LE DOMAINE DU FANATIQUE – édition n°1

LE DOMAINE DU FANATIQUE - édition n°1 dans BLOG 14012107001815263611916666

Le domaine du fanatique, c’était la rubrique de CosmoFiction qui revenait à chaque numéro de la deuxième génération (1988-1991). C’était une sorte de chronique d’humeur, une tribune libre, dont je m’occupais et où je me lâchais parfois sur un sujet. Mais je pouvais tout aussi bien parler d’émissions TV, de magazines, de l’accueil de CosmoFiction en librairie, de la vie du fanzine, de remerciements, d’un personnage célèbre de la SF ou du Fantastique, etc. Bref, j’étais libre comme le vent, et c’est toujours le cas ! 

14010107533615263611861173 dans LE DOMAINE DU FANATIQUECe qu’il me reste des années 80

J’ai beaucoup donné, échangé, vendu ou, pire, jeté, avant de devenir le nostalgique que je suis aujourd’hui. Alors que me reste-t-il vraiment de ces années 80 en 2014 ?…

14010107563015263611861176Il me reste encore quelques VHS d’époque (les fameuses cassettes vidéo dont la bande se coinçait parfois dans le magnétoscope au cours d’un rembobinage, argh !) que je ne peux me résigner à jeter alors que je l’ai fait pour d’autres. Des titres ? LA GALAXIE DE LA TERREUR (que je suis très fier de posséder car ce film culte est toujours indisponible en DVD ou Blu-ray français !), DARK STAR, L’HORRIBLE Dr ORLOF (trois VHS rachetées à l’époque à des vidéo clubs désireux de s’en débarrasser, avec encore les autocollants sur les jaquettes !), mais aussi beaucoup d’autres titres tels qu’INFERNO, FRANKENSTEIN JUNIOR… Je garde ces VHS rangées au milieu des DVD et Blu-ray en raison de leur indisponibilité dans des formats de meilleurs qualités. J’ai cependant déjà beaucoup transféré de cassettes vidéo sur des supports DVD, voilà pourquoi il m’en reste beaucoup moins en rayon. Je pratique cette conversion pour deux raisons principales : conserver le film dans de meilleures conditions que sur un support VHS (moisissure, fragilité de la bande…) et aussi parce qu’un DVD prend beaucoup moins de place en rayon qu’une seule VHS ! Et comme ma collection de films fantastiques et de SF avoisine les 1000 titres…

Je possède également beaucoup d’enregistrements TV d’émissions d’époque, essentiellement des TEMPS X (incomplets cependant), des FANTASY (une émission consacrée à l’actualité SF et fantastique, programmée dans LES ENFANTS DU ROCK, qui était présentée par Jean-Luc Delarue à ses débuts) et des petits reportages sur des films. Je dois transférer tout cela sur DVD, mais c’est un travail de longue haleine, et je n’ai pas encore trouvé le courage de le faire !

14010108024815263611861181

En ce qui concerne les magazines des 80′s, mes numéros de L’Écran Fantastique (collection que j’ai débuté à partir du numéro 30) sont précieusement rangés. À l’inverse, j’ai malheureusement laissé une grande partie de ma collection des Mad Movies au Sci-Fi Club en quittant l’association. Quant aux Starfix, Spotlight, Vidéo 7 et compagnie, ils ont soit été massacrés pour réaliser les numéros de CosmoFiction Fanzine ou soit carrément jetés au début des années 2000… Le fou !

J’ai gardé beaucoup de musiques de films sur vinyles. Même si j’ai racheté la quasi totalité des titres en CD, je ne souhaite absolument pas me débarrasser de ces grandes galettes 33 tours. Pendant longtemps je fus très fier de posséder les B.O. introuvables de STAR CRASH, de LIFEFORCE ou du TROU NOIR ! Aujourd’hui elles ont été rééditées, avec en plus des versions double CD !

14010108044815263611861182Côté bouquins, des MÉTAL HURLANT hors-séries entièrement consacrés à CONAN LE BARBARE ou ALIEN côtoient les livres de ma bibliothèque. En dehors également de quelques ouvrages divers des eighties, j’ai les deux tomes de L’Année du Cinéma Fantastique (éditions 84-85 et 85-86), cela grâce au cousin qui me les avait alors expédiés de France ! Des perles rares aujourd’hui.

Enfin, quelques vaisseaux d’ULYSSE 31 et de GOLDORAK se promènent sur les étagères de la vidéothèque.

Mais le temps est passé par là, et beaucoup, beaucoup trop de choses ont disparu à jamais. Ne jetez plus, gardez tout (si vous avez de la place !), vous le regretterez plus tard sinon.

Mais pourquoi cette nostalgie des 80′s ?

Pour diverses raisons. D’abord le fait de vieillir et de se rappeler les bons souvenirs de cette époque où je n’avais encore que la vingtaine (à l’approche de la cinquantaine, ça remonte le moral !).

Et peut-être aussi parce que l’on pouvait fumer, boire et manger ce que l’on voulait, quand on voulait, sans avoir à subir quotidiennement des leçons de morale ou des messages télévisuels gonflants destinés à nous imposer une « saine » façon de vivre ! À une heure où la terre, le ciel et la mer n’ont jamais été aussi pollués, où chaque inspiration empoisonne un peu plus nos poumons, où l’homme est capable de détruire une grande partie de la forêt amazonienne pour y construire un barrage, où nombre d’imbéciles passent leur temps rivés à leur smartphone sans ne plus avoir aucun contact humain, je m’amuse de toutes ces choses…

Peut-être étions-nous aussi plus responsables et moins « lobotomisés ». Nous avions en tout cas le choix, plus encore qu’aujourd’hui, notamment dans notre façon de nous habiller. Nous n’étions pas esclaves de certaines marques ou de certaines couleurs, il me semble. Et des couleurs, il y en avait, plus criardes, plus chaudes. Voir un rassemblement de personnes ne ressemblait pas à une assemblée de corbeaux. On savait rire et s’amuser simplement, sans chercher à plaire ou à correspondre à une image, en un mot : on savait VIVRE !

Il y avait parfois une certaine forme d’insouciance, c’est vrai, mais à ne pas confondre avec de l’irresponsabilité, non, juste ce petit quelque chose qui apporte un certain piment à la vie pour ne pas la rendre monotone. Cette forme d’insouciance, on la retrouve dans beaucoup de films des 80′s où l’on se permettait un peu tout sans trop se poser de questions. Le cinéma ne s’était pas encore enfermé dans ce carcan qui, aujourd’hui, l’étouffe et le prive souvent de liberté et d’originalité, un peu comme nombre de personnes qui, aujourd’hui, s’étudient pour intégrer le groupe, cherchant à correspondre à une image artificielle.

On me dira que la crise est passée par là, qu’à notre époque les gens n’ont plus le moral, que la vie a bien changé, etc. J’en suis conscient. Mais je crois aussi que, malheureusement, certains se complaisent dans cette image de croque-mort permanent. Pour preuve : quand on rit trop aujourd’hui on passe pour un imbécile ! Faut-il avoir l’air constipé pour paraître intelligent ?…

L’accueil de CosmoFiction, le blog

Pour lancer CosmoFiction, le blog, on a mis les petits plats dans les grands ! Tout a d’abord commencé dans Les Échos d’Altaïr où, semaine après semaine, les dessins publicitaires d’époque de Stéphane Roux ont annoncé l’arrivée prochaine du nouveau site. Progressivement, des informations ont été données sur le contenu du futur blog, informations reprises dans le groupe Facebook de LEA. Puis le grand jour est arrivé, hier, samedi 4 janvier 2014 (même si CosmoFiction était prêt depuis le 24 décembre 2013 !). Les Échos d’Altaïr ont alors cessé de résonner pour laisser place au nouveau-né. Et pendant plusieurs heures CosmoFiction a libéré, un par un, ses différentes publications : « 30 ans plus tard CosmoFiction est de retour ! », « Musique : RETOUR VERS LE FUTUR », « PRISONERS OF THE LOST UNIVERSE », « Cosmopage : Couverture du numéro 8 – Juillet 1985″, « Portrait : Jonathan Ke Quan » et enfin « ULYSSE 31 : l’épisode pilote ».

14010411595715263611870878

Le site Le Fanzinophile nous a fait le plaisir immense de nous accorder un article tandis que, intrigués, les internautes se téléportaient régulièrement, au fil des parutions, dans CosmoFiction. Leurs provenances étaient diverses : Les Échos d’Altaïr (où nous avions laissé le lien), Le Fanzinophile, Unblog.fr (hébergeur de CosmoFiction), Facebook, Twitter… Le blog a ainsi démarré avec plus de 120 visites, un score honorable pour un site non encore référencé dans les moteurs de recherche.

14010411470015263611870852

Entre intérêt et indifférence…

Certains ont commencé à « liker » les publications de CosmoFiction, comme on dit sur Facebook, tandis que d’autres ont laissé de sympathiques commentaires sur le blog ou les réseaux sociaux.

Et puis c’est là où l’on s’attend le moins à être ignoré que l’indifférence se manifeste le plus : le groupe Facebook des Échos d’Altaïr… Parlons-en… 147 membres, dont une poignée seulement montre chaque jour son intérêt pour la SF et le Fantastique, alors que la grande majorité paraît errer, telle une horde de zombies, sans savoir vraiment ce qu’elle fait là. De celle-ci : pas un commentaire, pas un encouragement, pas même un p’tit « like » pour au moins saluer l’arrivée de CosmoFiction. L’effort pour « liker » ou taper un commentaire demeure visiblement, pour beaucoup d’Altaïriens, pire que les 12 travaux d’Hercule. C’est dommage, sachant que ça fait toujours du bien de se savoir sinon lu, au moins soutenu…

14010512063815263611870883

L’indifférence étant le plus grand des mépris, dit-on, ce sera donc également le credo des Échos d’Altaïr et de CosmoFiction cette année. Je crois que LEA a déjà beaucoup donné pour certains sites, certains groupes ou pages Facebook, certaines associations, pour finalement peu de retour de la part de nombre d’entre eux, voire aucun. Désormais ce sera donnant-donnant, une nouvelle philosophie très en vogue au XXIe siècle, et que nous appliquerons, nous aussi, sans état d’âme.

- Morbius – (CosmoFiction)

 


9 commentaires

  1. Skarn dit :

    Il taille Morbius. Et parfois a ne fait pas de mal ;)

  2. Trapard dit :

    Taïaut !!!

  3. Trapard dit :

    En relisant le chapitre « Mais pourquoi cette nostalgie des 80′s ? », on pourra l’interpréter comme nostalgique, voire réactionnaire, mais il est bourré de bonnes vérités. Et il est très résumé par rapport à la réalité. Mais je sais que ceux qui ont vécu les années 60 et surtout 70 avaient déjà plein de reproches à formuler sur les années 80 (qui étaient aussi une période de crise économique à laquelle la Calédonie a -plus ou moins- échappé, on eu le droit à la crise politique en revanche). D’ailleurs, n’appelle-t-on pas ceux qui sont nés au début et en milieu de XXième siècle « ceux d’un monde qui s’en va », une expression que j’entends souvent et qui désigne toute la génération de mes parents et grands-parents.
    Il faut aussi faire attention avec le fameux « c’était mieux avant » et éviter de nous ensevelir avant l’heure. Nos parents ont vécu des crises et nos grands-parents ont vécu les guerres, et nous on aura bien le temps d’en voir venir d’autres…
    Mais ton article m’a plu. Longue vie à Cosmo !

  4. morbius dit :

    Et sous prétexte qu’on ne peut pas dire que c’était mieux avant je ne pourrais pas dire que les années 80 étaient géniales ? Les années 80 étaient géniales et les années 2000 sont nulles à ch… On le voit tous les jours. ;-)

    Dernière publication sur Les échos d'Altaïr : IMAGINART - ROGER DEAN

  5. erwelyn dit :

    Très bel article qui en dit long sur tes motivations mais aussi sur l’énergie dépensée et le peu de retour que cela implique souvent, malheureusement. (Je ressens ça tous les jours avec Culture Martienne ou avec le forum de CobaltOdyssee). Je trouve donc touchant et sincère ton coup de gueule sur les altairiens superficiels facebookiens. Tu comprends pourquoi je n’utilise pas ce support. Mais en te lisant, je me dis que je vais p-ê remédier à ça, par soutien et parce que malgré tout plus il y a de monde plus la petite part participative augmente qd même.
    Je n’ai pas eu le temps d’ouvrir mes placards et mes tiroirs pour voir ce qu’il me resterait de cette ancienne vie des années 80 qui pourrait t’apporter du contenu. Je m’y pencherai rapidement. Je comprends assez ta nostalgie même si je pense que chaque période a son lot de bonnes et de mauvaises choses. J’étais ados ds les années 80, alors ça m’a forcément marquée comme toi. Mais je trouve surtout que c’est la dernière période à forte identité (comme les années 60 ou 70). Les années 90 ne me semble pas si différentes des années 2000 (nouvelles technologies mises à part).
    Il ne me reste qu’à t’encourager verbalement et factuellement en t’apportant de ci de là quelques contenus et j’en parlerai aussi sur mon forum… qui se meurt totalement… mais bon, c’est comme ça.

  6. morbius dit :

    Merci Erwelyn. On t’attend sur Facebook ! ;-)

    Dernière publication sur Les échos d'Altaïr : IMAGINART - ROGER DEAN

  7. Trapard dit :

    Je suis assez d’accord Erwelyn quand tu parles de « dernière période à forte identité ». Il me semble qu’à partir des années 90, une nouvelle philosophie a fait son apparition avec un mot que j’ai entendu à toutes les sauces : « l’adaptation ».

  8. chris dit :

    j ai l impression que l on s en mord tous les doigts d avoir découpé ces magazines pour en faire « nos » fanzine ! mais c’est qd même nostalgique d avoir en mains son propre fanzine « de l’époque » ….on est tous passé par là.
    Super blog au passage qui nous renvoie à nos chères années 80.

  9. morbius dit :

    Merci chris. ;-)
    Il m’est souvent arrivé d’acheter en double les numéros de Mad Movies afin d’en épargner un sur les deux…

    Dernière publication sur Les échos d'Altaïr : IMAGINART - ROGER DEAN

Répondre

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY