L’AFFICHE : HURLEMENTS (1981)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : HURLEMENTS (1981) dans CINÉMA 18042409435715263615683266

Ah, l’affiche du film de Joe Dante : si minimaliste et pourtant tout un programme derrière cette peau de cuir tannée lacérée par une femme aux ongles longs et coupants comme ceux d’un loup.

L’intrigue : Los Angeles, Karen White est une journaliste qui se retrouve traquée par un tueur en série nommé Eddie Quist. En coopération avec la police, elle prend part à un piège pour capturer Eddie en acceptant de le rencontrer dans un peep-show. Alors que Quist force la journaliste à regarder une vidéo de viol, il est tué par les forces de l’ordre. Karen est traumatisée et souffre d’amnésie. Son thérapeute, le docteur George Waggner, décide de l’envoyer avec son mari Bill dans un centre isolé à la campagne où ses patients prennent du repos : « La Colonie »…

« La Colonie » : un terme à double-sens qui en dit long sur la suite du film.

Je me suis toujours demandé pourquoi Joe Dante et John Landis avait chacun tourné un film de loup-garou en même temps. Du coup on retrouve souvent HURLEMENTS et LE LOUP-GAROU DE LONDRES comparés dans des débats de cinéphiles, ce qui n’a pas vraiment de sens. Est-ce que l’on compare par exemple PLANÈTE TERREUR et LE BOULEVARD DE LA MORT parce que deux copains lancent l’idée de tourner deux faux films grindhouse en même temps ?

LE LOUP-GAROU DE LONDRES est avant tout une comédie sombre aux effets spéciaux réussis et qui prend sa source dans le cinéma de monstres de la Universal Pictures des années 40. À l’inverse, Joe Dante possède une très bonne culture du cinéma bis, et particulièrement pour le cinéma trash et déviant des seventies. Sa « colonie » de loup-garous rappelle évidemment les communautés que je qualifierai de « dark hippies » qui puisent leurs sources dans les premiers grands films de motards comme L’ÉQUIPÉE SAUVAGE (1953) avec Marlon Brando… et qui se déclinent doucement en mode Hell’s Angels drogués, assassins et satanistes avec SATAN SADISTS (1969), I DRINK YOUR BLOOD (1970), sans oublier les zombies motards de PSYCHOMANIA (1973) et les Hell’s Angels lycanthropes de WEREWOLVES ON WHEELS (1971). Le synopsis de ce dernier film me fait d’ailleurs penser à une belle intro pour HURLEMENTS et ses suites : Un groupe de motards traversant le désert américain tombe sur un ancien monastère où a lieu un étrange rite satanique. Des moines drapés de noir leur fournissent de la nourriture droguée, et bientôt les bikers s’endorment. Au cours de la nuit, les satanistes lancent une malédiction sur la petite amie du chef de la bande qui se transforme alors en loup-garou. Très vite, elle contamine son compagnon et la terreur s’installe parmi le groupe…

D’ailleurs, on retrouve dans HURLEMENTS la sexualité des seventies de manière feutrée, mais toujours prête à exploser, dans le personnage de Marsha Quist incarnée par la comédienne Elisabeth Brooks qui semble tout droit sortie de WEREWOLVES ON WHEELS et sera l’anti-héroïne des suites de HURLEMENTS. Et au passage, Joe Dante fait ainsi un clin d’œil au sous-sous-genre assez peu connu des films de louves-garou comme SHE-WOLF OF LONDON (1946), LA LOBA (1965), ou encore LA LOUVE SANGUINAIRE (1976, La lupa mannara) de Rino Di Silvestro dont voici le synopsis à tendance psychanalytique :

Hanté par un traumatisme de son enfance, Daniella Neseri fait des cauchemars à propos d’une ancêtre qui aurait été loup-garou. Elle finit par être internée dans un asile psychiatrique alors que l’on retrouve le corps mutilé de son beau frère…

Un synopsis qui résume d’ailleurs symboliquement aussi l’affiche de HURLEMENTS, ainsi que cette histoire de journaliste télévisée représentative de l’Américaine moyenne et qui, sous prétexte de déontologie, se retrouve à faire un bout de chemin sur le versant sauvage de l’Amérique (pour paraphraser la chanson proto-punk de Lou Reed).

- Trapard – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie L’Affiche :

Galaxina / La Galaxie de la Terreur / Star Crystal / Crime Zone / Forbidden World / Nightflyers / Space Raiders / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / L’Humanoïde / Deathstalker / Les Aventures de Jack Burton / Le Retour de Godzilla / New York 1997 / Le Bateau de la Mort / L’Épée Sauvage / The Deadly Spawn / Future-Kill / Terreur Extra-terrestre / The Terror Within / Time Walker / Le Démon dans l’Île / Frayeurs /Mind Warp, an Infinity of Terror / Onde de Choc / Robot Killer / Yor, le Chasseur du Futur / La Septième Dimension / The Brain / Les Captives de l’Espace / La Quatrième Dimension / Toxic Zombies /La Tour de l’Angoisse / Mad Max : des affiches / Slugs / Des Goonies et des affiches / Dune / Le Trou Noir / Street Trash / Dreamscape / Le Choc des Titans / Retour vers le Futur / Le Retour des Tomates Tueuses / Enemy / Saturn 3 / The Thing / Creepshow / Aliens, le Retour / City of the Walking Dead / Les Maîtres du Temps / Atomic Cyborg / Plutonium Baby /Laserblast 2 / Wheels of Terror / Dawn of the Mummy / La Guerre des Mondes, le Prochain Siècle / The Stuff / The Dungeonmaster / The Blade Master / Demonoid, Messenger of Death ! / Warlords / L’Histoire Sans Fin / Witchdoctor of the Living Dead

Cliquez ici pour rejoindre LE GROUPE D’ALTAÏR IV sur Facebook !

Cliquez ici pour vous rendre sur la playlist YouTube de CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

Pour contacter le blog : morbius501@gmail.com

 


5 commentaires

  1. trapard dit :

    Salut Morbius,
    À voir, ce film issu d’une vhs numérisée et partagé par le dénicheur du bis.
    Ça reste très bon-enfant comme film, mais je ne l’avais jamais vu :
    http://ledenicheurdebis.blogspot.fr/2018/04/dinosaures-1992.html

  2. morbius dit :

    Merci Trapard. Ça me dit vaguement quelque chose…

    Dernière publication sur Les échos d'Altaïr : DRIVE-IN : L'INVASION MARTIENNE

  3. trapard dit :

    Pour Cosmofiction : on vient de retrouver les années 80. ^^

    https://www.youtube.com/watch?v=fNFPw5sMmQA

  4. morbius dit :

    On n’avait peur de rien à l’époque parce qu’il y avait beaucoup moins de gros cons pour critiquer le sens de chaque chose. Aujourd’hui on est plus timoré car on veut se montrer plus intelligent, plus « in » et moins « out ». On fait attention aux réseaux sociaux, à la bonne pensée, au politiquement correct et au féminisme révolutionnaire.

    Dernière publication sur Les échos d'Altaïr : DRIVE-IN : L'INVASION MARTIENNE

Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY