Archive pour février, 2014

LE DOMAINE DU FANATIQUE – édition n°3

LE DOMAINE DU FANATIQUE - édition n°3 dans BLOG 14012107001815263611916666

Le domaine du fanatique, c’était la rubrique de CosmoFiction qui revenait à chaque numéro de la deuxième génération (1988-1991). C’était une sorte de chronique d’humeur, une tribune libre, dont je m’occupais et où je me lâchais parfois sur un sujet. Mais je pouvais tout aussi bien parler d’émissions TV, de magazines, de l’accueil de CosmoFiction en librairie, de la vie du fanzine, de remerciements, d’un personnage célèbre de la SF ou du Fantastique, etc. Bref, j’étais libre comme le vent, et c’est toujours le cas !

14020207535815263611949151 dans LE DOMAINE DU FANATIQUELe Domaine du Geek ?

Je me disais dernièrement que le titre de cette rubrique, Le Domaine du Fanatique, n’était plus vraiment en phase avec le vocabulaire de 2014… Aujourd’hui on parle plutôt de « geek » et non de « fanatique », ce terme de « fanatique » étant plutôt destiné à l’heure actuelle aux endoctrinés religieux (et Dieu sait qu’il y en a).

Dans les années 80, le mot « geek » n’existait pas encore. On parlait de « fan » ou de « fantasticophile ». J’ai choisi le mot « fanatique », à l’époque, pour bien insister sur le fait que cette rubrique serait écrite par un passionné de SF et de Fantastique, moi-même, et qu’elle se destinerait à ceux qui le sont aussi. Cependant, et après mûre réflexion, je ne modifierai pas le titre, dessiné par Stéphane Roux, d’autant plus que personne ne s’accorde vraiment sur le terme « geek ». Qu’est-ce qu’un geek exactement ? Chacun y va de sa propre définition. C’est un peu comme la SF pour laquelle aucune définition ne parvient à satisfaire. Vaste sujet…

Le Steadyblog et sa « liste des blogs qu’ils sont bien à lire »

Petite surprise dernièrement quand, grâce à mes référants, j’ai pu voir que Le Steadyblog avait rangé CosmoFiction dans sa liste des favoris sympathiquement appelée « La liste des blogs qu’ils sont bien à lire ». Je n’ai rien demandé, on me l’a fait gratuitement (de toute façon je n’aurais pas payé !). On trouve donc désormais Le Steadyblog dans la liste des favoris de Cosmo, ce qui est la moindre des choses. Ah mais, au fait, vous devez bien sûr vous demander depuis tout à l’heure de quoi parle ce blog en question. Eh bien c’est simple : allez-y y faire un tour en cliquant sur Steadyblog et vous le verrez vous-même !

14020207250215263611949145

Les nouvelles séries policières gores

Depuis quelque temps, toutes les séries télévisées policières se ressemblent (et dire qu’on accusait les séries SF de tourner en rond !). Aujourd’hui, si vous voulez lancer une série policière (américaine ou française), faut faire dans la police scientifique criminelle. Vous comprenez, ça la fait bien d’utiliser des flics plus proches de savants que de flics, qui manipulent avec dextérité les ordis, les microscopes électroniques, les fioles, les éprouvettes, et j’en passe. C’est mieux que de les voir manipuler des flingues avec dextérité apparemment, du moins ça doit plaire, car ces nouvelles séries policières, souvent de qualité d’ailleurs (donc je n’ai rien contre elles) obtiennent un certain succès.

14020207372215263611949146Mais là où je suis réellement très surpris, c’est de voir, filmées en gros plans, des séquences véritablement gores, et je dis bien GORES, où l’on procède à des charcutages, des ouvertures de cages thoraciques ou de boîtes crâniennes, des dépeçages et où l’on plonge gaiement ses mains dans des tripes pour les besoins des enquêtes ! C’est littéralement dégueu et visible à des heures où l’audimat est à son maximum ! Tout juste y a-t-il un petit signal qui nous précise que la série est déconseillée aux moins de 10 ans… Quand je pense que l’on ne se gênait pas à diffuser, autrefois, les épisodes de X-FILES à des heures souvent tardives, tout ça parce que l’on estimait que certaines images auraient pu choquer nos chères têtes blondes, je me marre ! Ces séries soit disant policières (on ne sait plus très bien ce qu’il reste de « policier » là-dedans au final…) n’hésitent pas à faire pire, souvent, qu’un épisode de X-FILES, voire de SUPERNATURAL ! C’est dire… Ah mais oui, c’est vrai : elles n’appartiennent pas au genre Fantastique, donc on peut tout leur pardonner, j’avais oublié…

Mon ticket d’entrée au Festival du Grand Rex

Je l’ai gardé. Il date du 10 juin 1987, alors que je servais sous les drapeaux en Métropole, près de Versailles. Chaque nuit, quasiment, je fonçais à Paris par le premier train et là je m’adonnais à mes passe-temps favoris : librairies spécialisées, cinoches, Champs-Élysées… Et un beau jour, j’ai eu enfin la chance (inouïe !) d’assister à une soirée de ce légendaire Festival International de Paris du Film Fantastique et de Science-Fiction ! Quel moment fabuleux, vous imaginez ! Pour 60 F à l’époque, soit à peu près 1000 F CFP, j’ai pu me plonger dans l’ambiance de ce festival, y voir Robert Englund (Freddy Krueger !) en personne, présenté par le maître des lieux : Alain Schlockoff (fondateur de L’Écran Fantastique). J’ai donc vu en avant-première, alors, LES GRIFFES DU CAUCHEMAR, avec un public de connaisseurs tout acquis à la cause du grand brûlé ! J’étais sur un nuage. Plus dur était le retour à la caserne, vers 3 heures du matin, avec plus que seulement deux ou trois heures de sommeil… Mais bon, c’était pour la bonne cause ! Voilà le ticket, scanné recto verso :

14020207405215263611949149

14020207423015263611949150

It came from 1984…

On termine notre édition n°3 du Domaine du Fanatique avec une expo digne d’intérêt pour tout Cosmophile qui se respecte (et vous vous respectez, bien sûr). Si vous êtes prochainement de passage à New York (oui, je sais, c’est pas tous les jours qu’on va à New York), ne ratez surtout pas l’exposition « It came from 1984″ qui débute à partir du 7 février. Différents artistes rendent hommage à l’année 1984 et ses nombreux films fantastiques, de science-fiction, d’horreur, mais aussi à ses films policiers, d’action, d’aventure, à travers une exposition d’affiches réalisées pour la circonstance ! Une année qui fut riche en titres devenus aujourd’hui des classiques ! Pour en savoir plus, et surtout pour voir quelques superbes réalisations, rendez-vous sur geektyrant.com.

- Morbius – (CosmoFiction)

COSMOCRITIQUE : LES AVENTURIERS DE LA QUATRIÈME DIMENSION (1985)

COSMOCRITIQUE : LES AVENTURIERS DE LA QUATRIÈME DIMENSION (1985) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

14020107535215263611946223 dans COSMOCRITIQUELES AVENTURIERS DE LA QUATRIÈME DIMENSION (MY SCIENCE PROJECT) s’annonçait plutôt comme un bon divertissement de SF. Il n’en fut rien. La déception fut au rendez-vous en 1985, autant pour moi que pour Alain, comme on peut le lire ici dans sa critique paru dans le numéro 17 de CosmoFiction Fanzine d’août 1986. L’intrigue du film est la suivante : « A deux semaines de rendre un projet de science vital pour eux, car susceptible de les faire recaler, deux lycéens, Michael et Vince, adeptes des « 400 coups » ne trouvent rien de mieux que de dérober, dans une base militaire, un appareil mystérieux dont ils ne tardent pas à découvrir qu’il est doté d’une technologie leur ouvrant des portes spatio-temporelles ! » (scifi-universe.com)

Amateurs des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE, fanatiques de LA QUATRIÈME DIMENSION, c’est à vous que je fais appel ici car, comme vous, ce nom bien sympathique des AVENTURIERS DE LA QUATRIÈME DIMENSION m’a tapé dans l’œil ! Seulement… elles sont à présent bien loin mes illusions à propos de ce que pouvait contenir ce petit film de science-fiction, car il s’agit bien là d’un petit film… tout petit même à mes yeux… ainsi qu’à mon sens de l’humour…

Première remarque : l’humour qui se veut ici omniprésent s’avère, par l’intermédiaire des héros de l’histoire (deux étudiants minables qui ne savent que réparer leur voiture ou baiser), être assez plat (pour situer à peu près le niveau, disons que les amateurs de RAMBO y trouveront quand même leur compte !). On est bien loin du comique d’INDIANA JONES et du charme de la série de Rod Serling ! Une seule consolation : les effets spéciaux, qui, de leur côté, ont largement rempli leur rôle.

14020107552115263611946225 dans FANZINE COSMOFICTIONUn film qui, s’il semble s’inscrire dans la jeune lignée de RETOUR VERS LE FUTUR, n’en demeure pas moins d’un niveau bien moins élevé, tant au point de vue de l’histoire que du comique !

Pour en revenir aux effets spéciaux, on peut dire qu’il est aujourd’hui si commun d’en rencontrer d’excellents dans le cinéma US que ceux-ci ne suffisent pas à relever l’intérêt du film dont l’histoire, mal exploitée, en fait un navet.

- Alain - (CosmoFiction)

123

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY