MUSIQUE : HE’S BACK, THE MAN BEHIND THE MASK – Alice Cooper

alice“He’s Back”… C’est évidemment de Jason Voorhees dont il est question dans cette petite chanson culte d’Alice Cooper, un chanson et un clip annonçant la sortie de JASON LE MORT VIVANT en 1986.

Alice Cooper a toujours été étroitement lié au cinéma d’horreur mais surtout aux univers macabres. Rien que son nom ‘Alice Cooper’ qui originellement était le nom de son groupe ‘The Alice Cooper Group’ est batti sur une légende. Le jeune Vincent Furnier aurait, au cours d’une séance de spiritisme, communiqué avec une sorcière défunte qui lui aurait assuré la gloire s’il acceptait de porter son nom. Et Alice Cooper d’enchaîner les concerts épiques et sanguinolents tout au long des années 70. Je me souviens avoir lu une critique dans “Télérama” dans laquelle un journaliste considérait qu’Alice Cooper avait tout pris des jeux scéniques de David Bowie dans les années 70. Mais là où Bowie proposait un univers psychédélique à la limite de la SF à son public, Cooper revenait plutôt aux sources des spectacles de Grand-Guignol et rendait hommage à toute une iconographie du cinéma horrifique. Une imagerie déjà présente avec le groupe BLACK SABBATH et fera largement écho dès les années 80 avec MERCYFUL FATE et la vague scandinave de Black & Death Metal.

C’est donc tout naturellement, et en pleine perte de vitesse et de succès public qu’Alice Cooper a sorti l’album “Constrictor” (1986), un hommage au cinéma de série B, mais aussi à son serpent scénique. Un album, un morceau mais aussi un clip qui arrivaient à point nommé pour un jeune public de films d’horreur, qui est celui de ma génération des années 80.

Son heavy metal des Eighties avec des ajouts de la B.O. d’Harry Manfredini pour les VENDREDI 13 faisait merveille. Et le clip qui incluait des extraits du film à venir, ainsi qu’une petite mise en abîme d’une petite salle de cinéma qui le projetait, était bien sympa, bien qu’aujourd’hui les effets spéciaux (notamment les superpositions d’images) paraissent bien ratées. Mais c’est ce qui fait aussi le charme de la série B.

La carrière cinématographique d’Alice Cooper est bien connue en revanche, de son apparition en vagabond démoniaque dans PRINCE DES TÉNÈBRES (1987) de John Carpenter, ou dans WAYNE’S WORLD et LA FIN DE FREDDY (1991). Et plus récemment, dans le film rock de vampire SUCK (2009) ou pour Tim Burton dans DARK SHADOWS (2011). Et même dans un nanar de Sy-fy, BIGFOOT (2012) dans lequel il se fait écrabouiller par un yéti qui ne supporte pas sa musique de ouf.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres extraits dans la catégorie Musique :

Retour vers le Futur / The Goonies « R » Good Enough / E.T. / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / Flash Gordon / Dune /Leviathan : Main Titles – Underwater Camp / Le Guerrier de l’Espace – Main Title / Star Trek III : Bird of Prey Decloaks /Mad Max 3 : We don’t Need Another Hero / Predator : Main Title / Ghostbusters / Ladyhawke : Main Title / Conan le Barbare : Prologue – Anvil of Crom / Craig Safan dirige l’orchestre pour Starfighter / Dar l’Invincible – Main Theme / Are You Ready For Freddy ? 

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION

 


Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY