Archive pour juillet, 2015

INSTANTANÉ : CHRISTINE (1983)

INSTANTANÉ : CHRISTINE (1983) dans CINÉMA 15073010562015263613478300

(CosmoFiction)

LA BANDE-ANNONCE : LES MARRRTIENS (1990)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

LA BANDE-ANNONCE : LES MARRRTIENS (1990) dans CINÉMA 15072810124415263613474288Voici une courte bande-annonce américaine qui vous annonce un des programmes les plus distrayants. LES MARRRTIENS aka SPACED INVADERS réalisé par Patrick Read Johnson ne vous rendra pas hilare mais son humour à références vous dépaysera au moins le temps d’une soirée. D’ailleurs son résumé annonce déjà la couleur :

« Lorsque l’équipage d’une soucoupe martienne intercepte le récit de l’émission radio d’Orson Welles « La guerre des mondes », celle-ci se lance joyeusement vers la Terre pour participer à l’invasion. Nos petits Martiens débarquent dans une petite ville des États-Unis qui fête Halloween et leur petites taille les confond avec les enfants venus réclamer leurs bonbons. Manifestement pas pris au sérieux et leur vaisseau spatial endommagé, ils vont devoir trouver l’aide d’une petite fille pour rentrer chez eux… »

LES MARRRTIENS est un film délirant proche de CRITTERS mais abordé sur un ton plutôt « tout public ». Il a d’ailleurs été distribué par Buena Vista Pictures. Personnellement je ne l’avais pas loué en VHS à l’époque et je n’avais pas suivi sa trace dans les magazines spécialisés, mais je l’avais remarqué sur un rayon de vidéo-club. Apparemment LES MARRRTIENS a rempli sa rentabilité puisqu’il a additionné 15 369 573 $ pour un budget de départ estimé à 5 000 000 $. Aujourd’hui, vous pouvez profiter qu’il soit en version complète sur YouTube en V.O. si vous l’aviez loupé comme moi à sa sortie.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants / The Kindred / The Slayer / The Video Dead /Flesh Eater / L’Ascenseur / The Kiss

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LE CINOCHE DE TRAPARD : SLIPSTREAM, LE SOUFFLE DU FUTUR (1989)

Mark Hamill ? Gary Kurtz ? Mais nous voilà donc dans du STAR WARS ! Ah non ?… On me fait signe qu’il s’agit d’un film post-apocalyptique avec un Mark Hamill mais sans Skywalker et avec un Gary Kurtz mais sans George Lucas… Bon. Mais d’après Trapard, ça vaut le coup. On le suit alors !

LE CINOCHE DE TRAPARD : SLIPSTREAM, LE SOUFFLE DU FUTUR (1989) dans CINÉMA 15072409360115263613465611Après avoir ingurgité pas mal de post-nuke lobotomisant des Eighties ces derniers mois comme les philippins STRYKER (1983), W VENDICATOR (1983), LES ROUES DE FEU (1985), EQUALIZER 2000 (1987), LES GUERRIÈRES DU FUTUR (1988), puis des séries B made in South Africa comme SURVIVAL ZONE (1983) et SURVIVOR (1987), sans oublier l’Italie avec LE CHEVALIER DU MONDE PERDU (1983), RUSH (1983), RUSH 2 (1984), FINAL EXECUTOR (1984), des films dont j’avais en partie fait l’impasse dans mon dossier sur LE POST-APOCALYPTIQUE DES ANNÉES 80, même des films américains comme STEEL DAWN (1987) avec Patrick Swayze ou encore THE LAWLESS LAND (1988), LES ANGES DE LA HAINE (1988) ou DRIVING FORCE (1989) qui m’auraient sûrement captivé à l’époque de leur sortie, ils m’ont finalement profondément ennuyés tellement les moindres détails d’un film post-apocalyptique semblent ne plus pouvoir se renouveler. Et que nenni… Car en zieutant par hasard sans trop y croire le film anglais SLIPSTREAM, LE SOUFFLE DU FUTUR (1989) de Steven Lisberger (TRON) et produit par Gary Kurtz, l’un des collaborateurs de George Lucas, j’ai pris un petit plaisir de cinéphile qui redécouvre la fin du monde. Un post-nuke avec de la matière en somme :

15072409385215263613465617 dans LE CINOCHE DE TRAPARD« La Terre a été dévastée par une catastrophe naturelle… C’est dans cette nature bouleversée qu’un gangster, qu’on allait emprisonner, est pris en otage par un redoutable chasseur de primes… »

On y croise un Mark Hamill barbu loin du pubère Skywalker. Puis Bill Paxton, et ces comédiens géniaux que sont Ben Kingsley et F. Murray Abraham.

SLIPSTREAM, LE SOUFFLE DU FUTUR renouvelle certains codes du genre, dont notamment les décors et les véhicules. Puis le film distille une certaine bonne humeur agréable. Autrement dit, ce film est un petit vent frais au milieu des vapeurs désertiques et radioactives des post-nuke un peu primaires de l’ensemble des années 80.

- Trapard – (CosmoFiction)

SLIPSTREAM, LE SOUFFLE DU FUTUR en V.O. et en entier :

Image de prévisualisation YouTube

Autres films de la catégorie Le Cinoche de Trapard :

Prisoners of the Lost Universe / Carnage / Matador / Prophecy, le Monstre / Alligator / Killer Klowns from Outer Space / Gunan le Guerrier / Les Yeux de Laura Mars / Nuits de Cauchemar / The Dark / Delirium / Le Cimetière de la Terreur / Zombie Nightmare / Neon Maniacs / Les Forces du Mal / Le Démon des Profondeurs / Adam et Ève contre les Cannibales

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

L’AFFICHE : STREET TRASH (1987)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : STREET TRASH (1987) dans CINÉMA 15072108371715263613458338

Bien dégueu, bien crade, en un mot : trash ! C’est normal, c’est STREET TRASH ! L’histoire :

« Des clochards, dont la plupart habitent une casse de voitures, errent dans les rues d’une banlieue new yorkaise, multipliant les menus larcins. Tout ce petit monde vivote d’arnaques en tous genres… Mais voici que l’épicier du coin découvre dans sa cave une caisse d’une nouvelle boisson (« Viper ») et met les bouteilles en vente, à un prix défiant toute concurrence. Évidemment les sans-abris se pressent pour acheter le fameux alcool. Mais celui-ci se révèle terrifiant : il liquéfie littéralement ceux qui l’absorbent. » (Wikipédia)

Certainement la plus réussie des affiches de STREET TRASH, avec son aspect fluo chimique et surtout sa victime qui n’hésite pas à tirer la chasse d’eau pour partir dans un long voyage au fin fond de la fosse septique, avouez qu’il fallait oser ! Entre le street art et le street trash, le réalisateur J. Michael Muro a fait son choix. Par contre, ne me demandez pas de parler du film car j’aurais bien du mal à m’en rappeler…

- Morbius – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie L’Affiche :

Galaxina / La Galaxie de la Terreur / Star Crystal / Crime Zone / Forbidden World / Nightflyers / Space Raiders / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / L’Humanoïde / Deathstalker / Les Aventures de Jack Burton / Le Retour de Godzilla / New York 1997 / Le Bateau de la Mort / L’Épée Sauvage / The Deadly Spawn / Future-Kill / Terreur Extra-terrestre / The Terror Within / Time Walker / Le Démon dans l’Île / Frayeurs /Mind Warp, an Infinity of Terror / Onde de Choc / Robot Killer / Yor, le Chasseur du Futur / La Septième Dimension / The Brain / Les Captives de l’Espace / La Quatrième Dimension / Toxic Zombies /La Tour de l’Angoisse / Mad Max : des affiches / Slugs / Des Goonies et des affiches / Dune / Le Trou Noir

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

COSMOCRITIQUE : L’AMIE MORTELLE (1986)

COSMOCRITIQUE : L'AMIE MORTELLE (1986) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

15071611504415263613446665 dans COSMOCRITIQUEL’AMIE MORTELLE, un film de Wes Craven au sujet bien particulier, une œuvre devenu culte pour certains. Voici la petite critique de Laurent publiée dans le numéro 1 de CosmoFiction Fanzine d’avril 1988.

L’histoire : « Paul Conway est un jeune homme de 15 ans, qui, malgré son âge, est déjà un brillant neurologue. Il a même fabriqué un robot qu’il a appelé BB, robot doté d’une grande force et intelligence, mais qui peut avoir des réactions inatendues. Paul finit par tomber amoureux de sa nouvelle voisine Samantha. Hélas, celle-ci se fait tuer accidentellement par son père alcoolique. Le jeune homme décide de récupérer le cadavre de la jeune femme à la morgue et de lui implanter au cerveau le microprocesseur de son robot. Mais celle-ci devient alors une dangereuse meurtrière… » (Wikipédia)

15071611524115263613446669 dans HORREURL’AMIE MORTELLE nous permet de retrouver un Wes Craven des plus motivés. Possédant un excellent scénario (un adolescent tente de redonner vie à sa petite amie décédée, cela par l’intermédiaire de la greffe du cerveau électronique d’un robot !), Craven nous prouve encore une fois son grand talent de réalisateur. Pour ce film, il utilise une horreur plus « stylisée » que d’habitude, loin de la violence de son NIGHTMARE ON ELM STREET.

Avant que le récit ne bascule dans des scènes de violence, Wes Craven cherche à nous faire aimer les personnages, il veut qu’on s’y attache pour que, lorsque tout tourne mal, nous soyons révoltés.

Servi par de très bons acteurs, L’AMIE MORTELLE se veut une sorte de FRANKENSTEIN moderne, où l’électronique remplace les éclairs plein d’énergie vitale, où le vieux professeur fait place à un jeune étudiant surdoué…

- Laurent – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

INSTANTANÉ : LE GUERRIER DE L’ESPACE (1983)

INSTANTANÉ : LE GUERRIER DE L'ESPACE (1983) dans CINÉMA 15071510432515263613444312

(CosmoFiction)

ZOMBIES DES ANNÉES 80, OUI MAIS ZOMBIES JUSQU’AU BOUT DES SEINS ! (partie 6)

Sixième partie du dossier Zombies des Années 80, avec cette fois des zombies asiatiques aux mœurs quelques peu différentes de leurs copains occidentaux et possédant une forme olympique. Trapard vous raconte tout. Et croyez-moi, on peut lui faire confiance quand il nous dit :

LES ZOMBIES ASIATIQUES SONT À PRENDRE AVEC DES BAGUETTES !

ZOMBIES DES ANNÉES 80, OUI MAIS ZOMBIES JUSQU'AU BOUT DES SEINS ! (partie 6) dans CINÉMA 15071305442315263613439628

En effet, les zombies chinois et hong-kongais ne ressemblent en rien à nos classiques morts vivants définis par Hollywood. Les non-morts de Chine sont autant des vampires que des zombies mais : oust Bram Stoker avec ses chauves-souris, avec ses antres carpatiques et victoriens ou encore avec ses hypnoses et ses morsures aux jugulaires ! Oust Abraham Van Helsing ou Abraham Lincoln ! Et oust les croyances vaudous, les victimes de virus et autres pandémies ! En Chine, on n’élimine pas un non-mort d’un coup de pieu dans le cœur, d’une balle dans la tête ou en avalant un saucisson à l’ail pour lui souffler dans le nez. Ce sont les moines taoïstes qui se chargent de cette sale besogne à l’aide de parchemins contenants des prières mortuaires qu’ils épinglent sur la tête des zombies et d’un zeste de kung-15071305463315263613439629 dans DOSSIERfu lorsque celui-ci s’avère être plutôt coriace. D’ailleurs, les non-morts chinois sont plutôt vifs et se déplacent en sautillant plus ou moins haut ou loin. Et c’est justement lors des années 80 (et fin 70) qu’une poignée de réalisateurs chinois ont fait le forcing pour internationaliser un cinéma sclérosé par un totalitarisme politique et culturel. Et à Tsui Hark et à Sammo Hung (pour ne citer que ces deux là) de tenter depuis le début des années 80 de créer un compromis entre films de cannibales, de vampires, de zombies et autres féroces bébêtes hollywoodiennes avec une industrie cinématographique très ancrée dans une tradition ancestrale cadrée politiquement. Avec cette nouvelle vague sino-hong-kongaise, nous sommes déjà à des années lumières des grands classiques de la Shaw Brothers ou même de l’interminable Bruceploitation (films de kung-fu hong-kongais ou taïwanais à petits budgets de la fin des années 1970, profitant de la mort de Bruce Lee pour utiliser des sosies). Cela donnait des films plus riches culturellement tout en restant dans une universalité toujours abordable. Le film de fantômes-zombies-vampires chinois n’est d’ailleurs pas prêt de s’éteindre, Tsui Hark l’ayant relancé en 2003 avec VAMPIRE HUNTERS réalisé par Wellson Chin, puis avec les différentes déclinaisons animées ou les reboots d’HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS, ou encore les nouvelles aventures du génial Détective Dee qui annoncent encore de beaux jours au cinéma fantastique à grand spectacle made in China.

15071305483315263613439630 dans Dossier : Zombies des 80'sEn 1980, L’EXORCISTE CHINOIS (Gui da gui) de Sammo Hung lance donc la parade avec son fantôme de l’au-delà défiguré aux bras démesurés et avec sa cohorte de zombies sautillant, adeptes du mimétisme et maîtrisant l’art du kung-fu dans ce film à l’humour bien déjanté. L’EXORCISTE CHINOIS lance donc la mode à succès des 80′s des « Ghost-kung-fu-comedy », presque un sous-genre à part entière du film d’arts martiaux hong-kongais. D’ailleurs devant le succès rencontré par ce film, Sammo Hung va exploiter le filon en produisant et interprétant LA FUREUR DU REVENANT (1982) réalisé par son comparse Wu Ma (célèbre pour son rôle de prêtre taoïste dans les deux premiers HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS). Toujours produit par ses soins, Sammo Hung confie aussi la réalisation de MISTER VAMPIRE à Ricky Lau, son chef opérateur attitré. L’EXORCISTE CHINOIS est aussi et avant tout une comédie dans laquelle Sammo Hung affine son personnage de benêt courageux et attachant.

L’intrigue : Cheung est un homme courageux mais un naïf qui ignore que sa femme le trompe avec son patron. Ce dernier est un riche marchand sans scrupule qui décide de se débarrasser de son employé gênant. Il décide donc de louer les services d’un puissant sorcier taoïste corrompu. Heureusement, son collègue qui n’est pas de son avis, entreprend d’aider Cheung à se défendre contre les maléfices qui le hantent dans la nuit…

Sammo Hung qui incarne Cheung laissera la réalisation à Ricky Lau pour incarner cette fois Po dans L’EXORCISTE CHINOIS 2 (1990, Gwai Aau Gwai), vendu en France comme étant une suite du film sorti en 1980.

15071305513015263613439631 dans HORREURL’intrigue : Po est, depuis sa naissance, destiné à épouser la fille de Monsieur Chu, dont il est éperdument amoureux. Mais il n’est pas le seul. Sze, également sous le charme de la jeune fille est prêt à tout pour la conquérir et va même jusqu’à engager un sorcier dans le but d’évincer son rival. Mais Po s’avère être le fils d’un grand exorciste et il n’est pas disposé à se laisser faire…

15071306142215263613439638 dans TRAPARDAvant tout vendu comme un film d’arts martiaux KUNG-FU ZOMBIE (1981, Wu long tian shi zhao ji gui) de Yi-Jung Hua ne raconte pas moins le même genre d’histoire que L’EXORCISTE CHINOIS tout en mettant en vedette Billy Chong (aka Willy Dozan, acteur indonésien devenu l’un des nombreux successeurs de Bruce Lee à Hong Kong).

L’intrigue : Un criminel arrive en ville afin de tuer Billy Chong à cause d’un différend passé. Mais au lieu de se salir les mains, il décide d’embaucher un moine taoïste afin qu’il réanime quelques zombies pour faire le travail à sa place…

LA FUREUR DU REVENANT (1982, Ren xia ren / The dead and the deadly) de Wu Ma, avec son titre d’exploitation français à la c*** qui cherche forcément à gruger du côté du succès de LA FUREUR DE VAINCRE (1973), LA FUREUR DU DRAGON (1973), LA FUREUR DU JUSTE (1980), LE FÜHRER EN FOLIE (1973). Ah non, peut-être pas le dernier, tiens…

L’intrigue : Wah Li simule sa mort pour pouvoir toucher un héritage. Son meilleur ami trouve ça bizarre et décide de se déguiser en pantin de funérailles pour mener son enquête. Ma finira par mourir de la main de ses complices. Son fantôme demandera alors à son copain de l’aider à se venger…

Sammo Hung et Wu Ma ont aussi tourné ensemble PORTRAIT DE FANTÔME CHINOIS (1988, Hua zhong xian), l’une des nombreuses déclinaisons d’HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS (1987, Qian nu you hun) de Tsui Hark et Tony Ching Siu Tung.

15071305553215263613439632L’intrigue : Un jeune lettré tombe amoureux d’une belle jeune fille qui s’avère être un fantôme. Celle-ci doit, après des siècles de captivité, capturer l’essence d’un être humain pour que le démon qui la possède puisse être capable de retrouver ses pouvoirs. Pour que la fantômette s’échappe à l’emprise du mal, elle va se cacher dans le portrait que son amant lui a peint. Mais le démon décide de capturer le jeune homme afin que sa belle se découvre. Elle finira par le sauver, cependant, elle devra retourner dans son monde. Ne pouvant supporter de vivre seul sans son amour, il décidera de la suivre…

L’intrigue d’HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOIS : Esclave d’un démon, une femme spectre est obligée de séduire les hommes pour que son maître puisse s’emparer de leur vies. Un collecteur d’impôt, jeune et naïf, tombe amoureux de la belle et va l’aider à se réincarner…

Ricky Lau a tourné les quatre volets de la cultissime saga des MISTER VAMPIRE (1985-1986-1987-1988) avec Lam Ching-Ying, Richard Ng, Lu Fang, Wu Ma, Yuen Kwai, Billy Lau et Sammo Hung. Franchement, c’est ma saga préférée de « Ghost-kung-fu-comedy » que je trouve réussie à tous les niveaux et particulièrement dans son humour.

MISTER VAMPIRE (1985, Geung si sin sang).

L’intrigue : Maître Kau est un prêtre taoïste adepte du kung fu. Lorsqu’il déterre le cercueil d’un riche notable en vue de lui trouver une meilleure sépulture, Kau s’aperçoit que ce dernier s’est transformé en vampire. Suite à la négligence de ses deux nigauds de disciples, la créature s’échappe afin de semer la terreur…

15071306004415263613439633LE RETOUR DE MISTER VAMPIRE (1986, Jiang shi xian sheng xu ji).

L’intrigue : Des archéologues sans scrupules déterrent trois cadavres en costumes de mandarin, un couple et son jeune fils. Bien entendu, ce sont des vampires qui vont profiter de l’occasion pour se réveiller et s’échapper dans Hong Kong. Un apothicaire adepte du taoïsme va tenter de les ramener dans le royaume des morts…

15071306203115263613439640MISTER VAMPIRE ET LES DÉMONS DE L’ENFER (1987, Ling huan xian sheng).

L’intrigue : Un village est la cible d’un groupe de trois guerriers fantômes particulièrement violents. Maître Kau va s’allier avec un autre prêtre taoïste quelque peu original afin de vaincre le mal…

LA FIN DE MISTER VAMPIRE (1988, Jiang shi shu shu).

L’intrigue : Un prêtre taoïste découvre qu’un moine bouddhiste vient de s’installer à côté de chez lui. Les deux hommes se détestent cordialement, mais un convoi royal escortant un membre de la famille royale devenu vampire passe à proximité. Le vampire, terriblement puissant, s’échappe de son cercueil malgré les protections…

La saga s’arrête avec le dernier volet, un peu moins bon que le précédent et sans réelles surprises, bien que Ricky Lau sortira en 1992, MISTER VAMPIRE 92 (Xīn Jiāngshī Xiānshēng) aka CHINESE VAMPIRE STORY ou NEW MISTER VAMPIRE, qui se veut une suite directe du MISTER VAMPIRE de 1985. Bien que certains comédiens du premier volet réapparaissent dans cet épisode, Wu Ma n’y joue déjà plus. Et bien que sur le déclin, le concept de la « Ghost-kung-fu-comedy » fera des petits avec notamment KUNG-FU VAMPIRE (1993, Xiang xi shi wang) de Cheung-Yan Yuen et avec quelques déclinaisons érotiques des HISTOIRES DE FANTÔMES CHINOISdestinées à l’exportation comme les EROTIC GHOST STORY (1990, Liao zhai yan tan) dont la franchise s’étendra jusqu’à la fin des années 90.

15071306025215263613439634

Plus sérieux que les films précédents et plus sur le ton de la magie noire (l’un des thèmes forts du cinéma d’horreur du continent asiatique), on trouve aussi THE BOXER’S OMEN (1983, Mo) de Chih-Hung Kuei, ZHONG GUI (1983) de Chuan Yang aka SEEDIND OF A GHOST et la longue série des BLACK MAGIC.

15071306062415263613439635Le cinéma japonais quand à lui est toujours autant friand d’histoires de fantômes ou kaidan. Mais il a pourtant été très peu productif en films de zombies exceptées ces toutes dernières années où il a calé sa récente mouvance hyper-gore et trash sur l’actuelle mode internationale lancée par THE WALKIND DEAD & CO.

On retrouve un peu ce même schéma avec le cinéma taïwanais, coréen du sud et même thaïlandais qui est toujours aussi productif lorsqu’il s’agit de films de fantômes et dont NANG NAK (1999) de Nonzee Nimibutr en est à mon goût le meilleur représentant.

L’intrigue : Mak part en guerre, délaissant derrière lui sa demeure près du canal Prakanong et sa chère épouse Nak, alors qu’elle est enceinte. Cependant, la guerre de Chiang Toong est sanglante ; Mak est gravement blessé et perd son ami Prig. Il échappe de justesse à la mort grâce aux soins de moines qui l’ont recueilli, mais trop affecté par ses blessures, il est loin de se douter que sa tendre femme vient de perdre la vie en accouchant de leur fils. À son retour pourtant, Mak retrouve sa femme et son jeune fils comme si de rien n’était, même si Nak a un comportement parfois étrange. Quelques jours après son retour, il aperçoit son ami, Uml, qui s’enfuit comme effrayé et quand celui-ci vient le retrouver un peu plus tard, c’est pour lui faire comprendre que sa femme et son enfant ne sont que des fantômes… (Wikipédia)

Le cinéma indonésien des années 80, bien que bourré de fantômes et de revenants turbine surtout avec des histoires de magie noire et de sorcellerie (LA REINE DE LA MAGIE NOIRE, etc… etc…).

- Trapard – (CosmoFiction)

À SUIVRE !

15071306101415263613439637

MUSIQUE : VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? – Give it up

vampireC’est Brad Fiedel, compositeur des B.O. de TERMINATOR (1984) et de TERMINATOR 2 (1991) qui est à l’origine de la musique de VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE (1985). Mais le film de Tom Holland regroupe aussi, et surtout, de nombreuses chansons de différents artistes et groupes d’époque plus ou moins connus : Autograph, J. Geils Band, Ian Hunter, April Wine, Devo, Sparks, White Sister, Fabulous Fontaines et Evelyn King. Et dans ce cas précis, c’est cette dernière qui nous intéresse.

Give it up est le morceau qui marque la rencontre entre le vampire Jerry Dandrige, séducteur intemporel, et la petite amie de Charley Brewster, Amy Peterson. Époque contemporaine oblige, c’est dans un night-club survolté que notre vampire séduit Amy lors d’une danse langoureuse, sur le rythme de Give it up d’Evelyn King, dans le pur style de chansons que l’on pouvait entendre dans les années 80. La B.O. de VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE est à ce titre un pur régal.

Give it up vous est présenté dans sa version Killer Dance Mix Video Clip.

- Morbius – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres extraits dans la catégorie Musique :

Retour vers le Futur / The Goonies « R » Good Enough / E.T. / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / Flash Gordon / Dune /Leviathan : Main Titles – Underwater Camp / Le Guerrier de l’Espace – Main Title / Star Trek III : Bird of Prey Decloaks /Mad Max 3 : We don’t Need Another Hero / Predator : Main Title / Ghostbusters / Ladyhawke : Main Title / Conan le Barbare : Prologue – Anvil of Crom / Craig Safan dirige l’orchestre pour Starfighter / Dar l’Invincible – Main Theme / Are You Ready For Freddy ?  / He’s Back, the Man Behind the Mask / Radio Ga Ga / Une nouvelle version de la musique d’Ulysse 31 /Psycho Therapy / Bye, James Horner…

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

LA BANDE-ANNONCE : THE KISS (1988)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

LA BANDE-ANNONCE : THE KISS (1988) dans CINÉMA 15070908091315263613429966Voici une bande-annonce américaine montée en crescendo dont l’intro vous inspirera forcément celle de L’EXORCISTE (1974, The Exorcist). Mais dès la première minute, à l’apparition du visage de la belle Joanna Pacula, vous vous écrierez : « Ah non, c’est THE KISS ! ». Évidemment, moi aussi j’ai envie de lui faire un bisou quoiqu’elle ne doit plus être très jeune en cette année 2015. Mais quelle femme et quel rôle ! Mais étrangement, sa carrière n’a jamais décollé et a même sombré après THE KISS, cette petite production américano-canadienne réalisée par Pen Dusham. Alternant entre son métier de mannequin et des rôles dans des B-Movies comme WARLOCK 2 (1992) et le mollasson BODY PUZZLE (1993) de Lamberto Bava, puis la pas-très-drôle parodie italienne des aventures d’Hannibal Lecter avec LE SILENCE DES JAMBONS (1994, Il Silenzio dei prosciutti) jusqu’à une apparition complètement anodine dans le bateau hanté de VIRUS (1999) et à un retour nanardesque dans DINOCROC (2004). Avec un tel palmarès, THE KISS reste un des meilleurs films de Miss Pacula qui nous campe un personnage très énigmatique adepte de la magie noire.

« Deux sœurs, Felice et Hilary Dunbar, ont passé leur enfance au Congo belge où le travail de leurs parents les avaient emmenées. Ayant grandi et fait leur vie chacune de leur côté, elles n’ont plus beaucoup de rapports. Hilary mène une vie bien rangée à Albany, New-York, avec son mari Jack et leur fille Amy, tandis que Felice est devenue une top-model réputée, parcourant le monde pour son travail. La tranquillité d’Hilary est mise à mal lorsqu’elle reçoit un coup de fil inattendu et intrigant de sa sœur, qui lui propose de se revoir. Malheureusement, Hilary ne pourra pas se rendre au rendez-vous car elle décède dans un accident de la route, peu de temps après cet appel téléphonique. Felice rencontre alors Jack, qu’elle séduit quelque peu, et sa fille Amy, qui ne l’apprécie guère… » (Wikipédia)

Mention spéciale aussi à la comédienne californienne Meredith Salenger qui incarne la jeune Amy, adversaire principale le la féline Felice, et qui tient un petit rôle dans le remake du VILLAGE DES DAMNÉS tourné par John Carpenter en 1995.

THE KISS commence aussi lentement que sa bande-annonce puis le dénouement s’accélère assez vite en mode teen-movie d’horreur. C’est un petit classique du genre qui alterne entre épouvante et moments de séduction au même titre que le second volet de VAMPIRE, VOUS AVEZ DIT VAMPIRE ? et LE REPAIRE DU VER BLANC sortis tous les deux la même année 1988.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants / The Kindred / The Slayer / The Video Dead /Flesh Eater / L’Ascenseur

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

L’AFFICHE : LE TROU NOIR (1979)

Pour le plaisir des yeux, le talent d’un artiste, les souvenirs ou tout simplement la découverte d’une œuvre méconnue : L’AFFICHE !

L'AFFICHE : LE TROU NOIR (1979) dans CINÉMA 15070509363415263613420561

Je ne résiste pas à la tentation de vous présenter cette splendide version japonaise de l’affiche du TROU NOIR (The Black Hole), film que tout fantasticophile normalement constitué connaît depuis longtemps.

Nous sommes en 1979, à l’aube des années 80, et Walt Disney a décidé de produire des films un peu plus sombres qu’à l’accoutumée. Avec LE TROU NOIR, il veut profiter du succès de LA GUERRE DES ÉTOILES (1977). Dans cette superproduction au joli casting on retrouve donc des vaisseaux, des droïdes et des lasers. Mais il y aura aussi des morts, et ce space opera s’adresse à la fois aux enfants et aux adultes. Dans un spectacle grandiose, on assiste à la formidable puissance destructrice d’un trou noir, « vedette » du film, avec lequel le vaisseau Palomino est venu flirter dangereusement…

Cette affiche, conçue en 1980, retranscrit à merveille l’ambiance du film. On y voit la grande salle de contrôle du Palomino avec ses tableaux colorés, ses écrans et ses étranges sphères. Le redoutable Maximilian se tient là, au premier plan, menaçant. À l’arrière plan, une immense vue sur l’espace nous dévoile le drame qui est en train de se jouer : le vaisseau est déjà happé par le trou noir, et son avant se déchire, emporté vers ce gouffre sans fin. Dans un de ses deux tunnels de circulation, à droite, on peut même y apercevoir le petit véhicule transporter des membres d’équipage du Cygnus en compagnie du robot VIN.C.E.N.T.

Cette affiche est à elle seule un merveilleux spectacle.

- Morbius – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie L’Affiche :

Galaxina / La Galaxie de la Terreur / Star Crystal / Crime Zone / Forbidden World / Nightflyers / Space Raiders / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / L’Humanoïde / Deathstalker / Les Aventures de Jack Burton / Le Retour de Godzilla / New York 1997 / Le Bateau de la Mort / L’Épée Sauvage / The Deadly Spawn / Future-Kill / Terreur Extra-terrestre / The Terror Within / Time Walker / Le Démon dans l’Île / Frayeurs /Mind Warp, an Infinity of Terror / Onde de Choc / Robot Killer / Yor, le Chasseur du Futur / La Septième Dimension / The Brain / Les Captives de l’Espace / La Quatrième Dimension / Toxic Zombies /La Tour de l’Angoisse / Mad Max : des affiches / Slugs / Des Goonies et des affiches / Dune

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

12

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY