Archives pour la catégorie COSMOCRITIQUE

COSMOCRITIQUE : STAR TREK IV, RETOUR SUR TERRE (1986)

COSMOCRITIQUE : STAR TREK IV, RETOUR SUR TERRE (1986) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

17011207133115263614766901 dans COSMOCRITIQUERetour sur STAR TREK IV, l’un des meilleurs films de la saga, avec une critique passionnée et longue de Paul-Étienne parue dans le numéro 3 de CosmoFiction Fanzine d’août 1988.

17011207174115263614766903 dans FANZINE COSMOFICTIONL’histoire : « Au XXIIIe siècle, à l’issue de leur mission sur Genesis, l’amiral Kirk et son équipage se dirigent vers la Terre. Au même moment, une sonde d’origine inconnue émet des signaux ressemblant au chant des baleines et, après avoir détruit de nombreux vaisseaux, menace notre planète. Kirk décide donc d’effectuer un voyage dans le temps, accompagné de ses fidèles, jusqu’en 1986, afin de ramener des cétacés, désormais disparus, et de percer le mystère. » (allocine.fr, qui ferait bien de corriger toutes les fautes présentes régulièrement dans ses résumés…)

Dans l’une de ses lettres, notre rédac-chef adoré – qui venait de découvrir Le Mystère Farpoint de la nouvelle série STAR TREK : THE NEXT GENERATION – me tenait à peu près ces propos : « Tu ne sais pas ce que tu perds, Paul-Etienne, à ne pas être trekkie ! » Encore sous le choc de la vision trekkienne de cette nouvelle génération, perturbé, pour ne pas dire aveuglé par sa passion, il ne semblait pas se souvenir que je considérais STAR TREK : THE MOTION PICTURE comme l’un des plus grands chefs-d’œuvre de la science-fiction…

Eh oui, même si les autres épisodes m’ont paru manquer de saveur, voire même être insipides, j’ai toujours défendu avec énergie et conviction que cette série (télévisée et cinématographique) avait été un élément moteur et indispensable à notre passion commune. Cependant, j’avoue (et ce, sans honte !) ne pas vouer un culte fanatique à ces monuments de notre univers cinémato-scifilique. Peut-être suis-je inculte, ou idiot, mais c’est ainsi. Et l’on ne peut changer sa nature comme cela, en un tour de bras (triste destin que le nôtre !).

17011207152715263614766902 dans SCIENCE-FICTIONMais voilà, je suis tout de même allé voir STAR TREK, quatrième du nom (et ils en prévoient un cinquième !), totalement objectif, et… j’ai… ADORÉ ! Quoi de plus normal que cette réaction, quand on retrouve des personnages si familiers, si sympathiques, dans une nouvelle aventure encore plus palpitante (toujours plus fort, toujours plus loin !) ; lorsque l’on sait que le temps pèse inlassablement sur eux, à tel point que la télé leur a préféré une « next generation » plus jeune, plus solide et… moins ringarde ? Quoi qu’il en soit, Mr Spock, l’amiral Kirk, le Dr McCoy, Uhura, Sulu, Chekov et les autres (l’Enterprise, surtout…) me manqueront toujours ! Et ceci d’autant plus qu’après la vision de ce film il ne peut en être autrement, et c’est sans hésitation aucune que je peux affirmer qu’il s’agit bel et bien là du meilleur épisode de la saga STAR TREK (après le premier, tout de même !). Nos amis vous entraîneront dans une aventure extraordinaire, aux accents quelque peu écolos, dont la morale serait : « Touchez pas aux baleines ! », destinée à sensibiliser ces salopards avides d’argent qui exterminent ces mammifères dans le but pur et simple de s’emplir les poches.

17011207212615263614766904L’histoire est d’une originalité et d’une subtilité sans précédent ! Jamais un tel sujet n’avait été abordé, et personne n’y aurait même songé. Imaginez plutôt : une sonde extraterrestre revient vers la Terre du XXIIIe siècle pour rétablir un contact rompu inexplicablement il y a trois siècle avec le « peuple » qui l’habitait depuis des millénaires, bien avant l’apparition des hommes : les baleines à bosse… La suite ? À vous de la découvrir avec ce formidable scénario qui nous délivre des moments de pur plaisir, drôles et rafraîchissants à la fois, comme ces scènes – peut-être légèrement attendues au tournant, mais si drôles – durant lesquelles l’équipage de l’Enterprise se retrouve confronté à cette « civilisation barbare du XXe siècle » (dixit : Dr McCoy).

Les effets spéciaux sont pour leur part d’extraordinaires prouesses techniques et stylistiques, d’un réalisme troublant (ah ! Il est loin le temps des travelling-mattes défaillant du premier !) et d’une quasi perfection (sauf , peut-être, pour ce qui est des décors de Vulcain… et encore !)

17011207245415263614766924Le film, enfin, ne souffre que de deux accrocs (mineurs !) : l’affiche française – c’est incroyable, alors que celle d’outre Atlantique était… géante ! La française est pour le moins craignos ! Si c’est le genre d’affiche convenant parfaitement à des films comme RETOUR VERS LE FUTUR, elle trahit ici (volontairement ?) la mentalité qui émerge d’un film comme STAR TREK, ainsi que sa spécificité.

Deuxième « hic » : la musique. De pire en pire. On part du summum (Master Jerry), en passant par un très bon cru Horner (pourtant inférieur à son prestigieux et talentueux collègue), pour se rabattre sur un sombre inconnu qui nous compose un générique de STAR TREK à la mélodie plus proche de Jingle Bells que des envolées lyriques que pourrait lui inspirer la beauté infinie de l’espace.

Mais tout ceci reste secondaire. Il faut aller voir RETOUR SUR TERRE (ça y est, le trekkisme m’envahit inexorablement !) qui aurait pu être un chef-d’œuvre s’il n’avait souffert de la (trop) rude 17011207270815263614766925concurrence du premier épisode qui, lui, est différemment mais intrinsèquement supérieur.

Il faut aller retrouver ces merveilleux personnages qui, vieillis (surtout pour Leonard Nimoy), n’en sont que plus convaincants et réalistes ; plus humain pour Kirk (un peu moins play-boy enrobé que dans la série TV), plus imposant pour Spock (plus grave, plus solennel, et même plus… humain !), ainsi que pour tous les autres protagonistes, figures de proue immortelles de cette saga intergalactique qui ne cesse de faire des heureux et des envoûtes.

On se doit, comme tout fantasticophile qui se respecte, d’aller voir STAR TREK IV, ne serait-ce que pour entendre Mr Spock employer une de ces fameuses « métaphores pittoresques » : « Merde alors ! »

- Paul-Étienne – (CosmoFiction)

17011207315115263614766936

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X / Futur Immédiat, Los Angeles 1991 / Vendredi 13, Chapitre VI : Jason le Mort-Vivant / Joey / Fou à tuer

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : FOU À TUER (1986)

COSMOCRITIQUE : FOU À TUER (1986) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

16091901262215263614502344 dans COSMOCRITIQUEEncore un film des eighties qu’il faudrait que je revoie ! Aucun souvenir de lui. Remarquez, vu ma « critique » d’époque, je comprends pourquoi… Mais bon , avec le temps je pardonne plus facilement dirons-nous, hé, hé ! Voici donc ce que j’en pensais dans le numéro 2 de CosmoFiction Fanzine de juin 1988.

L’histoire : « Gunther, propriétaire d’un immeuble, est un homme tout à fait charmant et comme on dit « au dessus de tout soupçon ». Il n’a aucun vice, il aime son chat. Il loge dans son immeuble des jeunes femmes qu’il protège discrètement. Or un jour tout bascule en lui et peu à peu il se transforme en meurtrier jouant au chat et à la souris avec ses victimes. Steiner, qui a découvert la véritable personnalité de Gunther, ose le défier sur son territoire. » (allocine.fr)

16091901285315263614502346 dans FANZINE COSMOFICTIONMême si FOU À TUER (Crawlspace) ne constitue pas un film aux grandes qualités, il émerge cependant du lot de bêtises auquel les productions Empire Pictures nous ont habitué. Une firme qui, d’ailleurs, semble aujourd’hui vouloir à tout prix briser cette image négative par des œuvres inspirées telles que RE-ANIMATOR, FROM BEYOND, DOLLS, etc.

En ce qui concerne FOU À TUER, l’histoire se veut personnelle, un peu trop peut-être, et manque singulièrement d’action. Le suspense se fait toujours attendre (!), et l’on a vite fait de se détacher de l’intrigue. Klaus Kinsky interprète un fou sadique qui lui va à ravir (à se demander s’il n’en est pas un dans la vie !).

Alors que l’on s’attendait à une fin palpitante, on est déçu par la banalité d’une séquence qui se voulait « pimentée ». Si vous aimez les somnifères…

- Hervé /Morbius – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X / Futur Immédiat, Los Angeles 1991 / Vendredi 13, Chapitre VI : Jason le Mort-Vivant / Joey

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : JOEY (1985)

COSMOCRITIQUE : JOEY (1985) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

16072710253215263614396212 dans COSMOCRITIQUEJOEY (Making Contact, à découvrir ICI en totalité)… Pas vu. En fait, je crois que  je n’ai jamais vraiment cherché à découvrir ce film de Roland Emmerich (INDEPENDENCE DAY, LE JOUR D’APRÈS…). Un jour viendra, j’en suis sûr ! Je laisse donc sans plus attendre la parole à Laurent qui nous en fit sa toute petite critique dans le numéro 2 de CosmoFiction Fanzine de juin 1988.

16072710285215263614396214 dans FANTASTIQUEL’histoire : « À 9 ans, Joey vient de perdre son père. Mais une nuit, il réalise qu’il est en mesure d’entrer en contact avec lui par l’intermédiaire d’un de ses jouets, un petit téléphone rouge. Peu après, il se découvre des pouvoirs télékynétiques latents, et peut déplacer les objets à distance. Mais très vite, le rêve se transforme en cauchemar lorsque Joey découvre une étrange marionnette dans une demeure abandonnée voisine. Cette poupée de ventriloque est en effet habitée par un puissant démon, qui compte bien se servir des pouvoirs naissants de l’enfant pour son propre compte. Joey va-t-il accepter de faire usage de son pouvoir ? Et surtout, son défunt père peut-il l’aider ? » (Wikipédia)

Il s’avère exact qu’à première vue JOEY peut paraître médiocre : affiche étrange, distribution quasiment inconnue et réalisateur tout droit sorti de je ne sais où ! Malgré tout, on est en face d’un très bon film au scénario original (bien que, par moment, on se croirait dans E.T. ou POLTERGEIST !), aux effets spéciaux de très grande qualité (étonnant pour une série B !), et bénéficiant d’une réalisation excellente due à R. Emmerich qui, tout comme le célèbre Wolfgang Petersen, n’est autre qu’un Allemand.

On sent l’influence de Spielberg sur Emmerich et son film. Il est bon de savoir que le « wonder boy » a fait des petits, car ce grand maître du cinéma (et de la TV) fantastique semble aujourd’hui vouloir quitter le genre qui l’a révélé au grand public…

- Laurent S. – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X / Futur Immédiat, Los Angeles 1991 / Vendredi 13, Chapitre VI : Jason le Mort-Vivant

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : VENDREDI 13, CHAPITRE VI : JASON LE MORT-VIVANT (1986)

COSMOCRITIQUE : VENDREDI 13, CHAPITRE VI : JASON LE MORT-VIVANT (1986) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

16060210311615263614276014 dans COSMOCRITIQUEVendredi 13 est passé, mais c’est pas grave, on adore Jason Voorhees sur CosmoFiction, alors on y revient grâce à cette petite critique écrite par Laurent S. dans le numéro 5 du fanzine nouvelle génération !

16060210325315263614276015 dans FANZINE COSMOFICTIONL’histoire : « Tommy Jarvis avait douze ans lorsqu’il vint à bout de Jason, le meurtrier sanglant de Crystal Lake. À peine sorti de l’asile avec son ami Oz, il n’a qu’une obsession : récupérer le corps au cimetière et l’incinérer. Sous un violent orage, ils déterrent le cadavre, mais Jason revient à la vie et tue Oz. Tommy court à la police pour les prévenir que Crystal Lake va basculer à nouveau dans la terreur car Jason est en marche. Le tueur, mangé par les vers, entreprend à nouveau de causer des ravages à Crystal Lake. » (Wikipédia)

Si jusqu’à présent la série des VENDREDI 13 n’avait rien apporté de nouveau au sous-genre qu’est le psycho-killer, celui-ci va peut-être prendre un nouvel essor avec le sixième chapitre de la célèbre saga : JASON, LE MORT-VIVANT.

Bien que ce nouveau scénario ne soit pas original, c’est en l’humour presque omniprésent qu’il faut chercher la nouveauté du dernier volet des VENDREDI 13, un humour par ailleurs parfaitement maîtrisé par le réalisateur, également scénariste, Tom McLoughlin (PROPHECY, ONE DARK NIGHT). Ce dernier semble vouloir donner à la série une approche différente, celle de la parodie. Et le plus frappant à ce sujet est le générique de début tourné façon James Bond !

Mis à part le fait que ce sixième chapitre soit très comique, le suspense n’a pas été pour autant oublié et s’avère éfficace, soutenu par la musique angoissante de Henri Manfreddi (HOUSE) au mieux de sa forme.

JASON, LE MORT-VIVANT est un très bon film qui mérite le détour !

- Laurent S. – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X / Futur Immédiat, Los Angeles 1991

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : FUTUR IMMÉDIAT, LOS ANGELES 1991 (1988)

COSMOCRITIQUE : FUTUR IMMÉDIAT, LOS ANGELES 1991 (1988) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

16042407444615263614175297 dans COSMOCRITIQUEJe ne garde qu’un souvenir mitigé de FUTUR IMMÉDIAT (Alien Nation, de Graham Baker) et je crois que je partage encore aujourd’hui l’avis de Laurent. Encore faudrait-il que je puisse revoir ce film introuvable. En tout cas, son titre m’avait inspiré le nom de l’association que je devais créer quelque temps après avoir quitté le Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie. Finalement elle n’a jamais vu le jour. La poisse due à Alien Nation !

16042408084115263614175306 dans FANZINE COSMOFICTIONL’histoire : « Dans le futur, des extra-terrestres se sont implantés sur Terre. Après des années passées sous quarantaine, ils sont libres d’aller et venir mais sont victimes d’une nouvelle forme de discrimination. Dans ce contexte, Sam (Samuel) Francisco est le premier officier de police extra-terrestre. Son partenaire est un vétéran de la police. Ils devront surmonter leurs différences pour mettre à mal les complots des dirigeants extra-terrestres. » (Wikipédia)

16042408103915263614175309 dans SCIENCE-FICTIONPour le scénario de FUTUR IMMÉDIAT, vous prenez une pincée de DEUX FLICS À MIAMI et une autre de V, et le tour est joué ! Tout ça pour vous dire que FUTUR IMMÉDIAT manque vraiment d’originalité.

Le film commence par l’arrivée d’une soucoupe volante (ressemblant comme deux gouttes d’eau au vaisseau mère de V) transportant un peuple extraterrestre qui réclame l’hospitalité aux Terriens. Ensuite, on nous inflige toute une série de messages anti-racistes et l’on finit dans les stupéfiants à la sauce MIAMI VICE.

Chaque séquence fait preuve d’un déjà vu irritant : la scène d’entraînement des flics, c’est du ROBOCOP tout craché. De même, la scène où nos deux héros se saoulent en se racontant des blagues et des histoires de famille est d’une débilité profonde. À la limite, on se demande si le réalisateur et son scénariste n’ont pas voulu se foutre du spectateur.

- Laurent S. – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : PROJECT-X (1987)

COSMOCRITIQUE : PROJECT-X (1987) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

16020506435015263613949230 dans COSMOCRITIQUE16020506483415263613949232 dans FANZINE COSMOFICTIONIl faut croire que les singes étaient très à la mode dans les films des années 80. On en rencontre ainsi dans LINK (1986), INCIDENTS DE PARCOURS (1988) et bien sûr PROJECT-X (1987) de Jonathan Kaplan. Voici la critique de Paul-Étienne parue dans le numéro 2 de CosmoFiction, en juin 1988. On notera que notre ami s’est trompé concernant le compositeur de la musique du film. En effet, il ne s’agit pas de Jerry Goldsmith mais de James Horner. À force d’imiter son maître, Horner a fini par lui ressembler au point qu’on le confonde !

L’histoire : « Virgil, chimpanzé d’Afrique, est vendu à l’Université du Wisconsin où Teri McDonald lui apprend les bases du langage des sourds. Le projet est interrompu brutalement et Virgil se retrouve comme bien d’autres singes, dans la base de Lockridge. Jimmy Garrett, jeune pilote commet une grave infraction et se trouve muté dans la même base. » (Wikipédia)

Attention, ne vous y trompez pas, la présence de Matthew Broderick au générique n’est pas – une fois n’est pas coutume – synonyme d’humour et d’action. Et PROJECT-X ne se classe pas, à proprement parler, dans la catégorie des films purement fantastiques, car il relate en fait les expériences radio-actives réalisées par l’armée américaine sur des cobayes de choix : des singes.

Notre copain Matthew qui, après avoir trop « joué » avec les autorités militaires, est nouveau dans le service (celui des éleveurs de singes) va réellement se prendre d’affection pour un de ces primates adorables dont il se refusera à précipiter la mort.

L’originalité de ce film réside dans le fait qu’ici sont dénoncées les expériences génétiques sur les animaux, le réalisateur jouant habilement avec nos sentiments en nous imposant des personnages gentils, 16020506453815263613949231 dans SCIENCE-FICTIONfrancs comme l’or, et des méchants sans scrupules, le tout orchestré par une musique poignante de master Jerry Goldsmith… Mais le pire, c’est qu’on marche de bout en bout : l’intrigue se tient, le suspense est bien servi, et il faut une dépense d’énergie considérable pour retenir ses larmes.

Matthew Broderick se sort parfaitement du stéréotype dans lequel on l’avait enfermé et campe ici un personnage totalement opposé à ses précédents rôles, à savoir : celui d’un jeune homme mûr, intelligent, mais il est toujours aussi sympathique ! Espérons que l’accident dont il a récemment été victime ne le traumatisera pas trop et qu’il continuera à jouer dans d’aussi beaux films. Des œuvres comme celles-ci, on n’en fait plus, en a-t-on seulement jamais fait ? C’est en tout cas un des films les plus poignants et émouvants jamais fait depuis… E.T. !

- Paul-Étienne - (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : LIFEFORCE (1985)

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

COSMOCRITIQUE : LIFEFORCE (1985) dans CINÉMA 15123012323215263613862516En 1985 sortait LIFEFORCE, un film réalisé par Tobe Hooper et produit par la célèbre Cannon des Yoram Globus et Menahem Golan. Cette histoire de vampires spatiaux reçut, comme la plupart des films de la Cannon, un accueil très mitigé. Voici la critique d’Alain parue à l’époque dans le numéro 11 de CosmoFiction Fanzine d’octobre 1985, première génération…

L’histoire :  « À la suite d’une expédition spatiale sur la comète Halley, des vampires de l’espace transforment la plupart des habitants de Londres en morts-vivants. Un survivant de l’expédition et les autorités britanniques tentent de capturer une jeune fille extraterrestre qu’ils jugent responsable de ces terribles événements. » (allocine.fr)

Ils sont là. Ils veulent se refaire une santé. Ils savent comment…

Non ! Il ne s’agit pas cette fois d’esprits frappeurs mais de vampires ! Cependant, attention : la simple légende définissant cette espèce comme étant constituée de suceurs de sang amorphes ne s’applique nullement au dernier film de Tobe Hooper qui nous livre, à travers LIFEFORCE, une image des vampires, disons, aussi subtile que celle des fantômes de POLTERGEIST ! L’histoire, assez complexe, nous incite d’ailleurs durant la projection à chercher un message qui, cependant, n’existe pas…

La présence de Dan O’Bannon au scénario du film se fait particulièrement ressentir à travers les scènes les plus terrifiantes de LIFEFORCE qui sont en effet plongées dans un humour noir quelque peu anglais ; par contre, on ne reconnaît pas l’empreinte de John Dykstra présent quant à lui au générique des effets spéciaux. Ces derniers, bien qu’assez impressionnants par 15123012340915263613862526 dans COSMOCRITIQUEmoments, restent dans l’ensemble médiocres (notamment ceux ayant trait aux vols spatiaux qui s’avèrent être ridicules), et pour rester dans le domaine négatif du film, il est à noter que LIFEFORCE s’inspire directement d’un certain nombre de productions comme, par exemple, ALIEN (pour le début du film) et LA GUERRE DES MONDES (pour la fin du film). À ce propos, il suffit, pour avoir un certain aperçu de l’histoire, d’imaginer que le monstre d’ALIEN ait débarqué sur terre…

L’action ne manque donc pas dans LIFEFORCE, elle contribue même à lui donner l’atmosphère d’une production SF-catastrophe des années cinquante.

LIFEFORCE est un film de science-fiction horrifique intéressant et agréable mais qui, toutefois, ne peut avoir la prétention de « faire du bruit » dans l’actualité SF… ou alors Tobe Hooper a mal choisi son année pour que je prenne réellement son film en considération !

- Alain – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : ELECTRIC DREAMS (1984)

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

COSMOCRITIQUE : ELECTRIC DREAMS (1984) dans CINÉMA 15111208263415263613744959Sympathique film que cet ELECTRIC DREAMS ! Rien que d’évoquer son titre la musique me revient déjà en tête ! Cette critique, écrite par Alain, est parue dans le numéro 8 de CosmoFiction Fanzine première génération de juillet 1985.

15111208280315263613744963 dans COSMOCRITIQUEL’histoire : « Un ordinateur se trouve doté d’émotions humaines à la suite d’incidents techniques. Pire : il tombe amoureux de la même femme que son propriétaire. » (cinemovies.fr)

Le meilleur qualificatif qui conviendrait pour évoquer l’univers d’ELECTRIC DREAMS serait, je crois, « divertissant ». Divertissant par son caractère plutôt comique, par son histoire mêlant admirablement le fantastique au romantisme et par sa musique qui ne fait qu’amplifier l’attractivité du film (cette dernière donnant au film l’aspect d’un immense vidéo-clip, ce qui est sûrement volontaire vu que Steve Barron, le réalisateur, est un expert en la matière ayant déjà réalisé une centaine de clips dont le fabuleux « Billie Jean » de Michael Jackson). ELECTRIC DREAMS possède en fait tous les atouts pour attirer un large public, et en particulier un public jeune.

Toutefois, le fantastique n’occupe pas une place importante dans le film. Cependant il faut avouer qu’il est habilement utilisé, nous permettant, fanatiques de science-fiction que nous sommes, de pleinement l’apprécier. Steve Barron a su introduire dans ELECTRIC DREAMS une juste dose des thèmes en vogue actuellement, il va sans dire que le résultat ne pouvait qu’être brillant.

- Alain – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : VAMPIRE… VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2 (1988)

COSMOCRITIQUE : VAMPIRE... VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? 2 (1988) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

15090410010715263613554936 dans COSMOCRITIQUERevu récemment. Assurément il ne vaut pas le premier, mais il se laisse regarder avec une certaine indulgence. Voici la critique de Paul-Étienne parue dans le numéro 5 de CosmoFiction Fanzine daté de janvier 1990.

L’histoire : « Plusieurs années après avoir combattu Jerry Dandrige, Charles a suivi une thérapie et ne croit plus aux vampires. Mais tout va être remis en question le jour où il rencontre la sublime Regine, qui est la sœur de Jerry Dandrige. » (Wikipédia)

15090410030115263613554939 dans FANZINE COSMOFICTIONSi le premier VAMPIRE… frôlait carrément la mention chef-d’œuvre, que dire du second ? Plate et sans originalité, l’aventure se revit, au féminin cette fois, sans pour autant nous faire trépigner et apporter cette touche, ce petit quelque chose en plus qui s’appelle la nouveauté. Trop fidèle à son modèle, et malheureusement sans la classe de celui-ci, VAMPIRE… VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? II évolue devant nos yeux distraits avec la régularité d’un métronome. Aucun frisson. Quant au suspense… Pfrrt !

Zut, flûte et caca boudin ! Que manque-t-il ? On avait tellement envie de l’aimer celui-là ! On se contentera des images très travaillées, des effets spéciaux (au même niveau que ceux du premier) et surtout des acteurs (Roddy McDowall est terrible, ainsi que la superbe Traci Lind).

Nous n’oublierons pas les nombreux gags qui, sans nous éblouir, nous font tout de même fait passer un bien agréable moment… Après tout, c’est pas si mal !

- Paul-Étienne – (CosmoFiction)

LE FILM EN ENTIER ET EN FRANÇAIS :

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : FLIC OU ZOMBIE (1988)

COSMOCRITIQUE : FLIC OU ZOMBIE (1988) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

15081109225115263613499532 dans COSMOCRITIQUEÀ l’heure où les zombies sont devenus  une affaire sérieuse (et très rentable) pour le cinéma et la télévision, FLIC OU ZOMBIE (DEAD HEAT) fait figure d’une comédie lourdingue (au sujet franchement idiot) comme il en pleuvait dans les 80′s. Raphaël B. ne l’a visiblement pas appréciée non plus. Voici sa critique parue dans le numéro 4 de CosmoFiction Fanzine daté de novembre 1988.

15081109242215263613499543 dans FANTASTIQUEL’histoire : « À Los Angeles, des braquages en série sont commis par des bandits qui semblent invincibles. Mortis et Bigelow, deux détectives en charge de l’affaire découvrent que l’un des braqueurs qu’ils ont réussi à abattre était déjà mort depuis une semaine. Après une enquête dans les tripots de la ville, ils découvrent une machine qui fait revivre les morts pendant une période de douze heures. » (Wikipédia)

Attiré dans mon antre préférée, la salle obscure, je m’attendais à voir un très bon film au vu de l’affiche et d’un scénario pour le moins original, le tout étant réhaussé par un prix du meilleur acteur au Festival du Rex pour les deux acteurs principaux : les deux flics zombies. Et qu’est-ce que j’ai vu ? Un film qui aurait pu être excellent mais qui restera gâché (pas totalement, heureusement !) par certaines aberrations. Un exemple : le micro pour la prise du son plafonne au-dessus des acteurs, incroyable ! Mais où sont passés les mecs du montage ? Ils devaient siroter un Coca, sans doute…

15081109253615263613499549Toutefois, le plus horrible est à venir : les flics-héros-zombies (comme quoi on peut être zombie et bon, c’est la morale de cette histoire abracadabrante) sont agressés par des canards laqués dans un restau chinois ! Manque de pot pour ma critique, indulgente jusque là, j’adore la bouffe chinoise (qu’on se le dise !). Malgré cette (petite pour certains mais pas pour d’autres) hérésie, je garde mes esprits et m’attends à une fin haletante comme le laisse présager l’action. C’est rapé (pour cette fois-ci et pour de bon !). Le final laisse voir nos deux héros à la limite de la décomposition (le zombie n’est pas éternel, comme nous ici-bas. C’est beau l’égalité) partir dans une lumière blanche d’où ils ne réapparaissent plus. C’est ça le flou artistique. Rhaa ! J’agonise ! Quel film d’amateur.

- Raphaël B. – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

12345

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY