LE CINOCHE DE TRAPARD : DELIRIUM (1987)

deliriumProfitons que LE FOTO DI GIOIA (1987) de Lamberto Bava soit consultable en version complète et en français sur YouTube pour en toucher deux mots.

Sorti en VHS en France et aux États-Unis en 1987 sous le simple titre assez énigmatique de DELIRIUM, je me souviens que nous l’avions loué avec Dave Altou au vidéoclub du PK7 dès sa sortie. Pourquoi ? Déjà parce que Sabrina Salerno y jouait un petit rôle. La même Sabrina que celle tout juste auréolée du succès de son « Boys (Summertime Love) » qu’on appellera « delirium4Boys Boys Boys » pour faire plus simple. Et surtout de son clip minimaliste dans lequel elle jouait à « tu les vois, tu les vois plus » au bord d’une piscine remplie de gros ballons colorés en caoutchouc mou. Sa scène dans DELIRIUM restera d’ailleurs culte puisque les photos du tournage où on la voit accompagnée de deux hommes déguisés en momies, ont longtemps été les seules images qui laissaient entrevoir ses formes très généreuses dans les magazines « people ».

Et puisque nous abordons ce sujet, la comédienne principale de DELIRIUM n’est autre que la pulpeuse Serena Grandi, égérie des films érotiques de Tinto Brass qui a aussi eu le droit à sa scène culte lorsqu’elle erre en robe de nuit transparente et trempée par la pluie.

DELIRIUM est un film qui offre la part belle à un casting de femmes, même si elle servent finalement de pâture à un tueur en série. Et au-delà de la couverture érotico-médiatique de seconde zone qui fait que cette série B de Lamberto Bava reste dans les mémoires, il s’agit aussi d’un des derniers gialli italiens des années 80 avec MURDEROCK (1984) de Lucio Fulci, BLOODY BIRD (1987) de Michele Soavi et, évidemment, PHENOMENA (1985)-TERREUR À L’OPÉRA (1987)-TRAUMA (1993)-LE SYNDRÔME DE STENDHAL (1996) de Dario Argento. Quoique les codes de ces derniers gialli se confondent un peu avec la mode des Slashers américains des années 80.

L’intrigue selon Wikipédia : « Gioia est une ex-mannequin devenue propriétaire d’une revue pour hommes « Pussycat ». Kim, la protagoniste d’une séance photo, réalisée dans la villa de Gioia, est sauvagement tuée à l’aide une fourche et trainée sur le sol. Le lendemain, Gioia reçoit une photo du cadavre de Kim devant une photo géante la représentant. Quelque temps après l’assassin recommence son méfait sur un autre modèle… »

delirium2

À l’univers du giallo, Lamberto Bava a ajouté une touche fantastique à son film qui le rend assez psychédélique un peu absurde, mais censée représenter la folie destructrice de l’assassin. Mais de mémoire, ce sont surtout les scènes successives de meurtres électrisées par une bande originale très heavy-rock qui faisait la force de ce giallo tardif. Lamberto, fils de Mario Bava n’est pas vraiment un grand cinéaste. Parfois caché derrière un pseudonyme anglo-saxon, parfois signant la réalisation de bons films (BAISER MACABRE, LA MAISON DE LA TERREUR, DÉMONS 1 et 2) et, à d’autres fois, crédité pour des films vraiment très moyens (APOCALYPSE DANS L’OCÉAN ROUGE, BLASTFIGHTER L’EXECUTEUR, et quelques films pour la télévision italienne).

delirium3En plus de Serena Grandi et de Sabrina Salerno, les habitués de la série B italienne reconnaîtront le géant barbu, George Eastman, acteur, réalisateur et scénariste d’un nombre incroyable de films italiens allant du B au Z, ainsi que le comédien irlandais David Brandon que l’on retrouve surtout dans le cinéma bis italien des années 80 et 90, et enfin et surtout Daria Nicolodi, l’ex-femme et égérie des films de Dario Argento dans les années 70 et mère d’Asia Argento.

Même si on ressent bien que le budget alloué au film est passé dans les cachets de la poignée de comédiens, dans les décors et dans les fringues de luxe, ce DELIRIUM est un petit classique qui se déguste d’une autre manière avec les années écoulées : comme un pan du cinéma d’exploitation italien qui touchait à sa fin et qui tentait de survivre avec l’aide des vidéoclubs avant de finir en minuscules productions télévisées.

- Trapard – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

 


3 commentaires

  1. trapard dit :

    Parmi les comédien(ne)s, j’ai oublié de créditer la jolie comédienne et top-modèle danoise Trine Michelsen (même si on l’aperçoit « défigurée » sur les deux affiches en début d’article).
    Elle n’a qu’un petit rôle dans DELIRIUM mais on la trouve dans des personnages plus importants dans d’autres films italiens comme SPECTRES (1987, Spettri) de Marcello Avallone où elle côtoie Donald Pleasence.

  2. Trapard dit :

    Au niveau des gialli des années 80, Lamberto Bava en a lui-même réalisé deux pendant cette décennie, avec LA MAISON DE LA TERREUR (1983) et MIDNIGHT HORROR (1986).

  3. trapard dit :

    Mince, la vidéo a été supprimée.

    Sinon, quelques autres giallos des années 80 :

    -OÙ EST PASSÉE JESSICA ? (1985) de Carlo Vanzina.
    -NON AVER PAURA DELLA ZIA MARTA (1988) de Mario Bianchi.
    -UN DELITTO POCO COMMUNE (1988) de Ruggero Deodato.

    Et CRIME AU CIMETIÈRE ÉTRUSQUE (1982) de Sergio Martino, qui est une mini-série tv à l’origine.

Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY