COSMOCRITIQUE : ELMER, LE REMUE-MÉNINGES (1987)

COSMOCRITIQUE : ELMER, LE REMUE-MÉNINGES (1987) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

elmerAh, ELMER, un machin complètement disjoncté !… On allait très loin, à l’époque, dans certaines séquences sexe-gore… Enfin bon, je laisse la parole à L.S. à travers sa critique du film parue dans le numéro 4 de CosmoFiction Fanzine de novembre 1988.

elmer2L’histoire : « Comment un espiègle, mystérieux et monstrueux petit animal quitte ses trop vieux propriétaires pour faire un pacte avec un jeune homme chez lequel il s’installe. Elmer le comble de visions et de gaieté mais en echange Brian lui fournit la nourriture essentielle à son existence, des cerveaux humains. »(allocine.fr)

La première impression que j’ai eue à la fin d’ELMER, LE REMUE-MÉNINGES, c’est d’avoir assisté à un remake de FRÈRES DE SANG ! Rappelez-vous, ce petit film-culte de quelques dollars où un jeune Américain se promenait partout avec, dissimulé dans un panier d’osier, son frère siamois difforme. Eh bien ELMER s’avère être quasiment la même chose à quelques détails près. Pour ce qui est des points communs, on pourra noter la même ambiance crade et repoussante dans un style d’ailleurs proche du nullissime STREET TRASH et du génial TOXIC AVENGER.

Le réalisateur, Frank Henenlotter, a voulu avec ELMER retrouver tous les fans de son légendaire FRÈRES DE SANG. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y est parvenu car ELMER est déjà devenu un petit classique de l’horreur façon bis.

elmer3Henenlotter en profite ici pour montrer les milieux sociaux de l’Amérique des bas-quartiers. C’est pourquoi les décors du film varient entre un dépotoir de voitures, une boîte de nuit complètement ringarde et malsaine, un hôtel poisseux, et ne parlons pas des rues remplies de poubelles, tout pour faire du film une tapisserie bien dégueu (et le mot est faible !).

Niveau gore, ELMER est bien appétissant ! Au menu du jour : cervelles d’êtres humains. Slurp ! Tout ça pour vous dire que Henenlotter n’est pas avare de sang !

Avant d’en finir avec ELMER, je voudrais vous conseiller de ne pas louper la scène de la chaufferie qui est une véritable séquence d’anthologie du sexe-gore (censurée aux USA !). Ah ! Ces Ricains !

- L.S. – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers

INDEX DE COSMOFICTION

 


Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY