ALBUM PHOTO : ALIENS, LE RETOUR (1986)

ALBUM PHOTO : ALIENS, LE RETOUR (1986) dans ALBUM PHOTO 16082606015415263614451766

Mettez vos casques, chargez vos mitraillettes, vérifiez la communication : on part pour une petite période ALIENS, LE RETOUR sur CosmoFiction ! 1986-2016, 30 ans déjà que Ripley a farouchement combattu la reine des Aliens sur LV-426 dans une scène d’anthologie pour un film non moins monumental par sa mise en scène. En effet, James Cameron, alors tout auréolé du succès de son TERMINATOR (1984), sera le digne successeur de Ridley Scott sur cette suite du chef-d’œuvre de 1979 : ALIEN, LE HUITIÈME PASSAGER. Alors pour ouvrir ce trentième anniversaire, on commence tout simplement par un album photo qui nous replonge dans l’ambiance cauchemardesque de ce très grand film jamais encore égalé par aucune de ses suites !

16082605593615263614451757 dans Aliens

16082605594315263614451760 dans CINÉMA

16082605594015263614451759 dans HORREUR

16082605593815263614451758 dans SCIENCE-FICTION

16082605594715263614451762

16082605595215263614451764

16082605594515263614451761

16082605595015263614451763

16082605595415263614451765

(CosmoFiction)



PUB D’ÉPOQUE : SUPER VIDÉO PRODUCTIONS

PUB D’ÉPOQUE : SUPER VIDÉO PRODUCTIONS dans PUB D’ÉPOQUE 16082510123915263614450316

16082510124315263614450317 dans PUB D’ÉPOQUE

(CosmoFiction)



MUSIQUE : V Main Title – Final Battle Theme

Voici l’un des génériques de la série télévisée V de 1983 et sans conteste mon préféré. On le doit à Barry De Vorzon. Brad Fiedel s’en est-il vaguement inspiré pour le thème de son TERMINATOR (1984) ?… En tout cas nous sommes bien dans le style musical propre au Eighties. Ce « Main Title » est suivi du générique de la seconde série, V : LA BATAILLE FINALE (1984), composé quant à lui par Dennis McCarthy, l’un des compositeurs attitrés des séries STAR TREK : THE NEXT GENERATION et STAR TREK : DEEP SPACE NINE. Retour en musique sur une série culte !

- Morbius – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Autres extraits dans la catégorie Musique :

Retour vers le Futur / The Goonies « R » Good Enough / E.T. / Les Mercenaires de l’Espace / Contamination / Flash Gordon / Dune /Leviathan : Main Titles – Underwater Camp / Le Guerrier de l’Espace – Main Title / Star Trek III : Bird of Prey Decloaks /Mad Max 3 : We don’t Need Another Hero / Predator : Main Title / Ghostbusters / Ladyhawke : Main Title / Conan le Barbare : Prologue – Anvil of Crom / Craig Safan dirige l’orchestre pour Starfighter / Dar l’Invincible – Main Theme / Are You Ready For Freddy ?  / He’s Back, the Man Behind the Mask / Radio Ga Ga / Une nouvelle version de la musique d’Ulysse 31 /Psycho Therapy /Bye, James Horner… / Vampire, vous avez dit Vampire ? : Give it up / Freddy Krueger – Stormtroopers of Death / Adieu Bowie… / Tygra, la Glace et le Feu : Main Title, Prologue, Nekron’s Assault / Gremlins : Theme

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

Cliquez ici pour visiter le tableau CosmoFiction sur Pinterest !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION



LA BANDE-ANNONCE : LES MAÎTRES DE L’UNIVERS (1987)

La bande-annonce, pour se rappeler de bons ou de mauvais souvenirs, ou tout simplement pour titiller votre curiosité !

LA BANDE-ANNONCE : LES MAÎTRES DE L'UNIVERS (1987) dans CINÉMA 16081709021615263614434056En 1987, la Cannon nous sort sa version live des MAÎTRES DE L’UNIVERS, un film réalisé par Gary Goddard. La production se veut plutôt ambitieuse, et l’on trouve dans les rôles principaux Dolph Lundgren (qui ne parviendra jamais à se tailler un nom comme Schwarzy ou Stallone), Frank Langella (qui préférera se cacher derrière le masque de Skeletor) et quelques acteurs insignifiants, dont Robert Duncan McNeill qui incarnera plus tard Tom Paris dans la série télévisée STAR TREK : VOYAGER. La musique est confiée au talentueux Bill Conti.

Sympathique mais plutôt raté (les décors, le rythme, le jeu des acteurs et les dialogues laissent franchement à désirer), LES MAÎTRES DE L’UNIVERS s’apparente à une space opérette de luxe et sans âme. Espérons que le remake en cours sera d’un autre niveau… Bande-annonce en V.O. :

Image de prévisualisation YouTube

- Morbius – (CosmoFiction)

Autres bandes-annonces de la catégorie : 

Réincarnations / Millenium / Philadelphia Experiment / Cabal / L’Enfant du Diable / Nuit Noire / Hysterical / Les Moines Rouges / Le Sous-Sol de la Peur / Popcorn / Voltan le Barbare / Pulgasari / Mutant War / Strange Invaders / La Nuit des Mutants / The Kindred / The Slayer / The Video Dead /Flesh Eater / L’Ascenseur / The Kiss / Les Marrrtiens / Robe de Sang / Robot Jox / Les Aventures de Buckaroo Banzaï à travers la 8e Dimension / M.A.L. : Mutant Aquatique en Liberté / Le Guerrier de l’Espace

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION



SÉQUENCE VIDÉO : SATURN 3 (1980)

Voici une scène qui fut supprimée au montage du film de Stanley Donen, SATURN 3. On y voit Adam (Kirk Douglas) et Axelle (Farrah Fawcett) prendre leur pied en avalant chacun leur petit morceau de pilule bleue qui fait rêver. Si la séquence est bien présente dans le film, ce n’est en fait que pour son tout début : l’instant où Adam coupe la pilule en deux. Mais la scène que vous allez voir dévoile ce qui se passe ensuite. Entre un Kirk Douglas qui plane et une Farrah Fawcett déguisée en très chaude vamp du futur, on comprend mieux pourquoi notre scène d’extase fut retirée de SATURN 3 !

Rappel de l’histoire de SATURN 3 : « Deux savants, travaillant sur le satellite Saturn 3, sont perturbés par une troisième personne, le capitaine James. Celui-ci se révèle de plus en plus dangereux, et leur impose son robot meurtrier… » (allocine.fr)

- Morbius – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

(séquence disponible ICI pour ceux qui connaîtraient comme moi des problèmes vidéos YouTube actuellement…)



LE MONSTRE DE LA SEMAINE : DÉVOREUR DE PLUTON

Un monstre des Eighties, invité vedette de la semaine sur CosmoFiction ! Un monstre parmi le florilège infernal des créatures issues des films ou des séries télévisées fantastiques et de science-fiction des années 80 ! 

LE MONSTRE DE LA SEMAINE : DÉVOREUR DE PLUTON dans CINÉMA 16080908234115263614418662

Ah ! Ça jette, hein, cette photo HD dégoulinante de bave, de chair et de je-ne-sais-quoi-d’autre-mais-je-ne-préfère-pas-le-savoir !

Je vous présente l’horrible Dévoreur de… Pluton (sans « h ») ?… ou de Pluthon (avec « h ») ?… Notez bien la différence au niveau de l’orthographe : le té sans h (pour Pluton) et le thé avec h (pour Pluthon), sachant que le té sans hache est bien plus rassurant car non armé.

16080909182815263614418705 dans LE MONSTRE DE LA SEMAINECertains sites indiquent que notre dévoreur appartiendrait à la planète Pluton (anciennement planète du système solaire mais aujourd’hui reclassée planète naine, la honte) et d’autres mentionnent au contraire la planète Pluthon (planète inconnue d’un système inconnu, c’est mieux). D’après enquête, notre monstre appartiendrait finalement aux deux planètes, Pluton et Pluthon, d’où cette effrayante mutation car comment peut-on ne pas muter en étant originaire de deux mondes extraterrestres différents, je vous le demande ?

Notre Dévoreur possède la faculté de voyager à travers l’espace grâce aux ondes et peut s’inviter chez vous en passant directement par votre antenne parabolique… Ne me demandez pas comment ça fonctionne : JE – N’EN – SAIS – RIEN !  Ensuite, vous pouvez craindre le pire car, comme son nom l’indique, notre Dévoreur a bien l’intention de vous dévorer vous et toute votre petite famille. 

16080909234115263614418706 dans SCIENCE-FICTIONVéritable montagne ambulante en putréfaction émettant grognements et rots, notre Dévoreur difforme agite souvent un petit tentacule au bout duquel se situe un œil… Ne me demandez pas à quoi lui sert ce tentacule-œil : JE – N’EN – SAIS – RIEN !

Et c’est beaucoup plus tard que nous apprenons grâce à Pluthar, un alien (de Pluton ou de Pluthon ?…), quelque chose qui nous aurait été bien plus utile plus tôt : notre monde tout entier risque de se faire dévorer par le Dévoreur ! Pluthar nous recommande donc de détruire toutes les antennes paraboliques afin d’éviter le pire, et Pluthar de nous préciser : « Pas plus tard que maintenant ! » Plutôt deux fois qu’une !

Le Dévoreur est la vedette du sympathique nanar TERROR VISION réalisé en 1986 par Ted Nicolaou. Un film fou que je vous recommande de regarder ICI (il est en V.F.). Profitez-en mes petits, et n’oubliez surtout pas de détruire votre antenne parabolique au Plut(h)on, pardon, je voulais dire au plus tôt.

- Morbius – (CosmoFiction)

Autres Monstres de la Semaine :

Beholder chinois / Créature de Fyrine IV / Sinok / Asticot-géant-violeur de Morganthus / Martien glouton / Ver des sables d’Arrakis / Vermithrax Pejorative / Gremlins / Molasar / Darkness / La Chose / La Mouche / Audrey II / Pinhead / Visiteurs / Cœlacanthe mutant

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION



INSTANTANÉ : HERCULE (1983)

INSTANTANÉ : HERCULE (1983) dans CINÉMA 16080808563215263614417130

(CosmoFiction)



COSMOPAGE : COUVERTURE DU N°2 – JUIN 1988

COSMOPAGE : COUVERTURE DU N°2 - JUIN 1988 dans COSMOPAGE 15053102285115263613316103

CosmoFiction ayant été un fanzine avant de devenir un blog, nous vous présentons régulièrement des pages de ses vieux numéros scannés. Un retour à une époque où les fanzines étaient faits à partir de collages, de marqueurs indélébiles et de machines à écrire !

16080508471115263614411623 dans FANZINE COSMOFICTION

Juin 1988. Le numéro 2 de CosmoFiction Fanzine nouvelle génération vient de paraître après un accueil chaleureux du premier rejeton de la bande de Scifiles (membres du Sci-Fi Club de Nouvelle-Calédonie).

La couverture met à l’honneur STAR WARS car la rédac rend hommage au monument de George Lucas, un film qui est à l’origine de la création du Sci-Fi Club. Mais le numéro ne s’arrête pas là. Le copieux sommaire propose également un dossier sur la série TV LES ENVAHISSEURS, un autre sur les EVIL DEAD 1 & 2, des critiques previews (pour les Calédoniens) sur GÉNÉRATION PERDUE, RUNNING MAN, LES SORCIÈRES D’EASTWICK et SUPERMAN IV grâce à nos correspondants de Tahiti ! On y parle aussi jeux de rôles avec un titre qui fit grincer des dents les rôlistes du club : « Jeux de rôles… jeux drôles ! » Et tout en haut de la couv, à droite, un petit dessin humoristique de notre Toromonator comme on aimait bien les placer sur chaque numéro. Bref, un 44 pages bien rempli, qui sent la passion absolue. C’était les 80′s.

- Morbius – (CosmoFiction)

Également dans la catégorie Cosmopage :

Couverture du numéro 8 – juillet 1985 / Éditorial du numéro 1 – avril 1988 / Couverture du numéro 14 – février 1986 /Dessin de Pumpkinhead – janvier 1990 / Couverture du numéro 1 – avril 1988 / Star Blagues – août 1988 /Couverture du numéro 11 – octobre 1985 / Portrait de John Carpenter – novembre 1988 / Couverture du numéro 12 – décembre 1985 / Portrait de Sigourney Weaver – août 1988 / Rétrospective E.T. – août 1988 / Interview exclusive d’Hélène Oswald – janvier 1990 / Portrait de Tobe Hooper – août 1988 / Couverture du numéro 6 – avril 1991 /Couverture du numéro 17 – août 1986 / BD « Vampires ! » – numéro 11 – octobre 1985 / Couverture du numéro 5 – janvier 1990 / Rubrique Cosmolectures – numéro 6 – avril 1991 / L’alien Giger – numéro 5 – janvier 1990 / Dossier Evil Dead – numéro 2 – juin 1988 / L’univers des jeux de rôle – numéro 2 – juin 1988 /Couverture du numéro 4 – mars 1985 / Zone critique – numéro 4 – novembre 1988 / Affiche des 24H du Fantastique – numéro 3 – août 1988 / Le Domaine du Fanatique – numéro 9 – août 1985 / Les Feuillets d’Hypnos – numéro 4 – novembre 1988 / Couverture du numéro 4 – novembre 1988 / Le Domaine du Fanatique – numéro 3 – août 1988 / Le Domaine du Fanatique – numéro 4 – novembre 1988 /Hommage à Star Wars – numéro 2 – juin 1988 / Star Blagues – numéro 2 – juin 1988 / News from Outer Space – numéro 5 – janvier 1990 / Couverture du numéro 3 – août 1988 / Couverture du numéro 7 – janvier 2016 / Sous la baguette de John Williams – numéro 2 – juin 1988 / Vidéo Écran – numéro 14 – février 1986 /BD « Se méfier d’un Wookie » – numéro 17 – août 1986 / Jeux – numéro 5 – janvier 1990 / La deuxième éditions des 24H du Fantastique – numéro 4 – novembre 1988 / Couverture du numéro 3 – octobre 1984

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION



COSMOCRITIQUE : JOEY (1985)

COSMOCRITIQUE : JOEY (1985) dans CINÉMA 14011101120715263611887117

La catégorie Cosmocritique accueille les anciennes « critiques » publiées dans les numéros des années 80 de CosmoFiction Fanzine. L’équipe était alors très jeune. Notre passion se lisait à travers nos textes et notre engouement aveuglait parfois notre sens critique ! Mais peu importe, au moins nous vivions intensément nos rêves sans nous soucier du « qu’en-dira-t-on ».

16072710253215263614396212 dans COSMOCRITIQUEJOEY (Making Contact, à découvrir ICI en totalité)… Pas vu. En fait, je crois que  je n’ai jamais vraiment cherché à découvrir ce film de Roland Emmerich (INDEPENDENCE DAY, LE JOUR D’APRÈS…). Un jour viendra, j’en suis sûr ! Je laisse donc sans plus attendre la parole à Laurent qui nous en fit sa toute petite critique dans le numéro 2 de CosmoFiction Fanzine de juin 1988.

16072710285215263614396214 dans FANTASTIQUEL’histoire : « À 9 ans, Joey vient de perdre son père. Mais une nuit, il réalise qu’il est en mesure d’entrer en contact avec lui par l’intermédiaire d’un de ses jouets, un petit téléphone rouge. Peu après, il se découvre des pouvoirs télékynétiques latents, et peut déplacer les objets à distance. Mais très vite, le rêve se transforme en cauchemar lorsque Joey découvre une étrange marionnette dans une demeure abandonnée voisine. Cette poupée de ventriloque est en effet habitée par un puissant démon, qui compte bien se servir des pouvoirs naissants de l’enfant pour son propre compte. Joey va-t-il accepter de faire usage de son pouvoir ? Et surtout, son défunt père peut-il l’aider ? » (Wikipédia)

Il s’avère exact qu’à première vue JOEY peut paraître médiocre : affiche étrange, distribution quasiment inconnue et réalisateur tout droit sorti de je ne sais où ! Malgré tout, on est en face d’un très bon film au scénario original (bien que, par moment, on se croirait dans E.T. ou POLTERGEIST !), aux effets spéciaux de très grande qualité (étonnant pour une série B !), et bénéficiant d’une réalisation excellente due à R. Emmerich qui, tout comme le célèbre Wolfgang Petersen, n’est autre qu’un Allemand.

On sent l’influence de Spielberg sur Emmerich et son film. Il est bon de savoir que le « wonder boy » a fait des petits, car ce grand maître du cinéma (et de la TV) fantastique semble aujourd’hui vouloir quitter le genre qui l’a révélé au grand public…

- Laurent S. – (CosmoFiction)

Image de prévisualisation YouTube

Également dans la catégorie Cosmocritique :

Gremlins / Terminator / Les Goonies / 2010, l’Année du Premier Contact / Les Aventuriers de la Quatrième Dimension / Histoires Fantastiques / Hellraiser, le Pacte / Cocoon / Princess Bride / Running Man / Miracle sur la 8e Rue / Starman / Legend / Incidents de Parcours / Superman IV : le Face à Face / Retour vers le Futur / Labyrinthe / Génération Perdue / Starfighter / Hidden / Le Blob / Willow / Les Maîtres de l’Univers / Elmer, le Remue-Méninges / Retour vers le Futur 2 & Retour vers le Futur 3 / Dolls / Les Sorcières d’Eastwick / La Folle Histoire de l’Espace / Brazil / Androïde / L’Amie Mortelle / Flic ou Zombie / Vampire… vous avez dit Vampire ? 2 / Electric Dreams / Lifeforce / Project-X / Futur Immédiat, Los Angeles 1991 / Vendredi 13, Chapitre VI : Jason le Mort-Vivant

Cliquez ici pour rejoindre le groupe Facebook Les Échos d’Altaïr IV – CosmoFiction !

INDEX DE COSMOFICTION / GUIDE COSMOFICTION



QUAND LES MAGNÉTOSCOPES DOMINAIENT LE MONDE

J’ai appris hier la mort du magnétoscope… Moi qui le croyais depuis longtemps décédé, eh bien non ! En fait, on en fabriquait encore en toute petite quantité pour les États-Unis… Mais voilà, c’est désormais fini, l’ère de la VHS est bel et bien HS. De nombreux souvenirs des 80′s resurgissent soudain en moi…

QUAND LES MAGNÉTOSCOPES DOMINAIENT LE MONDE dans HUMEUR 16072310075615263614389293

DES TEMPLES DÉDIÉS AU DIEU CINÉMA…

16072310091615263614389296 dans HUMEURTop Vidéo Club, Jumbo Vidéo Club, Vidéo Foch, Discorama II Vidéo Club, Movies Video Si vous êtes Calédonien et que vous avez connu le magnétoscope dans votre jeunesse, ces noms doivent vous rappeler quelques VHS. Dans les années 80, ces lieux étaient de véritables temples dédiés au dieu Cinéma. Pour la première fois, et alors que la Nouvelle-Calédonie ne possédait encore qu’une seule chaîne de télévision, nous pouvions revoir des films tranquillement installés chez nous, au jour et à l’heure que nous souhaitions. Ce qui peut paraître aujourd’hui banal ne l’était pas le moins du monde à l’époque. D’autant plus que certains titres pouvaient garnir les rayons avant même leur diffusion en salles !

16072310211515263614389309L’ARRIVÉE DE LA VEDETTE À LA MAISON…

Je me souviens parfaitement de l’année 1982, année où pour la première fois un magnétoscope est arrivé à la maison à l’occasion de la fête des pères. C’était un National (Panasonic) avec ouverture sur le dessus par éjection. Je me souviens de son odeur de neuf et de l’excitation de posséder enfin ce que l’on considérait alors comme une véritable révolution ! Comprenez : désormais non seulement j’allais pouvoir louer des films, mais en plus j’allais pouvoir en enregistrer à la TV et les conserver à jamais pour les revoir à tout moment pour mon plaisir ! Début d’une grande collection…

MON PREMIER FILM VU EN VHS…

J’avais alors 16 ans. E.T., POLTERGEIST, BLADE RUNNER et STAR TREK II : LA COLÈRE DE KHAN étaient à l’affiche au cinéma. Quelle année ! Mes parents se sont inscrits, sur mes recommandations, au Top Vidéo Club. Et pourtant ce n’était pas le top en la matière. Inscription hors de prix, locations aux tarifs élevés, peu de choix… Alors pourquoi lui en premier plutôt qu’un autre ? J’y avais repéré plusieurs titres de films fantastiques et de SF encore jamais projetés en salles sur le Caillou, notamment LES MERCENAIRES DE L’ESPACE que je désirais à tout prix voir. Ce fut donc la première cassette vidéo que je devais louer dans ce Top Vidéo Club où le patron aimait péter plus haut que son c… . Ce fut aussi par conséquent le premier film que je devais découvrir sur notre télévision. Mais de mauvais réglages gâchèrent une partie du plaisir. 16072310212815263614389310Heureusement, nous allions vite remédier à ces parasites par un ajustement technique qui, dorénavant, permettrait de visionner définitivement toutes les autres VHS dans de parfaites conditions !

LE PORNO EN ZONE INTERDITE…

Je me rappelle également que tout au fond de ce Top Vidéo Club drôlement agencé se trouvait le rayon des cassettes pornos… La patronne me rappelait à l’ordre si je m’aventurais un peu trop près de la zone interdite. J’ai cependant parfois réussi à déjouer sa surveillance, notamment lorsqu’un client débarquait au vidéo club et qu’elle devait s’en occuper alors ! À l’inverse, je me rappelle que dans nombre d’autres vidéo clubs, n’importe qui pouvait avoir accès au rayon porno sans même connaître un avertissement de la part de la gérance. Par contre, le coin X du Jumbo Vidéo Club était assez amusant dans le sens où il était minuscule avec un petit rideau à l’entrée… Fallait se cacher, comme un gros pervers, même si les gens pouvaient vous voir en passant derrière le rayon, entre les espaces cassettes. Celui de Movies Video se trouvait quant à lui en plein centre du vidéo club, en cercle, avec des miroirs en hauteur pour permettre aux responsables de repérer de loin d’éventuels voleurs de jaquettes… Queue de souvenirs ! Oh, pardon, je voulais dire « QUE » de souvenirs, bien sûr.

16072310104415263614389297

TRÈS CHERS ENREGISTREMENTS…

Le premier film que j’ai enregistré en VHS, et que je possède encore aujourd’hui par nostalgie, est le chef-d’œuvre de Robert Wise : LE JOUR OÙ LA TERRE S’ARRÊTA (1951). Quelle joie ! Je ne sais combien de fois je le reverrai par la suite grâce à cette vidéo cassette. Mais les cassettes vierges atteignaient des prix élevés en ce temps là. Je prenais souvent des 240 minutes pour avoir le maximum de place et ainsi enregistrer deux films à la suite. Je crois qu’elles étaient aux environ de 5000 F pièce, soit un peu plus de 41 €… J’ai acheté les premières dans une boutique du Shop Center Vata aujourd’hui forcément disparue. Là encore, je me souviens de leur odeur particulière. Ouais, j’adorais en fait sniffer les VHS et les magnétoscopes dans les Eighties, et regardez dans quel état je suis aujourd’hui !

LOCATIONS À DURÉE LIMITÉE…

Les jaquettes des VHS étaient souvent superbes, même si parfois très exagérées dans leur design ou leur illustration. On pouvait aisément passer d’un distributeur professionnel aux affiches splendides à un amateur aux montages graphiques hésitants, osés ou brouillons. Souvent, seul le boîtier était exposé dans les rayons afin d’éviter les vols. On obtenait la cassette ensuite, arrivé à la caisse pour payer la location. On pouvait louer le film pour moins de 24 heures, 24 heures ou plus. Bien sûr, le tarif augmentait en fonction de la durée de location.La moyenne était d’environ 500 F, soit un peu plus de 4 €. Par la suite, des vidéo clubs proposeront des tarifs beaucoup plus souples et attractifs, la concurrence se faisant très rude vu l’explosion des vidéo clubs à Nouméa. Il fallait respecter les délais sinon nous avions droit à une amende. Il m’est arrivé d’en décrocher quelques-unes…

16072310131515263614389298

SE PAYER STAR WARS ET MOURIR…

La vente de films en VHS n’existait pas au début du règne la VHS en Nouvelle-Calédonie, ou alors c’était hors de prix. J’ai tout forcé pour me payer la VHS de LA GUERRE DES ÉTOILES lorsque la cassette est sortie. La patronne d’un vidéo club l’avait commandée spécialement pour moi en me précisant, je crois, qu’elle n’avait normalement pas le droit de la vendre à un client et qu’il fallait que cela reste secret (ah mince, ne racontez pas que je vous l’ai dit !). Son prix a dû atteindre les 8000 F, soit plus de 66 €… Mais que n’aurais-je fait pour posséder le film que j’adore le plus au monde…

PROBLÈMES TECHNIQUES…

La cassette VHS fonctionnait généralement bien sans malheureusement toujours proposer une belle image, claire et nette. C’était assez souvent un peu flou, voire granuleux dans le pire des cas. Warner Home Vidéo était réputé pour la qualité de ses éditions. CBS Fox atteignait un bon niveau également, et j’appréciais beaucoup les éditions Gaumont-Columbia-RCA. Cependant la cassette vidéo pouvait parfois connaître des problèmes du genre bande froissée ou poussière parasitant l’image. Pire, certains magnétoscope détérioraient parfois la bande, notamment lors des interminables rembobinages où celle-ci pouvait s’emmêler complètement dans les têtes de lecture de l’appareil ! Là, c’était assurément la catastrophe ! Je me souviens avoir vécu, heureusement très rarement, cette horrible expérience ! Cela venait parfois d’un magnétoscope trop rapide pour rembobiner.

16072310155615263614389300

L’EXTERMINATION DES VHS…

16072310253015263614389311J’ai enregistré des tas de choses à la télé grâce à cette formidable invention qu’était le magnétoscope : des films, bien sûr, mais aussi des séries télévisées (LA QUATRIÈME DIMENSION, AU-DELÀ DU RÉEL, V…), des dessins animés (ULYSSE 31, IL ÉTAIT UNE FOIS L’ESPACE, LES MAÎTRES DU TEMPS…), des émissions (TEMPS X, FANTASY…) et j’en oublie. La plupart de ces cassettes vidéo sont parties à la poubelle au fil du temps, remplacées depuis longtemps par des DVD ou des Blu-ray de ces mêmes films, séries et dessins animés. J’ai conservé précieusement quelques TEMPS X, des FANTASY, et quelques films et séries. Parfois parce qu’ils sont encore inédits en DVD ou Blu-ray, ou tout simplement par nostalgie alors que je les ai déjà rachetés dans d’autres formats. Il est dur de voir ses VHS encore toutes belles atterrir à la poubelle…

RACISME TECHNOLOGIQUE…

Des magnétoscopes, j’en connaîtrai plusieurs, même si le premier, ce sacré National, tiendra bon une éternité ! Je possède aujourd’hui, en dehors d’un lecteur Blu-ray, un lecteur combo DVD-VHS qui me permettait, jusqu’à peu, de transférer mes VHS sur DVD. Depuis un récent changement de matériel (ampli nouveau et super écran LCD 3D), je suis dans l’incapacité de visionner la moindre VHS : sauts d’image, coupures noires, parasites… Dois-je alors me résigner à jeter mes dernières cassettes vidéo survivantes de l’apocalypse ? Non. Je les garde dans l’espoir de pouvoir un jour les revoir. La technologie du XXIe siècle n’aura pas la peau de celle du XXe, qu’on se le dise !

- Morbius – (CosmoFiction)

16072310182015263614389301



 

FranciaD |
Alexandre, Diego, Samuel |
Le Petit Lapin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mes petits écrits...
| symptoms for ms in women19
| REGLISSE , VENUSSE & BAMBY