QUELQUES FILMS DE MONSTRES DES ANNÉES 80 (partie 2)

Après vous avoir déjà proposé quelques beaux spécimens dans la première partie de son dossier, Trapard va plus loin aujourd’hui avec des bébêtes pas gentilles du tout, mais alors pas du tout car elles appartiennent à la grande famille des héritiers de l’Alien, ce sont…

inseminoid2

LES MONSTRES QUI TE DÉVORENT DE L’INTÉRIEUR

Voici quelques monstres plutôt sournois, qui rentrent par tous les pores et qui jouent à cache-cache à l’intérieur de nos entrailles…

griffure2 INSEMINOÏD (1981)

inseminoidCe film très Z de Norman J. Warren est un des post-ALIEN les plus connus avec CONTAMINATION (1980) et LA GALAXIE DE LA TERREUR (1981). Son principe : reprendre la contamination intérieure extraterrestre sur un humain d’ALIEN de manière plus trash et viscérale encore que dans l’original de Ridley Scott.

« Au cours d’une expédition archéologique sur l’hostile planète Xeno, l’équipage d’un vaisseau subit les assauts répétés d’une présence extraterrestre en mal de reproduction… »

Le film est en V.O. ici.

griffure2 PARASITES (1982)

PARASITES (1982, Parasite) de Charles Band (d’Empire Pictures) surfe sur deux vagues en même temps : le film post-apocalyptique qui aurait bien pu se trouver dans notre dossier sur le sujet, et le post-ALIEN de série B et gore, voire même le post-INSEMINOÏD (1981). Demi Moore, toute jeune, y faisait d’ailleurs une de ses premières apparitions remarquées.

parasite2« 1992. Les États-Unis vivent sous un régime paramilitaire. Au cours de ses recherches, Dean, un scientifique, absorbe un ver parasite particulièrement vorace qui se nourrit à l’intérieur de l’estomac humain avant qu’il ne soit suffisamment fort pour s’extraire du ventre de sa victime à la recherche d’un nouvel hôte. Dean parvient à s’en débarrasser mais la créature s’enfuit. Dean et sa compagne doivent désormais la stopper, tandis qu’ils sont eux-mêmes poursuivis par un agent du gouvernement et un gang particulièrement dangereux… »

PARASITES est en V.O. ici.

griffure2 ABOMINATION (1986)

PARASITES ne pouvait immanquablement que m’amener à écrire sur ABOMINATION (1986), un film au budget inexistant réalisé par Bret McCormick. C’est trash, ultra-gore et très Z que ça rappellerait presque le BAD TASTE (1987) de Peter Jackson mais avec l’humour en moins et le parasite en prime.

abomination« Un jeune homme accueille dans son corps une sorte de parasite provenant d’un crachât de sa mère malade. Le parasite va se développer de plus en plus et prendre possession de la demeure du jeune homme ainsi que de son esprit, le contraignant à lui fournir de la chair humaine pour continuer à accroître sa taille… »

griffure2 BREEDERS (1986)

breedersOn ne connait pas exactement la provenance des BREEDERS du film de Tim Kincaid (pour Empire Pictures) mais ce qu’on sait en revanche, c’est leur partance :

« Une créature humano-insectoïde gluante et verdâtre hante les rues de New York et agresse des jeunes femmes vierges, pour les violer et les laisser ensuite dans un état comateux. Un inspecteur mène l’enquête avec l’aide d’une femme-médecin, pendant que le monstre continue ses viols sanglants… »

Quelques bons passages bien gores et une bonne occasion pour le réalisateur de filmer tout plein de « vierges trentenaires » dansant ou se languissant nues devant la caméra ou prenant des douches sans leurs vêtements. Comme on dit en Calédonie : « C’est ça qu’est bon ! ». Le film est en V.O. ici mais finissez au moins de lire mon article svp…

elmer

griffure2 ELMER, LE REMUE-MÉNINGES (1988)

Après PARASITES et ABOMINATION, voici venu le temps d’un autre parasite monstrueux : celui de BRAIN DAMAGE ou ELMER, LE REMUE-MÉNINGES en français.

elmer2Au début des années 80, le réalisateur Frank Henenlotter sortait déjà le très malsain FRÈRE DE SANG (1982, Basket Case) qui engendrera même deux suites, plus tordues encore, avec FRÈRE DE SANG 2 (1990, Basket Case 2) et BASKET CASE 3 : THE PROGENY (1992) : « À New-York, un jeune homme loue un petit appartement. Il arrive avec une malle en osier qui intrigue ses voisins. Peu à peu, l’on découvre qu’elle contient son frère siamois, une créature plutôt monstrueuse. Ils décident ensemble de se venger de ceux qui sont responsables de l’échec de leur séparation : leur père et un chirurgien… »

Sorte de métaphore sur la toxicomanie, ELMER, LE REMUE-MÉNINGES (1988, Brain Damage) est encore plus surréaliste, thrash et gore :

« Brian mène une existence sans histoire jusqu’au jour où il fait la connaissance de Elmer, une mystérieuse créature. Elmer a la capacité d’injecter dans votre cerveau une drogue puissante, dont, très vite, on ne peut plus se passer. Jeune et influençable, Brian devient totalement dépendant d’Elmer. Mais il y a un prix à payer : pour vivre, la créature a besoin de dévorer des cerveaux humains, et Brian devra lui fournir ses futures victimes. Impossible de refuser : la créature cesserait alors ses injections, et nul ne peut supporter les terribles crises de manque occasionnées par l’absence de la drogue d’Elmer… »

griffure2 EVIL DEAD TRAP (1988)

trapEVIL DEAD TRAP (1988, Shiryô no wana) de Toshiharu Ikeda est un très étrange mais fascinant film gore qui mélange les genres comme le Giallo, le Survival, le Torture-porn avant l’heure, le Film de Monstre et l’univers déjanté légèrement cyberpunk que l’on retrouve dans les films de Shinya Tsukamoto par exemple. Le monstre étant une des nombreuses cerises posées sur ce gâteau à l’hémoglobine, le mieux serait de vous le laisser déguster par vous-même…

« Une jeune journaliste reçoit une cassette qu’elle visionne. Après avoir constaté effrayée qu’il s’agissait d’un snuff movie dans lequel une femme se fait sauvagement torturer et lacérer, elle décide de partir à la recherche de l’endroit où a été tourné le film avec l’aide d’une poignée de collaborateurs. Leur investigation les mène dans une usine désaffectée particulièrement glauque et un piège va rapidement se refermer sur eux… »

griffure2 BABY BLOOD (1990)

Lorsque la France produisait du gore à la toute fin des années 80, ça donnait BABY BLOOD d’Alain Robak. Un film très étrange, à la limite du Z, mais pourtant très vite culte grâce à la motivation de son réalisateur à sortir un film extrême en France et à l’engouement qu’il créa dans le milieu artistique pour participer à cette aventure.

baby« Yanka, 23 ans, est la jeune maîtresse du directeur d’un cirque itinérant, un homme colérique et brutal. Un jour, un léopard en provenance d’Afrique est accueilli comme nouveau pensionnaire au sein de la ménagerie. La nuit même, l’animal est retrouvé dans sa cage en un tas informe de chair sanguinolente. Alors qu’une battue s’organise pour retrouver le responsable du forfait, une mystérieuse forme de vie qui habitait les entrailles du fauve s’introduit dans le corps de Yanka au cours de la nuit. Le lendemain, la jeune femme se trouve enceinte d’un être sanguinaire qui la pousse au meurtre pour assouvir son insatiable soif de sang humain… »

La comédienne Emmanuelle Escourrou qui joue Yanka participa à la mise en forme et au scénario d’une suite de BABY BLOOD en 2008 avec LADY BLOOD réalisé par Jean-Marc Vincent.

- Trapard – (CosmoFiction)

À SUIVRE !

parasite3

Également dans la catégorie Dossier :

Casiers judiciaires en vrac de serial-killers des 80′s – partie 1 / Casiers judiciares en vrac de serial killers des 80′s – partie 2 / Zombies des années 80, oui mais zombies jusqu’au bout des seins ! – partie 1 / Zombies des années 80, oui mais zombies jusqu’au bout des seins ! – partie 2 / Zombies des années 80, oui mais zombies jusqu’au bout des seins ! – partie 3 / Zombies des années 80, oui mais zombies jusqu’au bout des seins ! – partie 4 / Le post-apocalyptique des années 80 – partie 1 / Le post-apocalyptique des années 80 – partie 2 / Le post-apocalyptique des années 80 – partie 3 / Le post-apocalyptique des années 80 – partie 4 / Le post-apocalyptique des années 80 – partie 5 / Le post-apocalyptique des années 80 – partie 6 / Quelques films de monstres des années 80 – partie 1

INDEX DE COSMOFICTION

30 ans plus tard CosmoFiction est de retour !

 


Un commentaire

  1. Trapard dit :

    Je ne le savais point mais BREEDERS a aussi eu comme titre français L’HYBRIDE INFERNAL.

Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY