Archive pour juin, 2018

COSMOCRITIQUE : LES BARBARIANS (1987)

COSMOCRITIQUE : LES BARBARIANS (1987) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

18063008560015263615785595 dans COSMOCRITIQUEJe n’ai encore jamais vu LES BARBARIANS (The Barbarians, de Ruggero Deodato) et n’ai jamais cherché à le voir, non, désolé, pas envie. Rien qu’à voir la tête des deux bouffons de service, je m’enfuis à toute allure ! Peut-être, un jour, si je suis ligoté dans un fauteuil et contraint avec une arme sur la tempe… Mais à l’époque, Greg se l’est farci pour une critique parue dans le numéro 1 de CosmoFiction Fanzine d’avril 1988, et voilà ce qu’il en dit…

L’histoire : « La tribu de baladins des Ragniks est attaquée par les troupes du cruel tyran Kadar. Kadar capture Canary, la reine de la tribu, afin de lui faire révéler où elle a caché un rubis magique. Les deux jumeaux Kutchek et Gore sont également capturés. Des années plus tard, devenus adultes, Kutchek et Gore s’échappent de la forteresse de Kadar et vont s’employer à libérer Canary tout en protégeant le rubis. » (Wikipédia)

« Il était une fois deux frères jumeaux, deux montagnes de muscles. Voici ce que l’on peut lire sur l’affiche des BARBARIANS, phrase qui résume assez bien ce qu’est en fait le film.

LES BARBARIANS est une œuvre sans prétention, à mi-chemin entre le péplum et l’heroic fantasy. Elle raconte la légende d’un peuple de nomades troubadours traversant villages et contrées, apportant joie et bonne humeur de fête partout où ils passent, jusqu’à ce qu’un jour un seigneur décide de s’approprier le rubis magique qu’ils possèdent. Deux jeunes jumeaux seront capturés et passeront leur enfance à charrier des blocs de pierre, développant ainsi, au fil des ans, leurs musculature. Le jour de la vengeance venu, ils sauveront leur peuple…

LES BARBARIANS n’est point une super-production aux décors imposants, avec des acteurs de grande renommée et un budget astronomique, rien de tout cela ! Mais il est bon de rajouter que c’est un film bien réalisé, amusant et plaisant à regarder, et qu’il ne souffre pas de défauts majeurs. »

- Grégory B.C.- (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

18063008582415263615785597 dans FANZINE COSMOFICTION

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X / Futur Immédiat, Los Angeles 1991 / Vendredi 13, Chapitre VI : Jason le Mort-Vivant / Joey / Fou à tuer / Star Trek VI : Retour sur Terre

CLIQUEZ ICI POUR REJOINDRE LA PAGE FACEBOOK DE COSMOFICTION !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

INSTANTANÉ : FOU À TUER (1986)

INSTANTANÉ : FOU À TUER (1986) dans CINÉMA 18061808455515263615767003

(CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

COSMOPAGE : UN AN DÉJÀ – NUMÉRO 9 – Août 1985

COSMOPAGE : UN AN DÉJÀ - NUMÉRO 9 - Août 1985  dans COSMOPAGE 15053102285115263613316103

CosmoFiction ayant été un fanzine avant de devenir un blog, nous vous présentons régulièrement des pages de ses vieux numéros scannés. Un retour à une époque où les fanzines étaient faits à partir de collages, de marqueurs indélébiles et de machines à écrire !

Bientôt un an sans la rubrique Cosmopage ! Oui, ça faisait longtemps… « Un an déjà… » comme le dit si bien cette page de CosmoFiction Fanzine d’août 1985 où tout jeunot (je ris en voyant ma photo, quel air sérieux !), je dresse alors le bilan d’une année complète de CosmoFiction Fanzine, non sans une certaine fierté (ça se sent dans l’article), non sans quelques fotes d’aurtografe (ça se lit clairement) et non sans rappeler ma passion dévorante pour les genres de l’Imaginaire, passion qui ne m’a jamais quitté et qui fait que, aujourd’hui encore, très souvent, j’ai l’impression ici et là de me retrouver bien seul à la vivre intensément…

En photos, on peut aussi découvrir notre dévoué « correspondant de France » (ça faisait super bien pour un fanzine, croyez-moi !), Alain Gavriloff, en pleine lecture de CosmoFiction, mais aussi celui que je surnomme notre « écrivain en herbe », David Colas » (un fan absolu de David Bowie !), dont j’ai malheureusement perdu toute trace aujourd’hui. David, si tu nous lis…

Et puis Robby, le robot, déjà présent, qui souligne toute ma passion pour la SF, le space opera et bien sûr ce chef-d’œuvre incontesté du cinéma de science-fiction. Il deviendra ensuite la mascotte du Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie. Mais ça, c’est une autre histoire.

Dans ce bilan que je dresse scrupuleusement, j’évoque les lieux d’où sortaient toutes chaudes les photocopies du précieux zine, les classant du pire au meilleur ! J’y donne les raisons d’une absence du fanzine, je parle de son micro-tirage (7 exemplaires… bah, c’était les débuts, hein !) et j’ose pourtant écrire « nombreux sont ceux… », NOMBREUX ? Euh… J’y annonce de futures rubriques (qui ne verront finalement jamais le jour !) et je me félicite de voir qu’en « Nouvelle-Calédonie, la SF, ON Y CROIT ! »

Bref, lisez l’article (coupé en deux), ça vaut le coup !

- Morbius – (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

18061409011215263615761596 dans FANZINE COSMOFICTION

18061409011215263615761597

Également dans la catégorie Cosmopage :

Couverture du numéro 8 – juillet 1985 / Éditorial du numéro 1 – avril 1988 / Couverture du numéro 14 – février 1986 /Dessin de Pumpkinhead – janvier 1990 / Couverture du numéro 1 – avril 1988 / Star Blagues – août 1988 /Couverture du numéro 11 – octobre 1985 / Portrait de John Carpenter – novembre 1988 / Couverture du numéro 12 – décembre 1985 / Portrait de Sigourney Weaver – août 1988 / Rétrospective E.T. – août 1988 / Interview exclusive d’Hélène Oswald – janvier 1990 / Portrait de Tobe Hooper – août 1988 / Couverture du numéro 6 – avril 1991 /Couverture du numéro 17 – août 1986 / BD « Vampires ! » – numéro 11 – octobre 1985 / Couverture du numéro 5 – janvier 1990 / Rubrique Cosmolectures – numéro 6 – avril 1991 / L’alien Giger – numéro 5 – janvier 1990 / Dossier Evil Dead – numéro 2 – juin 1988 / L’univers des jeux de rôle – numéro 2 – juin 1988 /Couverture du numéro 4 – mars 1985 / Zone critique – numéro 4 – novembre 1988 / Affiche des 24H du Fantastique – numéro 3 – août 1988 / Le Domaine du Fanatique – numéro 9 – août 1985 / Les Feuillets d’Hypnos – numéro 4 – novembre 1988 / Couverture du numéro 4 – novembre 1988 / Le Domaine du Fanatique – numéro 3 – août 1988 / Le Domaine du Fanatique – numéro 4 – novembre 1988 /Hommage à Star Wars – numéro 2 – juin 1988 / Star Blagues – numéro 2 – juin 1988 / News from Outer Space – numéro 5 – janvier 1990 / Couverture du numéro 3 – août 1988 / Couverture du numéro 7 – janvier 2016 / Sous la baguette de John Williams – numéro 2 – juin 1988 / Vidéo Écran – numéro 14 – février 1986 /BD « Se méfier d’un Wookie » – numéro 17 – août 1986 / Jeux – numéro 5 – janvier 1990 / La deuxième éditions des 24H du Fantastique – numéro 4 – novembre 1988 / Couverture du numéro 3 – octobre 1984 / Couverture du numéro 2 – juin 1988 / L’espace : entre la fiction et la réalité – avril 1991 / Star Trek : The Next Generation – avril 1988

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOSAMEDI – Édition n°3

COSMOSAMEDI - Édition n°3 dans COSMOSAMEDI 17122301363815263615423252

Plongez au cœur de la SF et du Fantastique des Eighties avec le programme de CosmoSamedi ! Vous y trouverez des épisodes complets de séries télévisées, de dessins animés et même parfois des films, le tout déniché sur des chaînes YouTube, Dailymotion et autres. Puisqu’ils sont disponibles, profitons-en et régalons-nous avec un samedi très CosmoFiction !

VENDREDI 13 : Épisode 1 – L’Héritage

18060906001015263615753354 dans COSMOSAMEDILa série VENDREDI 13 (dont la première saison fut diffusée dans LES ACCORDS DU DIABLE de La Cinq), également connue sous les titres L’ENTREPÔT DU DIABLE et LA BOUTIQUE AUX MALÉFICES (Friday the 13th: The Series), rassemble trois saisons qui s’étalent de 1987 à 1990, pour un total de 72 épisodes d’environ 45 minutes chacun. Mais si vous pensez y croiser notre Jason Voorhees adoré, autant aller chercher Spock dans un STAR WARS. Alors, pourquoi appeler cette série VENDREDI 13 ?… Eh bien elle fut créée un vendredi 13, alors qu’un mec affublé d’un masque de hockey menaçait Frank Marcuso Jr, le créateur de la série… Meuh non bien sûr !

« Lewis Vendredi avait signé un pacte avec le diable : en échange de la fortune et de l’immortalité, il s’engageait à vendre des objets maudits dans sa boutique d’antiquités. Mais fatigué d’être la marionnette du diable, il rompt le pacte et meurt. Deux neveux éloignés (Michelle Foster et Ryan Dallion) héritent du magasin et sont contraints de récupérer toutes les marchandises vendues dans l’espoir d’éviter la malédiction diabolique. Ils seront aidés de Jack Marshak, un spécialiste des sciences occultes et ami de Lewis. »

On vous propose l’épisode pilote, « L’Héritage », et en plus en VOSTF. (Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir l’épisode).

Image de prévisualisation YouTube

MONSTRES ET MERVEILLES : Épisode 7 – Belle Chagrin

18060906311215263615753357Abandonnons à présent l’Horreur au profit de quelques instants merveilleux avec un épisode de la série de Jim Henson (papa de DARK CRYSTAL et de LABYRINTHE) : MONSTRES ET MERVEILLES (The Storyteller, 1988). Série TV produite par HBO avec des financements américains et britanniques, elle ne compte que neuf petits épisodes de 25 minutes. S’adressant à un public jeune, MONSTRES ET MERVEILLES s’articule autour d’un narrateur (John Hurt lui-même) et de son chien (Milou lui-même… euh… non… c’est Brian Henson…). Il s’agit essentiellement d’histoires baignant dans une ambiance fantastico-médiévale, « souvent inspirées par le folklore des pays européens » nous dit-on. Vous n’en verrez malheureusement ici qu’un court morceau de 12 minutes. (Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir l’épisode).

Image de prévisualisation YouTube

LES NOUVEAUX BARBARES (1982), un film d’Enzo G. Castellari

Allez, on vous a réservé le « meilleur » pour la fin : un bon gros nanar italien bien gras et sacrément épicé, de quoi vous foutre une belle indigestion suivie d’une sacrée colique. Vous voyez, on vous soigne sur CosmoFiction, hein ! Et ne vous fiez surtout pas à sa belle affiche !

18060906543915263615753362

« Un gros nanar rital madmaxo-post-apocalyptique bien débile, avec des costumes de farces et attrapes et des mecs qui grimacent dedans. Vous allez adorer ! » nous dit la chaîne Nanars Paradise sur Youtube. De quoi nous mettre l’eau à la bouche ! LES NOUVEAUX BARBARES (I Nuovi Barbari) essaie de raconter l’histoire suivante :

« En 2019, au lendemain de l’holocauste nucléaire provoqué par la Troisième Guerre mondiale, l’humanité n’est plus qu’un immense champ de ruines. Sur le monde règnent désormais les Templars, une milice qui entreprend de purifier la race humaine en multipliant les massacres. Des tueurs sanguinaires. Contre eux se lèvent Scorpion et Nadir, deux guerriers de l’apocalypse ralliés à la cause d’une communauté pacifique condamnée à l’extermination par Owan, le chef des Nouveaux Barbares… »  (horreur.net)

Trapard a dû nous en parler quelque part. Faut que je recherche… (Cliquez sur l’image ci-dessous si vous avez le courage de voir le film en entier).

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius – (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

PUB D’ÉPOQUE : STAR WARS JEDI ARENA

PUB D’ÉPOQUE : STAR WARS JEDI ARENA dans JEU 18060412465515263615745404

(CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

SPECIAL GUEST : SNAKE PLISSKEN

SPECIAL GUEST : SNAKE PLISSKEN dans CINÉMA 18060301270115263615742774

Bandeau sur l’œil gauche, cheveux mi-longs, tatouage de cobra sur l’abdomen et gueule de dur à cuire, Snake Plissken n’en à rien à cirer de l’autorité ou d’un président américain. Tout ce qu’il veut, c’est qu’on lui foute la paix et qu’on le laisse enfin vivre sa vie.

18060301285415263615742777 dans New York 1997Tandis que dès 1988 l’île de Manhattan devient une prison géante abritant les plus dangereux criminels d’une société où le taux de criminalité atteint 400%, Plissken est lieutenant de l’US Army. Décoré à maintes reprises pour ses exploits durant la Troisième Guerre mondiale contre l’URSS, notre homme finit par choisir une autre voie : la vie criminelle… Why ?… Eh bien sans doute à cause d’un sentiment de trahison. Le gouvernement américain l’aurait laissé tomber au cours d’une bataille qui lui a coûté son œil gauche… Snake a la rancune tenace…

Alors Plissken décide de s’associer en 1993 avec deux potes pour vider les Réserves fédérales de Kansa City. Ma foi, un bon moyen de se payer des vacances méritées sur des terres irradiées. Mais tout ne marche pas comme prévu : un pote est arrêté et Plissken parvient tout juste à s’échapper. Il est arrêté à son tour et condamné à perpétuité en 1997 (à l’époque ça rigolait pas contrairement aux fichés S qu’on laisse en liberté en 2018, ouaip…). Mais il sera finalement choisi pour aller récupérer le président des States dont l’avion vient de s’écraser en plein cœur de la prison Manhattan. Attention : il a seulement 24 heures pour y parvenir. Sinon sa tête fait « BOUM ! » car, mieux qu’un bracelet électronique, on a greffé une petite merveille de technologie dans son cou… Notre homme réussira sa mission tout en s’offrant le luxe de se foutre de la gueule du président en lui réservant une jolie surprise finale.

Snake Plissken connaîtra par la suite d’autres aventures qui ne nous intéressent plus car elles sont plus proches du délire que de ce que nous avions connu, et apprécié, à travers NEW YORK 1997 de John Carpenter, en 1980. Et pourtant, c’est le même homme qui en est à l’origine. Honte à lui. 

Snake Plissken, c’est l’inoubliable Kurt Russell qui campe l’un des anti-héros les plus célèbres des films des 80′s. Merci à lui.

- Morbius – (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

Résultat de recherche d'images pour "snake plissken escape from new york gif"

Autres vedettes de Special Guest :

Ursa / Mike Donovan / Max Rockatansky / Bub / Peter Vincent / Alex Rogan / Rick Deckard / Isabeau d’Anjou / Lord Casque Noir / Le Terminator / Robocop

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

REPORTAGE : THE MAKING OF STEPHEN KING’S CREEPSHOW

S’il s’agit là d’une vidéo VHS de qualité plutôt médiocre, l’ensemble n’en demeure pas moins très intéressant si vous êtes un fan pur et dur du film culte CREEPSHOW (1982) de George A. Romero. En effet, pendant près de deux heures, une caméra amateur a filmé scènes de répétition, acteurs, maquilleurs et spécialistes en effets spéciaux à l’œuvre sur le tournage. Aucun commentaire, aucune interview, aucune musique, juste des images ininterrompues du making of du film avec uniquement le bruit des accessoires et des claps. Un document plutôt rare.

- Morbius – (CosmoFiction – morbius501@gmail.com)

Cliquez sur l’image ci-dessous pour obtenir la vidéo :

Image de prévisualisation YouTube

Autres sujets présentés dans la catégorie Reportage :

La Bataille des Planètes / Albator / Making of Terminator / Goldorak / X-Or / Making of Dune / Making of Blade Runner / Making of Contamination / Making of Les Aventures de Jack Burton / Émission Cinéstar de janvier 1988 avec Mathilda May / Rapido spécial Jerry Goldsmith / Making of featurette de Poltergeist / Reportage sur Robocop dans Cinéstar (1988) / Journey to KRULL : The Making of the Film / Gremlins : Behind the Scenes / Making of Freddy 3 / Making of L’Invasion vient de Mars / Making of 2010, L’Année du Premier Contact / Bertrand Cadart, un Frenchie chez Mad Max / Making of Enemy Mine / Reportage sur The Thing / Making of Tygra, la Glace et le Feu / Frazetta par Bakshi / Temps X : Aliens, le Retour / Capitaine Flam / San Ku Kaï / Albator / Les Maîtres de l’Univers, le dessin animé / Spaceballs : Behind the Scenes / Temps X : Vampire, vous avez dit Vampire ? / Rapido spécial L’Aventure Intérieure / Temps X cinéma : 15 ans d’Avoriaz / Willow, The Making of an Adventure / Les livres dont vous êtes le héros / Le Démon dans l’Île à Avoriaz

COSMOFICTION EST SUR FACEBOOK !

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY