elles afin de retrouver ses amis. Une fois sur place, l’endroit est désert et il semblerait que la mort et la désolation aient pris possession des lieux. Suite à l’exploration d’un village fantôme et la découverte d’une jeune fille aveugle, cette dernière va leur apprendre qu’un terrifiant psychopathe aurait décimé toute la population. Parallèlement, des membres de cette macabre expédition estivale sont portés disparus…

Grace à une somptueuse mise en scène et un étonnant score de Marcello Giombini (à qui l’on doit les bandes originales de DUEL AU COUTEAU, SABATA, ou encore ZAMBO… et oui !), D’Amato va, dès sa séquence d’ouverture, nous plonger dans une incroyable ambiance mortifère. Artiste naturellement attiré par l’innovation, les sons tendance électro et ceux, à caractère religieux, Giombini va bercer cette bande d’une musique quasiment funéraire, et D’Amato va grandement en tirer partie. En témoigne sa magnifique introduction ou l’on retrouve un couple sur une plage déserte. Madame, tout de bikini vêtu, s’en va piquer une tête tandis que son compagnon s’allonge confortablement, écouteurs visés sur les oreilles. Au loin, on remarque une barque oscillant sur les vagues et qui semble abandonnée. Curiosité oblige, notre baigneuse s’en va examiner son contenu de plus près. Une fois à proximité de celle-ci, on peut lire un sentiment d’effroi sur le visage de cette dernière qui, soudainement, sera tiré au fond de l’eau via un bouillonnement d’hémoglobine. Dans la foulée, une ombre menaçante, hachoir sanguinolent à la main – bon, parfois faut pas trop chercher d’explication quand même…- s’approche lentement de l’homme à demi endormi sur les rochers. Et lorsque celui-ci ouvre les yeux, c’est pour mieux se prendre un méga coup de tranchoir en pleine tête. Efficace, et annonciateur de l’hécatombe à venir… Juste excellent !

18090806392015263615882756 dans TOM

Bien entendu, ceci n’est qu’une petite mise en bouche, à peine un hors-d’oeuvre. Pour le plat de résistance, d’autres séances hallucinantes et instantanément cultes vont venir alimenter la sulfureuse réputation d’ANTHROPOPHAGOUS. Celle, odieuse, malsaine, et surtout très polémique, mais beaucoup plus suggérée qu’elle n’est montrée, présentant l’éviscération d’un fœtus par le dangereux cannibale qui croquera dans le semblant de petit être sous l’œil horrifié et impuissant du papa succombant à ses blessures. Ou encore, ce final improbable qui verra notre insatiable mangeur de chairs 18090806411715263615882757humaines mordre ses propres boyaux avant de s’effondrer définitivement sur le sol. Mais, malgré ses indéniables qualités, c’est surtout dans le charisme dudit anthropophage que le film puisse sa force. Interprété de main de maître par Eastman lui-même (LA NUIT FANTASTIQUE DES MORTS-VIVANTS, PORNO HOLOCAUST, HORRIBLE… la fausse suite), Klaus Wortmann, littéralement le rôle de sa très belle carrière, est présenté telle une créature qui n’a plus la moindre once d’humanité. Cheveux hirsutes, visage brûlé, yeux remplis de haine, halètements inhumains, chaque intervention de l’homme qui se mange lui-même est un véritable moment de pure terreur que D’Amato dose avec une extrême intelligence. Ses attaques sont d’une bestialité hors norme, et renvoient illico au vestiaire les futurs croquemitaines qui seront starifiés en faisant les beaux jours du slasher estampillé so 80′s. Un monstre que l’on range plus volontiers du côté d’un Cropsy – du génial CARNAGE de Tony Maylam, sortie un an après -, voir d’un Leatherface, pour sa brutalité. On retrouvera à ses côtés la très inexpressive Tisa Farrow (L’ENFER DES ZOMBIES, HÉROS D’APOCALYPSE), la sœur de Mia, la bombe anatomique Serena Grandi – vu, entre autres, dans le MIRANDA de Tinto Brass, ou encore nous dévoilant sa généreuse plastique dans le très bon DELIRIUM de Lamberto Bava – ainsi que l’éternelle mal traitée du bis transalpin Zora Kerova (LES NOVICES LIBERTINES, ou jouant avec des crochets dans le très sanglant CANNIBAL FEROX).

18090806461015263615882759Première production estampillée Filmirage, la défunte mais prolifique société de Joe D’Amato, ANTHROPOPHAGOUS, strictement interdit au moins de dix-huit ans lors de sa sortie sur notre territoire, qui, s’il est à n’en point douter le chef-d’œuvre de son auteur, va considérablement marquer une génération de cinéphiles plutôt avides d’un cinéma gore, outrancié, et ayant un impact visuel extrêmement puissant. Plus de trente ans après sa sortie, ANTHROPOPHAGOUS n’a absolument rien perdu de sa superbe et demeure l’un de ces innombrables joyaux, que seuls nos amis italiens savaient façonner, et qui manque cruellement à la production cinématographique actuelle…

- Tom Phénix – (CosmoFiction – morbius@gmail.com)

Autres articles de Tom :

Ratman / Flesh Eater / Démons / Monster Dog / Waxwork / Vampire, vous avez dit Vampire ? 2

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

INSTANTANÉ : LA MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE (1981)

INSTANTANÉ : LA MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE (1981) dans CINÉMA 18082209004315263615858243

(CosmoFiction – morbius@gmail.com)

VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2 (1988)

Tom se penche aujourd’hui sur des saigneurs de la nuit, pas trop près tout de même car il sait qu’il risque croc, pardon, qu’il risque gros. On le retrouve ainsi aux prises avec la belle Regine de VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2, tandis qu’un Peter Vincent tente de le convaincre de prendre ses pieds à son cou, ne serait-ce que pour se protéger des morsures… 

VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2 (1988) dans CINÉMA 18081708120015263615850879VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2

États-Unis – 1988 – de Tommy Lee Wallace

Avec : William Ragsdale, Roddy Mc Dowall, Traci Lind, Julie Carmen, Jon Gries, Russell Clark, Brian Thompson, Ernie Sabella, Merritt Butrick, Matt Landers, Alexander Folk, Scanlon Gail, Josh Richman, Karen Anders, John Lafayette…

Âme damnée se nourrissant de sang humain et ayant juré fidélité à la lune, le vampire fait partie de ces monstres populaires ayant été bien aidé, il est vrai, par le célèbre roman de Bram Stoker bénéficiant d’un puissant potentiel propre à envoûter une intrigue teintée de fantastique. Souvent mis en lumière dans l’histoire du septième art, bon, pas trop quand même sinon ils clamsent, les anges de la nuit ont connu quelques apogées particulièrement marquantes au cinéma. Des premiers métrages muets en noir et blanc en passant par le regretté Christopher Lee et les productions de la Hammer, ces morts-vivants pas comme les autres, enchaînant les succès critiques et commerciaux, vont pourtant connaître un petit passage à vide au milieu des années 70. Afin qu’ils ressortent efficacement leurs canines, ils leur faudra pour cela attendre 1985 que Tom Holland réalise l’un des grands films de cette décennie avec son extraordinaire FRIGHT NIGHT. Mais aujourd’hui, on va s’intéresser de plus près à la suite de ce chef-d’oeuvre…

18081708175815263615850888 dans HORREURÀ l’orée des glorieuses 80′s, l’attente du public en matière d’épouvante a considérablement évolué et, clin d’œil évident au contexte, ce n’est surement pas Peter Vincent qui va me contredire… Le Comte Dracula, incarné de main de maître par Sir Christopher, aux yeux injectés de sang et arpentant les couloirs interminables d’un château sinistre, ne fait malheureusement plus école. Les amateurs veulent désormais faire face à des terreurs concrètes qui se fondent naturellement dans le quotidien de chacun. À Georgetown, quelques années auparavant, il faut dire qu’une jeune ado étonnamment souple a dévoilé au monde que sa tête était capable de tourner à 360 degrés ; donc ça devient difficile après un tel choc d’effrayer le cinéphile en herbe en quête de sensations fortes avec un spectre rôdant dans quelques lugubres cimetières afin de mordre une poignée de donzelles à peine dévêtues… À moins que…

Avant de laisser place à nos accros à l’hémoglobine favoris, c’est tout d’abord le lycanthrope qui sera mis en valeur avec, en 1981, deux bandes essentielles qui vont définitivement ancrer les créatures mythiques dans la vie de tous les jours avec les imparables HURLEMENTS et LE LOUP-GAROU DE LONDRES. Suivront d’autres tentatives très intéressantes, telle que le PEUR BLEUE de Daniel Attias et son prêtre poilu, avant que Tom Holland ne redonne de la visibilité à la légende des suceurs par le biais de son VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ?. Instantanément culte, cette péloche va réhabiliter les descendants de Nosferatu et ouvrir la voie à d’autres réalisations de ce genre. On citera par exemple l’excellent VAMP de Richard Wenk, l’émouvant et tellement beau, et oui, je suis sensible comme gars, AUX FRONTIÈRES DE L’AUBE de Kathryn Bigelow, ou encore le très réussi GÉNÉRATION PERDUE du père Schumacher, pour en arriver finalement à la création d’une suite inévitable à la petite perle de Tom Holland.

18081708195715263615850889 dans TOM

C’est donc en 1988 que Tommy Lee Wallace, ayant fait ses classes comme monteur du côté de chez John Carpenter sur HALLOWENN et FOG puis, se faisant un petit nom en passant derrière la caméra pour les besoins du très original HALLOWEEN 3 et, un peu plus tard, via l’incontournable ÇA, va mettre en chantier cette séquelle carrément attendue. À défaut de révolutionner la franchise, Tommy Lee Wallace va, avant tout, chercher à porter à l’écran ce que les nombreux fans du premier opus ont l’envie, et le besoin, de voir ou de redécouvrir. Pour cela, ce dernier va utiliser une trame 18081708225315263615850890narrative quasi-similaire à celle d’Holland en y injectant tout de même quelques éléments novateurs qui vont se montrer d’une efficacité redoutable. De prime, afin de changer dans la continuité, Wallace va pouvoir compter sur la présence de William Ragsdale, qui rempile pour jouer le personnage de Charlie Brewster, mais surtout, sur l’étonnant Roddy Mc Dowall (LA MAISON DES DAMNÉS, SHAKMA) qui renfile sa tenue de chasseur de goules dans le but d’interpréter de nouveau l’amusant et incontournable Peter Vincent. Complétant son casting avec quelques gueules de série B facilement identifiable, comme la mâchoire très carrée de l’imposant Brian Thompson (Night slashers dans le COBRA de George Cosmatos), le réalisateur va surtout être confronté à un délicat défi de taille. Dans cette suite, c’est la sœur de Jerry Dandrige qui va venir venger la mort de son bien-aimé frère. Qui va donc pouvoir prendre le relais du beau et ténébreux Chris Sarandon dans le rôle principal du démon nocturne ? L’enjeu est conséquent, Sarandon étant sans aucun doute l’un des vampires les plus charismatiques imprimés sur pellicule. Wallace va littéralement 18081708254215263615850891réussir un véritable coup de génie en donnant à Regine, la sœurette de Jerry, la beauté des traits de Julie Carmen. D’ascendance hispano-cubaine, cette infernale prédatrice va devenir rapidement l’attraction principale de la bobine en imprégnant chacune de ses apparitions, aussi dangereuses soit-elles, d’une sensualité envoûtante presque palpable.Substituant avec brio l’absence de Chris Sarandon, la somptueuse Julie, qui accédera définitivement à la postérité en 1994 avec L’ANTRE DE LA FOLIE de Big John, va se montrer indispensable et contribuer activement à la réussite indéniable de cette séquelle pas forcément évidente.

Du côté des nouveautés, on aura le plaisir d’avoir cette fois à faire à non pas un, mais trois assoiffés de sang. La divine créature précitée venant à bout des élastiques de caleçons les plus résistants, mais aussi l’androgyne Belle, suceur monté sur rollers et adepte des morsures bien gerbantes et enfin, un être étonnant répondant au nom de Louie, mi-vampire mi-lycan, adepte de l’humour morbide et donnant un véritable panache à l’ensemble de l’œuvre.

Grâce à une mise en scène remarquable, sombre et particulièrement soignée, étonnant qu’un tel artiste fût cantonné par la suite à filmer les aventures de FLIPPER LE DAUPHIN pour la télévision, Wallace va pouvoir s’appuyer également sur l’expérience de solides techniciens. Superbement photographié, c’est le Canadien Mark Irwin, fidèle collaborateur de David Cronenberg dans sa période dorée, qui est aux commandes et qui sublimera de par son talent quelques plans assez saisissants. Bénéficiant en sus du sympathique score de Brad Fiedel (TERMINATOR 1 et 2), rescapé lui aussi du premier épisode, VAMPIRE VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2 va, techniquement et qualitativement parlant, se loger avec aisance dans le glorieux sillage de son prédécesseur.

18081708292315263615850892Bon, au final ça donne quoi ? FRIGHT NIGHT 2 est certes, une séquelle à qui l’on peut reprocher un petit manque d’originalité, du fait qu’il calque sa trame de manière parfois assez explicite sur l’opus précédent. Ça, c’est certain mais parfaitement volontaire. En contrepartie, le soin apporté à la création du film en règle générale, la subtilité des éléments nouveaux, la psyché des protagonistes ou encore l’humour omniprésent, font de ce VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2 une péloche qui, même si elle est loin d’égaler la prouesse de Tom Holland, en même temps la barre est placée assez haute, demeure néanmoins une suite maîtrisée, vraiment réussite ; et qui, si elle est encore loin de faire de l’ombre à son illustre modèle, ne demeure en aucun cas un prolongement embarrassant, bien au contraire. Pour ma part, si toutes les productions estampillées numéro 2 pouvaient être aussi abouties, honnêtement, je signe dans la foulée…

- Tom Phénix – (CosmoFiction – morbius@gmail.com)

Résultat de recherche d'images pour "fright night 2 1988 gif"

Autres articles de Tom :

Ratman / Flesh Eater / Démons / Monster Dog / Waxwork

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

WAXWORK (1988)

Et pendant que Morbius délaisse allègrement ses blogs pour d’autres aventures, c’est dans un musée pas comme les autres que vous convie Tom. Là, caché entre une créature de Frankenstein et un Comte Dracula (en triste cire, bien évidemment), poignard caché dans le dos, il vous prévient que la visite risque de ne pas être de tout repos… Suivons-le ! 

WAXWORK (1988) dans CINÉMA 18072008573615263615814353WAXWORK

États-Unis – 1988 – de Anthony Hickox

Avec : Zach Galligan, Joe Baker, Deborah Foreman, Michelle Johnson, David Warner, Miles O’Keeffe, Patrick Macnee…

Le Comte Dracula, la créature de Frankenstein, le loup-garou, la momie, et bien d’autres… En voilà des icônes sacrées unanimement adulées par de nombreux amateurs de cinéma d’épouvante. Lancés au début des années 30 par les Studios Universal par le biais, notamment, du DRACULA de Tod Browning et de FRANKENSTEIN version James Whales, ces personnages cultes connaîtront au fil des ans un tel succès que les scénaristes vont finir, certes pas toujours avec une finesse extrême, par les faire se rencontrer dans parfois d’improbables récits. Pour la plus grande joie des fans de ces monstres intemporels, penchons-nous un instant sur un hommage aussi respectueux, qu’il n’est maîtrisé, via une visite pas tout à fait comme les autres dans un musée de cire un peu plus dangereux que le Grévin parisien (quoique, la statue de Kev Adams c’est flippant quand même…), avec le génial WAXWORK…

Mis en scène par Anthony Hickox, dont le paternel n’est autre que Douglas Hickox, réalisateur pour ne citer que celui-ci de THÉÂTRE DE SANG avec Vincent Price, WAXWORK est le premier passage derrière la caméra pour le jeune anglais alors âgé de 24 ans. Issu d’une famille baignant dans le 7ème art, en plus de la profession de son père, sa mère Anne V. Coates est monteuse, Anthony fait rapidement figure de petit prodige au futur très prometteur. Ces promesses vont être en partie tenues dans les quelques années qui suivront la sortie de la péloche dont nous allons nous intéresser de plus près. En effet, avant de tomber en désuétude au crépuscule de la décennie 90, Anthony Hickox nous aura tout de même gratifié d’un sympathique SUNDOWN : LA GUERRE DES VAMPIRES, d’un amusant WAXWORK 2 et d’un excellent HELLRAISER 3. Pas mal quand même…

18072009002115263615814359 dans HORREURPrésenté pour la première fois en France au mythique festival d’Avoriaz en janvier 1989, où il remporta le prix de la section peur là où concourait aussi le PHANTASM 2 de Don Coscarelli, WAXWORK nous narre les aventures d’un groupe de jeunes étudiants issus de la fine bourgeoisie américaine et qui, suite à l’invitation d’un homme à l’attitude mystérieuse, décident d’aller visiter un étrange musée où sont présentées différentes effigies de cire à l’image des êtres les plus abominables ayant sévi sur notre planète. Mais, il semblerait que le propriétaire des lieux médite d’obscurs projets de fin du monde en redonnant vie à son armée infernale. Et pour arriver à ses fins, il va devoir prendre l’âme de quelques malheureux visiteurs…

Partant sur cette idée scénaristique très ouverte et assez jubilatoire, Anthony Hickox va donner un rythme dynamique à un récit qu’il n’hésitera pas à imprégner d’une dose d’humour parfois très noir. Aidé il est vrai par un casting intéressant, le réalisateur va intelligemment travailler la psyché de ses protagonistes afin de leur donner l’épaisseur nécessaire pour l’histoire qu’il va développer. On reconnaîtra en tête d’affiche Zach ‘j’ai mouillé Gizmo’ Galligan, dont la carrière ne décollera guère par la suite (des épisodes de série télé comme DOCTEUR QUINN ou LA CROISIERE S’AMUSE, après avoir tater du GREMLINS sous la direction de Joe Dante c’est un peu dommage quand même…), la carrément canon Michelle Johnson (LA MORT VOUS VA SI BIEN, DR RICTUS) en vampiresse envoûtante et diablement sexy, l’expérimenté David Warner, à la filmographie très conséquente, et quelques  »gueules » incontournables du cinéma bis tels l’impayable Miles O’Keeffe (ATOR L’INVINCIBLE, IRON WARRIOR, DOUBLE TARGET… ça calme quand même !). Ce dernier, découvert en train de se frotter la liane contre Bo Derek dans le TARZAN de John Derek au début des années 80 trouve, en incarnant un prince des ténèbres à la beauté glaciale mais pas très bavard, un rôle correspondant plutôt bien à son jeu d’acteur assez monocorde.

18072009033415263615814362 dans TOM

Pour mettre en images tout cela, Anthony Hickox va soigner sa mise en scène en lui donnant parfois une ambiance quasi-atmosphérique. Les incursions dans les univers respectifs des célèbres entités sont fidèlement reconstituées et bénéficient d’incroyables effets spéciaux signés par le magicien Bob Keen. Son loup-garou, probablement l’un des plus beaux jamais vus sur grand écran, est redoutable et va être particulièrement mis en lumière dans une séquence absolument cultissime. Alors qu’un chasseur venu l’éliminer lui casse une chaise sur le dos, le lycanthrope se retourne vers son agresseur, 18072009062615263615814369 dans Waxworkle fixe, s’essuie l’épaule des quelques poussières émanant des débris du siège, et attaque son adversaire en le mordant au visage puis en le déchirant en deux dans le sens de la longueur. Simplement imparable ! Sa momie, qui une fois n’est pas coutume, n’est pas du genre molle de la bandelette, se livre à quelques exécutions très graphiques et méchamment gores telle la tête écrasée d’un serviteur en train de se prosterner devant son apparition. Génial !

Œuvre bénéficiant de deux montages aux différences très légères, WAXWORK ne dispose pas vraiment de version cut ou uncut. C’est lors du passage avec les vampires que tout se joue. Dans le format dit coupé, il manque en fait un effet sanglant concernant une tête de suceur de sang qui explose. La séquence de l’empalement sur des bouteilles de l’une des femmes de Dracula est aussi un peu plus courte. Par contre, une toute petite partie avec les comtesses est manquante sur la copie dite intégrale. Donc, hormis le maquillage spécial sanguinolent avec l’une des goules, pas de grandes différences notables entre les deux.

Véritable déclaration d’amour à un cinéma de genre qu’il semble particulièrement aimer, le fiston Hickox réalise là un métrage parfaitement réussi. Subtil mélange d’horreur et d’humour, WAXWORK est un coup d’essai qui se transformera en véritable coup de maître. Encore aujourd’hui, le film fait figure de petit classique estampillé so 80′ dans le cœur des cinéphiles branchés tendance horrifique et, n’ayant pas pris une ride, se laisse (re)découvrir avec toujours le même plaisir. Allez, cela (re)vaut bien une petite visite…

- Tom Phénix – (CosmoFiction – morbius@gmail.com)

Résultat de recherche d'images pour "waxwork gif"

Autres articles de Tom :

Ratman / Flesh Eater / Démons / Monster Dog

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

REPORTAGE : THE MAKING OF STEPHEN KING’S CREEPSHOW

S’il s’agit là d’une vidéo VHS de qualité plutôt médiocre, l’ensemble n’en demeure pas moins très intéressant si vous êtes un fan pur et dur du film culte CREEPSHOW (1982) de George A. Romero. En effet, pendant près de deux heures, une caméra amateur a filmé scènes de répétition, acteurs, maquilleurs et spécialistes en effets spéciaux à l’œuvre sur le tournage. Aucun commentaire, aucune interview, aucune musique, juste des images ininterrompues du making of du film avec uniquement le bruit des accessoires et des claps. Un document plutôt rare.

- Morbius – (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

Cliquez sur l’image ci-dessous pour obtenir la vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Autres sujets présentés dans la catégorie Reportage :

La Bataille des Planètes / Albator / Making of Terminator / Goldorak / X-Or / Making of Dune / Making of Blade Runner / Making of Contamination / Making of Les Aventures de Jack Burton / Émission Cinéstar de janvier 1988 avec Mathilda May / Rapido spécial Jerry Goldsmith / Making of featurette de Poltergeist / Reportage sur Robocop dans Cinéstar (1988) / Journey to KRULL : The Making of the Film / Gremlins : Behind the Scenes / Making of Freddy 3 / Making of L’Invasion vient de Mars / Making of 2010, L’Année du Premier Contact / Bertrand Cadart, un Frenchie chez Mad Max / Making of Enemy Mine / Reportage sur The Thing / Making of Tygra, la Glace et le Feu / Frazetta par Bakshi / Temps X : Aliens, le Retour / Capitaine Flam / San Ku Kaï / Albator / Les Maîtres de l’Univers, le dessin animé / Spaceballs : Behind the Scenes / Temps X : Vampire, vous avez dit Vampire ? / Rapido spécial L’Aventure Intérieure / Temps X cinéma : 15 ans d’Avoriaz / Willow, The Making of an Adventure / Les livres dont vous êtes le héros / Le Démon dans l’Île à Avoriaz

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

MONSTER DOG (1984)

Du loup-garou transalpin au menu, c’est un mets plutôt rare nous dit Tom en nous présentant la bête fraîchement abattue par ses soins. À la table des convives, entre autres, Claudio Fragasso et Alice Cooper… Asseyons-nous un instant…

MONSTER DOG (1984) dans CINÉMA 18052105482215263615722259MONSTER DOG

Italie – 1984 – Claudio Fragasso

Avec : Alice Cooper, Victoria Vera, Carlos Santurio, Pepa Sarsa, Pepita James, Emilio Linder, Ricardo Palacios, Luis Maluenda, Barta Barri, Charly Bravo…

Créature emblématique et fascinante ayant inspiré grand nombre de cinéastes, le loup-garou montra le bout de sa truffe humide dans une quantité incalculable de productions venant de pays aussi différents, sur le plan culturel, qu’ils ne le sont sur la façon dont ils vont imager le mythe. Des premières œuvres répertoriées sur le territoire américain, puis en passant sur les terres ayant vu naître la divine Salma Hayek, le lycanthrope va considérablement voyager et devenir une valeur sûre du cinéma horrifique d’exploitation. À un détail près quand même, il semblerait que notre boule de poils favorite ne soit pas un grand fan des spaghettis à la bolo, dommage. Mais ce n’est pas bien grave, car Claudio Fragasso va nous arranger cela…

Figure particulièrement populaire en Espagne, Paul « Waldemar » Naschy l’ayant plutôt bien aidé et de surcroît finement exploité (LA FURIE DES VAMPIRES ou encore le génial DRACULA CONTRE FRANKENSTEIN), au passage particulièrement remarqué dans la Perfide Albion, Terence Fisher nous a vraiment offert une inoubliable NUIT DU LOUP-GAROU, la féroce bestiole velue ne fut guère aperçue aux abords des forêts de la péninsule italienne. Étrange.

Bien occupés, passé la période gothique, à nous gratifier de métrages mettant en vedette cannibales, zombies et autres détraqués notoires adeptes de l’arme blanche, les artisans transalpins semblent quelque peu bouder la mise en images des mythiques personnages peuplant le 7e art en matière 18052105511715263615722260 dans HORREURd’épouvante. Quelques canines exhibées çà et là, une coproduction avec un Paul Morrissey, épaulé par Antonio Margheriti, en roue libre pour un sympathique combo DU SANG POUR DRACULA/CHAIR POUR FRANKENSTEIN, mais concernant le poilu sur lequel nous nous penchons aujourd’hui, pas grand-chose à se mettre sous la griffe. On trouvera la trace en 1961 d’un LYCANTHROPUS, aka LE MONSTRE AUX FILLES de Paolo Heusch, narrant l’enquête menée suite à la découverte du corps d’une jeune femme dévoré par un animal, et doté d’une intrigue davantage axée sur le fantastico-policier que sur l’horreur pure. Puis, en 1976, d’une improbable variante sur le thème avec le cultissime LA LOUVE SANGUINAIRE de l’érotomane Rino Di Silvestro. Dans ce dernier, l’intérêt repose surtout sur les épaules, ou entre les cuisses, de la sculpturale Annick Borel (BLOOD ORGY OF THE SHE DEVILS), héritière d’une malédiction ancestrale la poussant à se transformer lorsque la lune est pleine, ainsi que de la présence de la 18052105542015263615722261 dans TOMpresque toujours dénudée Dagmar Lassander (LA FEMME PERVERTIE). Pour ce qui est de la louve-garoute précitée, quelques morceaux de moquette collés sur les nichons feront de la jolie mamelée une prédatrice parfaite illustrant une péloche assez foutraque, mais ma foi bougrement divertissante. En clair, alors que Daninsky exhibe ses touffes aux quatre coins du territoire ibérique, il n’y a malheureusement toujours pas de véritable bobine d’homme-loup à se mettre sous la dent du côté de la patrie de Lucio Fulci.

1981 va être une année profondément marquée par les exactions de ce démon vorace arpentant les sous-bois, avec les sorties de deux chefs-d’œuvre considérables qui vont définitivement honorer ce sous-genre : HURLEMENTS de Joe Dante, et le tellement bon LE LOUP-GAROU DE LONDRES de John Landis. Gros succès critique et commercial, ces deux bandes vont offrir une voie toute tracée aux productions à venir souhaitant porter à l’écran les méfaits d’un monstre, dont la légende va être plus où moins arrangée et modernisée selon les besoins des différentes intrigues. Et pour le coup, l’ami Fragasso va nous sortir sa plus belle plume, mais pas que…

18052105573015263615722262Vince est un chanteur de rock populaire. Afin de tourner son prochain clip vidéo, il décide de partir avec son équipe quelques jours en campagne au sein de la maison dans laquelle il a grandi. Juste avant leur arrivée sur les lieux, l’artiste et sa troupe vont être mis en garde par des policiers. Il semblerait que des chiens enragés soient la cause de plusieurs meurtres commis dans le secteur. Prenant note de la recommandation, le groupe va rejoindre ladite bâtisse qu’il vont découvrir absente de l’hôte qui devait les recevoir. Commence alors d’étonnantes spéculations concernant les massacres commis à même la région et qui auraient peut-être un lien, avec un lourd secret que Vince ne semble pas prêt de dévoiler…

Presque indissociable à cette période de son compère Bruno Mattei, Clyde Anderson, son pseudo destiné à l’export, va signer pour MONSTER DOG le scénario ainsi que la mise en scène. Scénariste efficace (VIRUS CANNIBALE, LES RATS DE MANHATTAN), réalisateur talentueux (ZOMBIE 4, AU-DELÀ DES TÉNÈBRES, ou encore le très réussi PALERME-MILAN ALLER SIMPLE), Fragasso va faire preuve d’un brio redoutable lorsqu’il va masquer son manque de moyens par le biais d’une réalisation atmosphérique du plus bel effet.

Concernant ce type de film, l’un des attraits principaux réside souvent dans la qualité de la gloumoute qui va être portée à l’écran. Mais au milieu des glorieuses 80′s, la lire se fait de plus en plus rare dans les poches des producteurs italiens, il faut donc ruser intelligemment si l’on veut proposer un rendu présentable aux yeux des spectateurs. En grand habitué des prods relativement fauchées, Claudio Fragasso va habilement transformer ce handicap en points forts en ne révélant que partiellement les contours de l’animal terrorisant les différents protagonistes. Usant, et parfois abusant, d’effets de brouillard plutôt bien sentis, Fragasso ne laissera que deviner l’aspect massif de sa bête, en jouant malicieusement avec les interventions de cette dernière. Presque insaisissable, celle-ci marquera à chaque fois son passage par l’état des cadavres, en mode boucherie, qu’elle va semer derrière elle. Faisant monter la tension à chacune de ses apparitions, le lycanthrope nous sera enfin présenté lors d’une somptueuse séquence de transformation imaginée par le méconnu Carlo De Marchis (effets additionnels sur ALIEN quand même, et concepteur du saurien de L’ALLIGATOR de Sergio Martino) intervenant lors du final.

18052106035315263615722264

Exploitant au maximum les très beaux décors naturels dont il bénéficie, le tournage s’est déroulé à Torrelodones, en Espagne, Fragasso va aussi pouvoir compter sur un casting qui, à défaut de faire date dans l’histoire du cinéma, va se montrer clairement à la hauteur. Outre la séduisante Victoria Vera (LA RAGE DE TUER de René Cardona Jr.), la performance d’Alice Cooper dans le rôle de Vince reste indispensable à la réussite de ce LEVIATÁN, autre titre utilisé pour l’exploitation. Charismatique en diable, le futur clochard possédé chez Carpenter va nous livrer une interprétation de qualité, nous faisant presque regretter que le chanteur du génial album concept Welcome to my nightmare ne fut pas davantage sollicité pour ce type de projet.

18052106061815263615722265Alignant les clins d’œil à plusieurs genres cinématographiques propres au bis, la scène où des mercenaires armés vêtus de long impers se postant devant le refuge de Vince afin d’éliminer ce dernier fait clairement référence au western, voire même celle où ces mêmes rednecks prennent d’assaut les occupants de la demeure rappelle carrément le home invasion, Fragasso va sublimer son MONSTER DOG par le biais d’une magnifique bande originale parfaitement en phase avec l’ambiance de son œuvre. Subtile fusion de son synthétique secoué par d’efficaces rifts de guitare électrique, c’est l’inconnu Grupo Dichotomy qui fut crédité à la musique aidé, selon certaines sources officieuses, par le Hollandais Dick Maas, excellent réal de L’ASCENSEUR ou encore du très bon AMSTERDAMNED.

Même si finalement il ne laissa guère de poils sur les tables de montage italiennes, le loup-garou eut droit à un passage remarqué dans la Botte devant la caméra de Claudio Fragasso. Cet homme polyvalent du ciné transalpin aura eu le mérite de livrer une honnête adaptation sur le mythe, tout en proposant une péloche aussi originale qu’elle n’est aboutie. Un film à réévaluer d’urgence je pense…

- Tom  - (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

Autres articles de Tom :

Ratman / Flesh Eater / Démons

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

INSTANTANÉ : THE FINAL TERROR (1983)

INSTANTANÉ : THE FINAL TERROR (1983) dans CINÉMA 18050607372515263615701116

(CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

12345...19

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY