COSMOCRITIQUE : DOLLS (1987)

COSMOCRITIQUE : DOLLS (1987) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

dollsVoici la petite critique du film LES POUPÉES (également appelé DOLLS en français, son titre d’origine) écrite par Laurent et publiée dans le numéro 2 de CosmoFiction Fanzine de juin 1988.

L’histoire : « Sur la route des vacances, David Bower, sa future épouse Rosemary et sa fille Judy sont surpris par un violent orage, qui les contraint à s’arrêter sur le bord de la route. Ils trouvent refuge dans une maison aux murs décrépits où vit un couple de vieillards, collectionneurs de poupées. Pendant la nuit, les hôtes dévoilent leur vraie nature et entreprennent de châtier ceux de leurs invités qui ont perdu leur âme d’enfant… » (allocine.fr)

dolls2Après le génial RE-ANIMATOR et le moins bon FROM BEYOND, revoici Stuart Gordon avec ce sublime film qu’est DOLLS.

Débutant à la façon des anciens serials de la Universal (orage, panne de voiture, maison sinistre), DOLLS nous emporte dans un monde à la fois lugubre et sympathique, où l’horreur côtoie à merveille l’humour parfois très noir. Mais ce qui fait de ce film une parfaite réussite est sans nul doute le scénario, en tout point excellent. Loin des agressions visuelles d’un EVIL DEAD, ou d’un sadisme à la Freddy, DOLLS nous offre une histoire très moraliste où seuls ceux qui ont gardé leur âme d’enfant sont épargnés par les terribles poupées. D’ailleurs, parlons-en de ces diaboliques pantins. Ils sont animés avec crédibilité, la stop-motion étant ici digne d’un Ray Harryhausen !

DOLLS est un film à voir ou à revoir.

- Laurent - (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

 


2 commentaires

  1. Trapard dit :

    Yes, je suis d’accord avec cette critique de Laurent. D’ailleurs je considérais aussi DOLLS comme un film d’horreur pour enfants ou un conte très noir.
    Et c’était Charles Band qui avait pris la relève de la production du film de Stuart Gordon après que Yuzna ait produit RE-ANIMATOR et FROM BEYOND. Du coup, rien d’étonnant de trouver dans DOLLS des poupées dans une série B produite par un fan de créatures miniatures animées et autres nains d’univers gothiques.

  2. Trapard dit :

    …Là où Yuzna préfère la chair flétrie et le gore (RE-ANIMATOR 1, 2 & 3), SOCIETY, LE RETOUR DES MORTS-VIVANTS 3, NECRONOMICON, LE DENTISTE 1 & 2…
    Comme quoi, on connait le cinéma d’auteur avec des réalisateurs qui développent leurs obsessions ou réflexions dans leurs films.
    Mais on a aussi les producteurs de séries B qui développent aussi les leurs à travers le travail d’autres réalisateurs. J’ai toujours adoré les films de Stuart Gordon mais il reste tout de même un tâcheron et un bon artisan caché derrière de fortes personnalités de la production de films d’horreur.

Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY