LE DOMAINE DU FANATIQUE – édition n°4

LE DOMAINE DU FANATIQUE - édition n°4 dans LE DOMAINE DU FANATIQUE 14012107001815263611916666

Le domaine du fanatique, c’était la rubrique de CosmoFiction qui revenait à chaque numéro de la deuxième génération (1988-1991). C’était une sorte de chronique d’humeur, une tribune libre, dont je m’occupais et où je me lâchais parfois sur un sujet. Mais je pouvais tout aussi bien parler d’émissions TV, de magazines, de l’accueil de CosmoFiction en librairie, de la vie du fanzine, de remerciements, d’un personnage célèbre de la SF ou du Fantastique, etc. Bref, j’étais libre comme le vent, et c’est toujours le cas !

Le stress du blogueur d’Unblog.fr

14033007321815263612108726 dans LE DOMAINE DU FANATIQUE14033007563215263612108737Avec l’hébergeur de CosmoFiction, Unblog.fr, on ne sait jamais ce qui va se passer à tout moment… C’est l’angoisse, le stress permanent à chaque fois que je clique sur le lien qui mène vers l’un de mes trois blogs : Les Échos d’Altaïr, CosmoFiction ou Le Blog du CM2B de l’École Albert Perraud. Parfois je tombe, agacé, sur la sempiternelle phrase anglaise « The page you are looking for is currently unavailable, please try again later », parfois sur le logo d’Unblog.fr qui me dit, non sans une certaine ironie involontaire, « Votre histoire, vos passions, votre blog ! ». Alors je cherche désespérément mon blog, mais je ne le trouve nulle part… Sans doute se cache-t-il dans la quatrième dimension de Rod Serling…

À l’instant où je tape ces lignes, le plantage peut avoir lieu à tout moment, il faut le savoir. Donc je me dépêche. Combien d’articles ont été retardés dans leur parution à cause de ces bugs fréquents. S’il m’arrive de ne plus publier régulièrement, c’est non seulement dû à ma vie privée mais aussi, parfois, et je dirais même de plus en plus souvent, aux dysfonctionnements de la plateforme. J’en veux pour preuve dimanche dernier où, frétillant d’impatience et plein de bonne volonté, je me lance dès le matin à vouloir écrire sur mes trois blogs. Que nenni ! Impossible d’atteindre n’importe quel site estampillé Unblog.fr, et ce jusqu’au soir ! Formidable ! Alors, dans ces conditions, je ne m’étonne plus du découragement des internautes. La plupart ne viennent plus suite à ces plantages réguliers. Voilà comment on perd en cours de route nombre de cosmophiles ou d’Altaïriens, et comment l’hébergeur se taille une jolie réputation d’incompétent…

14033007574215263612108738Bien sûr, on me dira pourquoi as-tu choisi Unblog.fr ? Je t’avais dit… Tu aurais dû… Si j’étais toi… Si tu m’avais écouté… etc. Les amis, lorsque je me suis lancé en 2009, et après mûre réflexion, dans la création d’un blog, moi, l’allergique à l’informatique, moi, l’hermétique (ou l’ermite) aux nouvelles technologies (un comble pour un amateur de SF, je sais), j’ai tapé sur Google : « Créer un blog ». Tout de suite m’est apparu « Créer un blog : Unblog.fr ». Je n’ai pas cherché midi à 14 heures, j’ai cliqué, et vous connaissez la suite… Mais je tiens à préciser une chose importante : mis à part ces plantages plus ou moins réguliers qui sont propres à Unblog.fr et qui finissent par horripiler ses nombreux blogueurs (plus de 800 000), je ne regrette pas un seul instant d’avoir choisi cette plateforme par hasard. J’ai pu goûter à une autre, OverBlog, et là, croyez-moi, c’est pire… L’administration des blogs selon Unblog.fr est d’une clarté et d’une simplicité à toute épreuve. C’est un plaisir d’écrire et de procéder à la mise en page grâce à ses diverses fonctions. Et surtout, lorsque vous contactez ses administrateurs en MP, ils vous répondent TOUJOURS et cherchent les meilleures solutions à vos problèmes. J’en ai fait l’expérience. Non, non, on ne m’a pas payé pour écrire ces lignes, je vous l’assure. Je pense simplement qu’il faut faire la part des choses. Et de toute manière, je ne connais pas de plateforme sans problèmes. Alors merci Unblog.fr ? On n’ira peut-être pas jusque là. Cependant, si j’ai créé deux autres blogs chez cet hébergeur, dites-vous bien que ce n’est pas pour rien…

Le rythme de CosmoFiction et les promesses non tenues…

Comme je l’avais annoncé dès l’article de présentation du blog, CosmoFiction a désormais atteint sa vitesse de croisière avec deux à trois publications par semaine (parfois plus). Nous ne sommes plus à deux ou trois articles par jour comme à ses débuts pour la simple raison que je ne suis plus en vacances ! Cela suppose donc que lorsque j’y serai à nouveau, on peut s’attendre à des parutions quotidiennes.

14033007344715263612108727À propos, les périodes électorales ne sont pas les seules où l’on promet monts et merveilles… Je me souviens, fin 2013, que certains avaient sympathiquement accepté de participer à CosmoFiction alors qu’ils n’étaient pas obligés de le faire. Quant à d’autres, ils m’avaient même contacté pour y écrire. J’avais alors accepté, bien sûr, ravi de leur proposition. Mais de leur part : rien jusqu’à présent… M’aurait-on fait mentir, dès le premier article de CosmoFiction, en annonçant des noms dont on n’a jamais vu la trace sur ce blog ?… J’espère que non.

Coco Dimension

Surprenant ! Cette semaine, Coco TV, notre programme TV hebdomadaire calédonien, a fait sa Une avec… LA QUATRIÈME DIMENSION ! Le tout en noir et blanc, avec la bouille de m’sieur Serling en gros plan ! J’ai cru halluciner ! J’ai cligné plusieurs fois des yeux pour m’assurer que je ne rêvais pas, mais non ! Pas de telenovela avec bimbo aux seins gonflés à l’hélium, pas de minet pour adolescente hystérique, pas même de Derrick pour mémé, non, rien de tout ça en couv pour une fois ! C’était bien THE TWILIGHT ZONE ! Bon, j’arrête les points d’exclamation, à force de cogner comme ça on fait du bruit. Je savais Coco TV hyper fan de DOCTOR WHO (c’est la seule série TV SF dont il parle très régulièrement) mais pas de LA QUATRIÈME DIMENSION. L’article était d’ailleurs parfait à mon goût. Bon, ce serait bien si notre Coco pouvait en faire autant pour SUPERNATURAL, AMERICAN HORROR STORY et tant d’autres. On peut toujours rêver…

14033007591015263612108739Cahiers d’un jeune fan

Je terminerai en vous présentant les cahiers que je réalisais, étant ado (j’ai commencé vers 14 ans), sur les films fantastiques et de SF. Vous pouvez les voir ici en photos, dans cet article. Je découpais tout ce que je pouvais trouver dans les magazines (jusqu’à arracher discrètement des pages entières dans les revues présentes en salle d’attente, chez mon médecin !), articles, photos, critiques récoltés dans Starfix, Mad Movies, L’Écran Fantastique, L’Express, Première, Le Point, Les Nouvelles Calédoniennes… et je collais soigneusement le tout dans ces grands cahiers que j’ai conservés jusqu’à aujourd’hui. J’y écrivais une p’tite bafouille en guise de critique pour chaque film répertorié. J’allais jusqu’à créer des rubriques (News, Vidéo, Avant-Première…) alors que j’étais le seul à lire ces cahiers ! Je les décorais avec soin aux marqueurs… J’avais déjà ce besoin constant de parler SF et Fantastique. Cette maladie ne m’a jamais quitté depuis…

- Morbius – (CosmoFiction)

 


4 commentaires

  1. trapard dit :

    Raaah « Derrick pour mémé » :D
    C’est pas faux, mais j’avoue que c’est une des rares séries que j’ai suivi en entier à la TV et même certaines rediffusions. Je sais, c’est mou et c’est pour mémé (d’ailleurs je suivais la série chez ma grand-mère en sa compagie :D mais pour mes propres raisons de cinéphiles…Car avant de se laisser happer par cette série policière interminable (en rythme comme en saisons), Horst Tappert fut un grand comédien de « Krimis » allemands, un genre dont je suis fan.

    Bien vu le Coco TV : le « Une autre dimension » n’aurait pas un certain rapport avec le « Janice en live  » écrit au-dessus :D
    Bon, je suis médisant, mais j’ai eu aussi la surprise de trouver chez mon tabac-presse, la semaine passée (j’avais oublier de te le préciser par mail) un gros hors-série de Mad Movies entièrement consacré aux adaptations de Stephen King. Bien que n’étant pas un fan de l’auteur et de toutes ses adaptations, j’ai tout de même acheté ce numéro pour l’effort des rédacteurs.

  2. trapard dit :

    PS : sur le « cahier », je vois Ktulu, Robby, un vaisseau martien, la créature de Metaluna, des persos de Star Wars mais…on dirait The Phantom en mauve sur la gauche. Je me trompe ?

  3. trapard dit :

    Je me souviens qu’on tenait aussi nos « cahiers » avec Dave Altou et qu’on passait des après-midi à dépioter des magazines comme « Première » pour ne pas sacrifier nos Mad Movies, E.F., Starfix. Et on y collait des photos de films d’horreur et de nos deux stars françaises de l’époque (qui étaient d’ailleurs les seules françaises à jouer dans des films de genre qu’on aimait) : Isabelle Adjani et Emmanuelle Béart. Et on manquait de se foutre des coups de ciseaux en travers du visage lorsqu’on tombait en même temps sur une photo de ces actrices et qu’on voulait tous les deux :D
    Dans les années 80 il existait un organisme qui récupérait la presse invendue et qui recyclait tout ça pour les salles d’attente de médecins ou pour les CDI d’établissements scolaires. J’ai eu la chance d’obtenir pas mal de Mad Movies grace au boulot de ma mère à cette période. Mais je me demande si cet organisme existe encore car je n’en ai plus jamais entendu parler.

  4. morbius dit :

    C’est bien The Phantom que tu vois, Trapard, sur ce quatrième cahier. Je n’ai pas pris en photo le premier car sa couverture est plutôt médiocre, mais c’est le plus vieux des quatre, avec à l’intérieur SUPERMAN 1978.
    Le problème de ces cahiers, c’est que parfois je les ai eux-mêmes découpés pour… CosmoFiction, le fanzine ! J’avais alors besoin de photos, donc j’avais là déjà une bonne réserve. ;-)

    Dernière publication sur Les échos d'Altaïr : UTOPIC FASHION : LA FLEUR DE L'ESPACE

Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY